Accueil » Actualité » La Nintendo Switch émulée sur un Mac M1

La Nintendo Switch émulée sur un Mac M1

La puce NVIDIA Tegra de la Nintendo Switch a permis de faciliter son émulation sur les nouveaux Mac.

La Nintendo Switch rencontre un succès retentissant. A l’instar des nouvelles consoles next-gen, la console de Nintendo a été en rupture de stock pendant un bon moment durant la pandémie mondiale. A la différence que la console de Nintendo est sortie en 2017, et n’a pas à son avantage l’engouement de la nouveauté comme les nouvelles consoles de Sony et Microsoft. Pourtant, du côté technique, la console ne dispose que d’une puce graphique NVIDIA Tegra, très « basique » en comparaison avec les nouvelles consoles. Cette puce a permis d’émuler la console sur Mac M1, qui dispose également d’une architecture ARM.

Crédits : Pixabay
Crédits : Pixabay

Nintendo Switch : une architecture graphique commune avec les Macs M1

En théorie, l’architecture commune de la Switch et des nouveaux Macs devraient rendre possible l’émulation de la console. C’est ce qu’a voulu vérifier la développeuse Sera Tonin Brocious. D’après ses dire, elle a pu émuler avec succès la console sur les nouveaux modèles de la firme à pomme. Attention toutefois, cette méthode n’est bien évidemment pas officielle, et connaissant le protectionnisme de Nintendo par rapport à ses licences et systèmes, il est très peu probable que la firme japonaise voie se succès d’un bon œil.

Sur Twitter, Sera Tonin Brocious montre qu’elle a pu lancer avec succès une version émulée de Super Mario Odyssey. Cependant, elle précise dans le fil de ce post que l’émulation a ses limites. Notamment au niveau de la bibliothèque logicielle MoltenVK. Par conséquent, la développeuse annonce avoir encore beaucoup de travail pour proposer une émulation satisfaisante. Elle promet dans son fil Twitter de proposer une mise à jour sous peu pour améliorer les choses.

Nintendo : une intransigeance légitime pour la reproduction et l’accès non officiel à ses produits

Quoi qu’il en soit, rappelons que l’émulation n’est pas considérée comme légale. Nintendo est d’ailleurs particulièrement strict avec les droits d’utilisation de ses licences. La firme japonaise fait régulièrement interdire l’accès non officiel à ses œuvres. Il n’est pas rare que Nintendo fasse supprimer des jeux créés par des fans à partir de ses licences.

A titre d’exemple, une reproduction de Super Mario 64 avait été proposée en ligne par un fan, qui Nintendo a rapidement fait interdire. De même, un remake de Mario Land 64 avait été proposé en 2019 par Kaze Emanuar, dont Nintendo a réclamé le retrait. Il faut dire que Nintendo propose l’accès à ses anciens jeux via la Switch, et le service Nintendo Switch Online payant. Un protectionnisme qui, bien que frustrant pour les fans, est légitime.

Source : Ubergizmo