Accueil » Dossier » Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Certains grands noms du jeu vidéo ont eu droit à une adaptation en jeu de société. Certains ne reprennent que des mécaniques de leur maître étalon, d’autres son gameplay entier pour reproduire au mieux les sensations du jeu vidéo sur table.

Image 1 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Si l’adaptation de films ou séries en jeux vidéo est un exercice périlleux, parfois réussi, mais souvent raté, il n’en va pas de même pour la transposition du support vidéoludique en jeu de plateau.

Au cours des trente dernières années et même plus, certains grands noms du jeu vidéo ont eu droit à une adaptation en jeu de société. Certains ne reprennent que des mécaniques de leur maître étalon, d’autres son gameplay entier pour reproduire au mieux les sensations du jeu vidéo avec des tokens, des figurines et des cartes.

Il existe des dizaines et des dizaines d’adaptations du genre. Comme pour notre précédente sélection des meilleurs jeux de société à moins de 20 €, celle-ci n’a pas été faite au hasard. Les membres de La Communauté des Ludistes Francophones ont été mis à contribution dans ce projet. Une première liste d’une soixantaine de jeux a été constituée puis soumise au vote de la communauté durant 48 heures. Les 10 jeux sortis premiers dans ce sondage forment la sélection de ce dossier.

>>> Les meilleurs jeux de société pour les geeks

Sid Meier’s Civilization

Image 2 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Sid Meier’s Civilization

53,95€ > Philibert

Joueurs : 2 à 4
Mode de jeu : Versus
Thème : Historique / Science-Fiction
Type de jeu : 4X
Complexité : Plutôt difficile
Durée : 120 à 240 minutes
Date de sortie : 2010

Difficile de passer outre le Civilization de Sid Meier. Ce 4X (explorer, développer, exploiter, exterminer), ravit les stratèges du monde entier depuis 1991.

Pour la petite histoire, un premier jeu de plateau nommé Civilization existait avant le premier jeu vidéo. Édité par Avalon Hill en 1982, il aurait inspiré Sid Meier pour créer la saga vidéoludique que l’on connaît et qui en est maintenant à son sixième opus.

C’est d’ailleurs à partir de cet épisode qu’a été bâti Sid Meier’s Civilization : À New Dawn, nouvellement édité en 2017. S’il reprend la licence, ses mécaniques sont beaucoup plus légères pour faciliter sa prise en main et des parties plus rapides.

Le dernier véritable jeu de plateau Civilization, celui adulé par les fans, date de 2010. Complexe, il porte sur table toutes les règles du jeu vidéo. Une richesse qui lui vaut des parties de quatre heures environ pour qu’un gagnant soit désigné. Une expérience que l’on peut d’ailleurs retrouver avec d’autres jeux du même style comme Twilight Imperium ou Through the Ages.

This War of Mine

Image 3 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

This War of Mine : le Jeu de Plateau

62,90€ > Philibert

Joueurs : 1 à 6
Mode de jeu : Coopératif
Thème : Guerre/Survie
Type de jeu : Gestion / Exploration
Complexité : Moyen
Durée : 45 à 120 minutes
Date de sortie : 2017

En 2014, 11 bits studios crée un séisme avec This War of Mine, un jeu de guerre qui préfère s’intéresser aux populations des zones de conflits plutôt qu’aux bisasses qui se tirent dessus.

Deux ans plus tard, le projet d’une adaptation en jeu de plateau émerge sur Kickstarter. L’objectif est le même, faire survivre un groupe de civils acculés par une guerre qui les dépasse. Abrités dans une maison abandonnée, les joueurs doivent se défendre contre des pillards, trouver de la nourriture, des médicaments, des armes. Continuer de vivre et surtout survivre, mais jusqu’à quand ?

La trame du jeu vidéo éponyme est reprise à la lettre, avec tout ce qu’elle compte de choix moraux, comme lorsqu’une orpheline frappe à la porte de l’abri. Ouvririez-vous ? Des décisions qui, contrairement au jeu vidéo (solo), pourront se faire à plusieurs autour d’une table.
Une

XCOM : le jeu de plateau

Image 4 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

XCOM: Le Jeu de Plateau

53,95€ > Philibert

Joueurs : 1 à 4
Mode de jeu : Coopératif
Thème : Futuriste
Type de jeu : Stratégie / Gestion d’équipe
Complexité : Moyen
Durée : 60 à 120 minutes
Date de sortie : 2015

Édité dans les années 90 par MicroProse, XCOM a ensuite été repris par 2K Games en 2012 dans un reboot dont est issu le jeu de plateau éponyme.

