Accueil » Actualité » Jugé anti-islamique, Netflix est visé par le Golfe Persique

Jugé anti-islamique, Netflix est visé par le Golfe Persique

Netflix est dans le viseur de six pays du Golfe persique. Ces territoires lui demandent de retirer expressément plusieurs contenus du catalogue « contredisent les valeurs et principes islamiques de société ».

Image 1 : Jugé anti-islamique, Netflix est visé par le Golfe Persique
Netflix doit se plier à cette demande

Netflix est le champion du streaming malgré la forte concurrence de Disney+ ou encore Prime Video qui diffuse Les Anneaux de Pouvoir en ce moment. Mais son catalogue ne plaît pas forcément à tous les pays comme c’est le cas dans six pays du Golfe persique. Ces territoires exigent le retrait de plusieurs programmes qui « contredisent les valeurs et principes islamiques de société » selon NBC News. 

À lire > Netflix : tous les nouveaux films, séries et documentaires

Six pays du Golfe persique veulent censurer du contenu Netflix

Si les programmes visés par ces six pays du Golfe persiques restent inconnus, The Guardian suggère que le contenu LGBTQIA+ pose problème. L’Arabie saoudite, les  Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Koweït, l’Oman et le Qatar ont publié une déclaration commune demandant leur suppression.

Chez Arab News, la directrice générale de la Commission générale saoudienne des médias audiovisuels, Esra Assery, déclare : « Toutes les mesures légales seront prises pour protéger le Royaume, ses citoyens et ses résidents contre toute attaque intellectuelle visant à les affecter ».

Pour rappel, l’Office de régulation des médias aux Émirats arabes unis interdit notamment la diffusion de Buzz l’Éclair. Pourquoi le film Pixar ? Le baiser entre deux personnes du même sexe lors d’une courte scène pose problème.

Un cas loin d’être isolé pour Netflix

Image 2 : Jugé anti-islamique, Netflix est visé par le Golfe Persique
Ce n’est pas la première fois que Netflix doit censurer son catalogue

Ce n’est pas la première fois que Netflix fait face à la censure. L’Arabie saoudite, en 2019, demande le retrait de l’épisode The Patriot Act de Hasan Minhaj dans lequel il critique le gouvernement. C’est également le cas en dehors du Golfe persique puisque, par exemple, la Nouvelle-Zélande fait supprimer un film en 2015 pour un contenu jugé « répréhensible ».

On ne sait toujours pas comment Netflix compte répondre à la demande des pays du Golfe persique. Mais cette censure semble se généraliser puisqu’en 2020, le service déclare le retrait de 7 contenus. L’entreprise a plus supprimé de programme au cours des deux dernières années que pendant ses 23 premières années d’existence combinées.

Source : Gizmodo