Accueil » Actualité » Netflix, Spotify, Stadia : quel est l’impact du Cloud Computing sur l’environnement?

Netflix, Spotify, Stadia : quel est l’impact du Cloud Computing sur l’environnement?

Le développement rapide du Cloud Computing n’est pas sans conséquence pour l’environnement. Ce type de stockage et de traitement de l’information est notamment gourmande en électricité et en refroidissement.

Image 1 : Netflix, Spotify, Stadia : quel est l’impact du Cloud Computing sur l’environnement?

Comme nous le savons déjà, nous générons d’énormes quantités de données. Les différentes études montrent que chaque année, la quantité de données créées augmente de 60%, soit 175 zettaoctets d’ici 2025, contre 33 zettaoctets aujourd’hui. Environ la moitié de ces données seront stockées dans des cloud publics, et le reste dans des cloud privés. 

L’économie numérique d’aujourd’hui comprend des services comme Netflix, Spotify ou encore Google Stadia. Ces entreprises qui créent et stockent nos données dans le « Cloud », sont des acteurs majeurs de l’économie digitale. Mais finalement, qu’est-ce que le Cloud ? Ce n’est rien de plus qu’une grande quantité de data centers disséminés sur le globe, exploitant des millions de serveurs, et traitant des milliards de données chaque jour. 

La Nintendo Switch sauvegarde aussi dans le Cloud

Pourquoi c’est un problème ? 

Dans les années 2000, la nécessité croissante de stocker des données a conduit à un âge d’or du développement des data centers. Aujourd’hui, on dénombre 8 millions de data centers et 500 hyper-centres, comme celui de San Diego. On estime que ce nombre devra être multiplié par 3 afin de répondre à la demande de 2025. Une des causes en est la création de supercalculateurs quantiques qui fonctionnent également sur un Cloud

Chaque jour, 5 milliards de recherches sont effectuées sur Google, chacune entraînant l’activation de 7 serveurs en moyenne. De fait, chaque recherche équivaut à 0,2 gramme de CO2. Sachant que les vidéos sont les contenus qui demandent le plus de puissance, la chanson Despacito a brûlé autant d’énergie que 40,000 foyers américains. 

Les serveurs fonctionnent 7 jours sur 7, 365 jours par an. Selon les estimations de l’Agence internationale de l’énergie (IAE), les data centers représentent 200 TWh/an, soit 1% de la consommation énergétique mondiale. Ca peut vous sembler peu, mais c’est l’équivalent de la consommation totale de l’Indonésie, un pays de 250 millions d’habitants. Les prédictions de l’IAE estiment que l’on pourrait même passer à 8% de la consommation mondiale en 2025, soit plus que la consommation actuelle des Etats-Unis. 

Source : TheCloud