Tout le sel du modèle d’origine n’a pas été transmis au jeu de plateau. Pourtant, on a bien la phase de gestion en temps réel et la phase de combat au tour par tour, un système qui très astucieux qui dose très bien le stress de la partie. Cependant, si les joueurs PC, consoles, iOS ou Android avaient préféré la phase de combat tactique à celle de gestion, ils seront bien déçus avec le jeu de plateau XCOM. Celle-ci a été totalement transformée.

Plus question de diriger une escouade sur un terrain d’opération détaillé. Ici, il faut s’imaginer ses hommes au sol. Le plateau principal est le seul matériel de décor disponible et les combats se résolvent à jets de dé. Finalement, on y perd tout de même pas mal.

Néanmoins, on n’ose imaginer la taille de la boîte de jeu s’il avait fallu y intégrer un jeu d’affrontement en plus, avec tout ce que cela implique de tuiles et de figurines. Malgré tout, XCOM le jeu de plateau demeure une valeur sûre dont la force est la gestion d’équipes à plusieurs joueurs.

Vikings Gone Wild

Image 5 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Vikings Gone Wild

46,99€ > Amazon

Joueurs : 2 à 4
Mode de jeu : Versus
Thème : Médiéval-fantastique
Type de jeu : Deck-building
Complexité : Plutôt facile
Durée : 45 à 90 minutes
Extensions : Ragnarok! / Master of Elements / It’s a Kind of Magic / Guild Wars
Date de sortie : 2017

Développé par EVERYDAY I PLAY sur iOS et Android, Vikings Gone Wild a eu droit à une adaptation en jeu de plateau par Lucky Duck Games, un éditeur spécialisé dans ce type de portage. Si c’était son premier jeu, il a été suivi de Zombi Tsunami et Fruit Ninja viendra prochainement compléter ce catalogue.

Vikings Gone Wild est arrivé par la porte Kickstarter. Une seconde campagne a permis de lui apporter une extension de taille nommée Master of Elements.

À la tête d’un clan viking, le joueur doit développer son village, y construire de nouveaux bâtiments et produire plus de ressources afin de faire grossir son armée et mieux l’équiper. Le but est assez basique puisqu’il faut tout simplement combattre les autres clans pour récolter le plus de points de victoire possible.

Plutôt simple à prendre en main ce jeu de deckbuilding est rapidement efficace, ce qui permet des parties assez rapides et dynamiques.  

Starcraft : le jeu de plateau

Image 6 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Starcraft : le jeu de plateau

69,99€ > Philibert

Joueurs : 2 à 6
Mode de jeu : Versus
Thème : Science-Fiction / Stratégie
Type de jeu : Diplomatie / Programmation
Complexité : Plutôt difficile
Durée : 180 à 240 minutes
Extensions :
Brood War
Date de sortie :2007

Voici un mastodonte qui trône tout en haut de la pile des jeux de stratégie sur PC. Sorti en 1998, Starcraft aura pourtant dû attendre près de dix ans avant d’écoper d’une version jouable sur table. Mais le résultat est conséquent. Une boîte de 4 kg pleine à ras bord de figurines, jetons et planches de terrain.

Contrairement au jeu d’origine et à sa suite de 2009, le jeu de plateau Starcraft prend un peu de hauteur sur la stratégie. Point de combats en temps réel ou hexagonaux, mais plutôt du tour par tour et des déplacements entre planètes, zones exploitables du jeu. Cependant, cette adaptation conserve la gestion des ressources, la formation de troupes et permet de jouer les six factions de la licence. L’ensemble bénéficie aussi de mécaniques de diplomatie qui viennent renforcer les interactions entre joueurs.

Gears of War : le jeu de plateau

Image 7 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 1 à 4
Mode de jeu : Coopératif
Thème : Science-Fiction
Type de jeu : Combat / Exploration
Complexité : Moyen
Durée : 60 à 180 minutes
Date de sortie : 2011

Saga phare de Microsoft, Gears of War est aussi jouable avec des figurines ! Une aventure composée de sept scénarios dans lesquels 1 à 4 joueurs prennent le contrôle de Marcus Fenix et de frères d’armes. Leur objectif : nettoyer un bâtiment de la Sera envahi par les monstrueux Locustes. Avec son plateau modulaire, le jeu retranscrit la découverte des lieux au fur et à mesure de la progression du commando de la COG (Coalition des Gouvernements Unis).

