Accueil » Actualité » Explosion en direct d’un prototype de la future Station spatiale internationale

Explosion en direct d’un prototype de la future Station spatiale internationale

La station spatiale gonflable imaginée par la société privée Sierra Space a explosé sous les yeux attentifs de toute l’équipe technique du projet. L’explosion de ce module d’un nouveau genre était, en réalité, un test pour permettre aux ingénieurs de connaître la résistance de leur invention à différents systèmes physiques.

Prototype du projet Orbital Reef développé par l'entreprise américaine Sierra Space
Prototype du projet Orbital Reef développé par l’entreprise américaine Sierra Space ©Sierra Space/Blue Origin

L’Orbital Reef. Tel est le nom que pourrait porter, dans quelques années, la nouvelle station spatiale développée par la firme américaine Sierra Space. Celle-ci aura pour vocation de remplacer, d’ici 2030, l’actuelle station spatiale internationale. Le test explosif réalisé par les équipes techniques de l’Orbital Reef ainsi que par des ingénieurs de la NASA est une étape indispensable à la construction d’un nouvel engin spatial.

Il sert à évaluer la résistance de certains matériaux face à des phénomènes pouvant se produire dans l’espace. Dans ce cas précis c’était la résistance du module gonflable à une surpression qui était testée.   

Le projet gonflable Orbital Reef est l’un des trois projets de remplacement de l’ISS cofinancés par la Nasa et des acteurs privés. En effet, l’agence américaine a octroyé à l’entreprise Sierra Space 130 millions de dollars pour produire un prototype susceptible de remplacer l’ISS. Selon la firme américaine, dès le début de l’année 2023, de nouveaux tests (notamment de résistance au feu) seront réalisés sur des maquettes grandeur nature. Ils permettront, de nouveau, d’en savoir davantage sur la viabilité du projet Orbital Reef.

A lire : Un Noël en apesanteur dans la Station Spatiale Internationale

Pourquoi la Station Spatiale Internationale (ISS) est mise hors service ?

L’Orbital Reef, comme deux autres projets privés cofinancés par la NASA, s’inscrit dans la nouvelle direction prise par l’agence spatiale américaine visant à privatiser une partie de ses activités spatiales. Cette décision inédite, prise il y a tout juste un an, s’explique notamment par le caractère vieillissant de l’ISS.

Différents problèmes récents ont précipité, d’une certaine manière, cette décision. En août 2021 par exemple, des astronautes présents à bord ont découvert des fissures profondes dans un des modules de la station. Des fuites d’air, des trous, ou même des pertes d’altitude et des changements de direction incontrôlés semblent avoir définitivement entériné la retraite (bien méritée) de l’ISS.

Source : space.com