Accueil » Actualité » La NASA espère trouver de la glace au pôle Sud de la Lune

La NASA espère trouver de la glace au pôle Sud de la Lune

La NASA vient d’annoncer ses projets d’exploration du pôle Sud de la Lune pour y chercher de la glace. Pour cela, elle mise sur un nouveau rover nommé VIPER dont le but sera de creuser et d’analyser le sol lunaire.

Image 1 : La NASA espère trouver de la glace au pôle Sud de la Lune

Cette semaine est riche en annonces pour la NASA. Cette fois, ce n’est pas Mars qui est au centre des discussions, qu’une femme pourrait être la première à fouler, mais notre bonne vieille Lune et les projets de l’agence spatiale américaine d’y chercher de la glace.

VIPER explorera le pôle Sud de la Lune à la recherche de glace

La présence de glace sur la Lune serait clef pour sa colonisation, ou même simplement son exploration. Bien sûr, il faut qu’elle reste relativement facilement exploitable. Comme le déclare Jim Bridenstine, administrateur de la NASA : « L’eau est quelque chose d’important, un support de vie. La glace est de l’oxygène que l’on peut respirer, de l’eau qu’on peut boire ». Il ajoute : « Si on la casse, l’hydrogène et l’oxygène sont les carburants qui propulsent la navette spatiale, les mêmes que la fusée SLS ». SLS pour Space Launch System est la fusée qui enverra les astronautes sur la Lune en 2024.

La glace, et donc l’eau, que veut étudier l’agence spatiale est au pôle Sud de la Lune. Elle pourrait avoir des milliards d’années. Pour s’y rendre et l’explorer, la NASA compte sur un rover qu’elle a nommé VIPER pour « Volatiles Investigating Polar Exploration Rover » ou « Rover d’exploration polaire de recherche de composés volatiles ». Il s’agit d’un véhicule autonome de la taille d’une voiturette de golf qui embarquera une perceuse capable de creuser à un mètre de profondeur et 3 spectromètres qui analyseront ce qui aura été extrait. VIPER sera donc capable d’établir une carte de la glace emprisonnée sous la surface lunaire.

Bien sûr, ce rover sera adapté aux conditions particulières du pôle Sud de la Lune. Ainsi, son autonomie est prévue pour 96 heures de nuit, ce qui est suffisant puisque le pôle sur ne subit pas les cycles de 2 semaines extrêmement froids et sans soleil qui ont cours dans les zones plus proches de l’équateur. La durée de vie est donnée pour une centaine de jours. Son lancement est prévu pour décembre 2022 et utilisera un lanceur commercial. SpaceX, avec sa fusée Starhopper, et autres sont donc probablement déjà en train de travailler sur leur devis, le projet étant estimé à 250 millions de dollars.