Gears of War est violent et nerveux tout comme son aîné numérique. EDGE a voulu adapter fidèlement les actions du jeu originel. On peut ainsi se mettre à couvert, tirer à l’aveugle, récupérer de l’équipement ou encore utiliser la tronçonneuse du Lanzor.

Mechs vs. Minions

Image 8 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Mechs vs. Minions

75€ > Riot Games

Joueurs : 2 à 4
Mode de jeu : Coopératif
Thème : Fantasy
Type de jeu : Stratégie / Programmation
Complexité : Plutôt facile
Durée : 60 à 90 minutes
Date de sortie : 2016

Aucun jeu vidéo ne porte ce nom. Pourtant, Mechs vs. Minions est bien une lié à un jeu : League of Legends. Aussi connu sous la contraction Lol, ce jeu en ligne est l’un des plus populaires de ces dernières années. Joué en compétition, il bénéficie d’une forte communauté de fans.

Contrairement à tous les autres jeux de cette sélection, Mechs vs. Minions bénéficie d’une distribution toute particulière. Aucun financement participatif ni de disponibilité en boutique. Pour se le procurer, il faut obligatoirement en passer par le magasin en ligne de son éditeur… Riot Games. Oui, c’est aussi l’éditeur de League of Legends. Pourquoi s’embêter à déléguer la production et la distribution quand on peut tout faire soi-même ?

S’il ne reprend pas les mécaniques de Lol, MvM (c’est plus court) prend place dans le même univers. Chaque joueur incarne un étudiant dans une école de conduite de Mechs. Ils auront maille à partir avec des évènements étranges se déroulant dans leur établissement. De quoi mettre à profit leurs enseignements. MvM ajoute à son gameplay de programmation un petit côté Legacy avec des enveloppes cachetées pour chaque scénario et un boss invisible à l’ouverture de la boîte, caché dans un  petit coffret.

Fallout : le jeu de plateau

Image 9 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 1 à 4
Mode de jeu : Semi-coopératif
Thème : Post-apocalyptique
Type de jeu : Land Crawler
Complexité : Moyen
Durée : 120 à 180 minutes
Date de sortie : 2017 (2018 en France)

Initiée sur PC par Interplay à la fin des années 90 et reprise depuis par Bethesda Softworks à partir de 2008, Fallout a eu droit à non pas une, mais deux adaptations en 2017. L’une – Wasteland Warfare – est un jeu d’affrontement édité par Modifius et gavé de figurines. La seconde, celle qui nous intéresse ici, est un jeu de plateau.

De 1 à 4 joueurs y découvrent les paysages irradiés tout droit tirés des décors des Fallout de Bethesda. Une plongée dans un monde post-apocalyptique dévasté par une guerre nucléaire. Le groupe peut jouer ensemble ou chacun dans son coin, le but étant de devenir la personne la plus influente des Terres Désolées. Face aux héros, des factions qui pourront être soit alliées soit ennemies. Mais attention à leur progression, si elle est fulgurante, elle met fin à la partie. Au(x) joueur(s) de gérer cet aspect et maintenir un certain équilibre.

Fallout rassemble tous les éléments du jeu d’origine avec son marché, ses caps, son système S.P.E.C.I.A.L. ingénieusement réutilisé (relance de dés) et même ses dégâts localisés. L’exploration et la découverte de nouvelles zones viennent achever le lien qui unit ces jeux entre eux.

Doom

Image 10 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 2 à 5
Mode de jeu : Semi-coopératif
Thème : Science-Fiction
Type de jeu : Combat tactique
Complexité : Moyen
Durée : 120 à 180 minutes
Date de sortie : 2016

Doom a fait du chemin depuis sa sortie sur micro-ordinateur au début des années 90. Après les trois premiers volets, il avait déjà écopé d’une adaptation en jeu de plateau. Une version très appréciée d’ailleurs. Mais en 2016, la licence a été rebootée sous la houlette de Bethesda et c’est là qu’apparaît le second jeu de plateau Doom.

Il étrenne de nouvelles mécaniques (tour de jeu aléatoire, cartes d’activation, Glory Kill) pour un meilleur dynamisme et ainsi coller au plus près du rythme effréné de son grand frère vidéoludique. Les joueurs y endossent le rôle de Space Marines déployé dans une station spatiale abandonnée. Leur objectif bouté les forces démoniaques qui se sont emparées de la zone, lesquelles sont commandées par l’un des joueurs.

Le résultat est plus que probant. Si elle demeure semi-coopérative, la seconde version de Doom gagne en nervosité et en fluidité et engendre un bon défouloir ludique dans la veine du jeu vidéo éponyme.



Plague Inc.

Image 11 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 1 à 4
Mode de jeu : Versus
Thème : Médecine / Infection
Type de jeu : Stratégie
Complexité : Plutôt facile
Durée : 60 minutes
Date de sortie : 2016

Paru en 2012 sur iOS, Plague Inc. a hérité de plusieurs portages dont un en jeu de plateau tiré des entrailles de Kickstarter en 2016. Le jeu vidéo ayant été créé à l’origine comme un jeu de gestion/stratégie assez lent, cette adaptation allait presque de soi.

Contrairement à Pandémie, le but ici est d’anéantir l’humanité en fabriquant le virus le plus mortel possible, tout en veillant à sa bonne propagation.

World of Warcraft : le jeu de plateau

Image 12 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 2 à 6
Mode de jeu : Versus
Thème : Médiéval-fantastique
Type de jeu : Stratégie
Complexité : Plutôt difficile
Durée : 180 minutes
Date de sortie : 2005
Extensions : The Burning Crusade / Shadow of War

À l’automne 2004, une météorite fondait sur la scène vidéoludique : WOW. Blizzard avait fourbi ses armes durant des années avant de proposer ce qui allait devenir la référence MMORPG de ce début de millénaire. 14 ans plus tard, la partie n’est toujours pas terminée. Battle for Azeroth, la septième extension, sortira en septembre 2018.

Côté jeux de société, Blizzard n’a pas tardé à faire adapter son bébé. Dès 2005, on a ainsi droit à World of Warcraft : le jeu de plateau chez Ubik. Impossible de recréer l’immensité du monde d’Azeroth. Le terrain de jeu se limite donc au déjà vaste Royaume de Lordaeron. Pour contrebalancer, les créateurs ont bourré leur boîte de figurines avec 13 types de monstres et PNJ ainsi que 8 héros de chaque faction (Horde et Alliance). Comme dans le jeu vidéo, chaque personnage jouable peut être affublé d’un équipement évolutif et de capacités.

Jouable jusqu’à six joueurs, c’est à ce nombre qu’il est le plus apprécié. Trois joueurs dans chaque camp s’affrontent pour la suprématie du royaume. La victoire est accordée à la faction qui vient à bout de l’autre ou du Seigneur de la partie, déterminée en début de jeu.

Mais il ne peut en rester qu’un. Ainsi, World of Warcraft : le jeu de plateau porte une mécanique bien connue du jeu en ligne : le PvP. Si à la fin de la partie (au tour 30) le Seigneur de la partie n’est pas défait, les joueurs doivent s’affronter en bataille rangée pour déterminer le vainqueur. Les concepteurs ont même repris les idées de la résurrection au cimetière en cas de mort d’un héros et du vol de l’équipement par le gagnant du combat ! Le lien avec le jeu originel est bien épais.


The Witcher : le jeu d’aventure

Image 13 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 2 à 4
Mode de jeu : Versus
Thème : Médiéval-fantastique
Type de jeu : Aventure
Complexité : Plutôt facile
Durée : 120 minutes
Date de sortie : 2014

Encore un jeu vidéo de première catégorie que voici adapté ici. The Witcher, saga qui compte trois volets à ce jour, est elle-même issue des romans du Polonais Andrzej Sapkowski. En 2014, FFG (EDGE en France) s’en empare pour en faire une version jeu de plateau.

The Witcher : le jeu d’aventure est né et débouchera même sur un jeu vidéo qui porte le même nom. La boucle est bouclée.

Les habitués des épisodes vidéoludiques ne retrouveront que quelques-uns de leurs repères. En passant sur la table, le jeu a bien entendu perdu son aspect gigantesque. Néanmoins, on y retrouve ses éléments caractéristiques comme les quatre personnages jouables, dont Gerald de Riv, le bestiaire ou encore l’exploration, coeur de cette adaptation.

Terrorisé par des monstres des ténèbres, le pays est acculé. Quatre héros partent découvrir l’origine du mal qui ronge leurs contrées.
 
FFG s’est efforcé de rendre au mieux la dimension rôliste du jeu d’origine. Aussi chaque héros a des caractéristiques propres, dont des pouvoirs uniques (magie, force, diplomatie…) et peut améliorer ses compétences propres.

Pour anéantir les ténèbres, les joueurs peuvent voyager et enquêter, tout en développant leurs capacités et en combattant les menaces qui se présentent à eux. En parcourant le monde, les joueurs doivent accomplir des quêtes et ainsi récolter des points de victoire qui détermineront le vainqueur.


Dark Souls

Image 14 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 1 à 4
Mode de jeu : Coopératif
Thème : Médiéval-fantastique
Type de jeu : Eploration de donjons
Complexité : Moyen
Durée : 90 à 120 minutes
Date de sortie : 2017
Extensions : multiples extensions issues du Kickstarter

Dark Souls prend place dans l’univers de la saga de jeux vidéo éponyme. Bien qu’il mêle exploration et combats, il est présenté par ses concepteurs comme étant plus profond qu’un Dungeon Crawler et son simpliste concept de porte/monstre/trésor.

Jouable en solo ou en coopération, Dark Souls – le jeu de plateau, conserve certaines mécaniques du jeu d’origine comme la remise à zéro de la zone en cas de repos, la mémorisation des obstacles ou encore le comportement des ennemis et incorpore surtout la dose de difficulté qui fait le sel de la licence vidéoludique. Quatre classes de personnages jouables sont disponibles : Chevalier, Guerrier, Hérault et Assassin. Chacune à un rôle propre durant la partie.

Le jeu dispose de différents scénarios inspirés du premier et du troisième volet de Dark Souls (le jeu vidéo). L’objectif de chaque partie est d’atteindre le boss, mais avant lui il faut se farcir toute une flopée d’ennemis tous plus retors les uns que les autres. Seuls les joueurs intelligents seront récompensés, ceux qui usent de stratégie en repérant les faiblesses de leurs adversaires. 



Zombie Tsunami

Image 15 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Zombie Tsunami

27€ > Backerkit

Joueurs : 3 à 6
Mode de jeu : Versus
Thème : Zombie
Type de jeu : Party-Game
Complexité : Facile
Durée : 30 minutes
Date de sortie : 2017

Jeu mobile disponible sur iOS et Android, Zombie Tsunami a bénéficié d’une campagne de financement participatif sur Kickstater pour avoir droit à sa version plateau.

Le jeu qui en découle est parfaitement fidèle à l’original. Sa dimension running game sur téléphone est retranscrite à l’aide de cartes route qui symbolise la progression des zombies et les épreuves ou bonus rencontrés par les joueurs (obstacles, véhicules, mais aussi pièces ou zombie supplémentaire).

Le but est toujours de changer les passants en zombies pour avoir la plus grosse horde et si le nombre de créatures en main peut augmenter, il peut aussi baisser drastiquement en cas d’échec d’une épreuve. De jeu solo à jeu multijoueur, Zombie Tsunami a gagné quelques mécaniques,  dont du bluff et de la trahison entre participants, notamment lorsque la troupe doit franchir un véhicule.



Age of Empires III : l’Âge des découvertes

Image 16 : Du jeu vidéo au jeu de plateau : les meilleures adaptations

Joueurs : 2 à 5
Mode de jeu : Versus
Thème : Historique
Type de jeu : Conquête
Complexité : Moyen
Durée : 90 à 120 minutes
Date de sortie : 2007

Licence ô combien appréciée des stratèges numériques. Age of Empire a su imprégner l’histoire du jeu de sa patte, notamment à travers son second épisode sorti en 1999 et considéré comme une référence du genre encore aujourd’hui. Le troisième opus, lancé en 2005, a quant à lui eu droit à un portage en version plateau. Un vaste jeu de stratégie compétitif et dopé à la figurine. Pas moins de 200 petits bonshommes et vaisseaux dans la boîte de jeu. Comme Age of Empire 3, le jeu vidéo, il se déroule au XVè siècle, juste après la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb. Les joueurs prennent alors les commandes de puissances colonisatrices.

Pour ses mécaniques, Age of Empires III : L’âge des découvertes s’appuie sur l’école allemande et la pose d’ouvriers. À la résolution des actions, les joueurs peuvent envoyer des colons, recruter des spécialistes, collecter des ressources, construire des bâtiments, découvrir des terres inexplorées ou encore partir en guerre.