Accueil » Actualité » PS5, Xbox, RTX, Ryzen : pas de stock avant le printemps 2021, pourquoi ?

PS5, Xbox, RTX, Ryzen : pas de stock avant le printemps 2021, pourquoi ?

Des consoles PlayStation 5 et Xbox Series X introuvables, des cartes graphiques et processeurs tout aussi absents… L’année 2020 a été un millésime de première classe pour les innovations technologiques, mais elle sera aussi l’année de la frustration ultime pour les passionnés, qui n’en voient pas la couleur.

Aucune PS5 en rayon, pas plus que de Xbox ou encore de nouvelles RTX 3070, 3080 et 3090 de Nvidia. Côté console, cette pénurie a provoqué vols, arnaques et braquages en chaîne. Comment une telle situation a-t-elle pu se produire ? Les grandes marques en jeu (Sony, Microsoft, NVIDIA, AMD) évoquent toutes une « demande supérieure à l’offre ». Une explication évasive, sans communication sur l’état réel de leur offre et des chaînes de production.

penurie composants RTX Ryzen Xbox
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

Nous avons donc cherché à évaluer les causes du problème, interrogeant plusieurs sources du milieu, pour constater que la situation est sérieuse et qu’elle va durer au moins jusqu’au printemps 2021, car ses causes sont multiples et plus complexes qu’on ne le dit.

Une demande en forte hausse

L’explosion de la demande en produits informatiques est indéniable. Tout d’abord à cause du télétravail : les imprimantes, ordinateurs portables sont très convoités, l’un des leaders de la webcam nous rapporte un record historique de vente.

Côté gaming, 2020 aura vu les lancements les plus attractifs depuis longtemps : PS5, Xbox Series X et S, GeForce RTX 3000, Ryzen 5000 (lire notre test des Ryzen 9 5900X et Ryzen 7 5800X), Radeon 6000 (6800 et 6800 XT), sans oublier le SoC Apple M1. Ces nouveautés offrent des bonds de performances jamais vus depuis plusieurs années, et ils font logiquement exploser les envies.

PS5

L’un des plus gros vendeurs de cartes graphiques nous explique que les commandes de GeForce RTX, RTX 3080 en tête, la tueuse de GeForce RTX 2080 (Ti), des revendeurs français sont beaucoup plus importantes que l’année dernière. Les cartes partent effectivement aussi vite qu’elles arrivent, mais ce vendeur nous explique bien ne pas avoir plus de problème de disponibilité que lors des années précédentes.

Idem chez un fabricant de PC fixe gaming, qui nous explique avoir des machines en RTX 3000 disponibles, mais que la demande est effectivement énorme, surtout depuis que la grande distribution s’est placée sur ce marché, siphonnant de grosses quantités. En conséquence, même les cartes graphiques de génération précédente sont impactées par un manque de disponibilité.

Chez AMD, les Ryzen 4000 mobiles, lancés en mars dernier, se font rares, tout comme les Ryzen 5000, au point que beaucoup de fabricants se retournent sur les Ryzen 3000. Les Radeon 6800 et 6800 XT sont encore plus difficiles à trouver que les RTX 3070, 3080 et 3090.

Les transports : une crise historique qui n’arrange rien

Les transports sont en panique depuis le début de la pandémie COVID-19. Mais la situation est encore pire en cette fin d’année. Un professionnel du secteur, travaillant chez l’un des leaders du transport international, nous décrit une situation inédite : « la plus grosse crise jamais connue » des transports entre l’Asie et le reste du monde.

« La plus grosse crise jamais connue » des transports entre l’Asie et le reste du monde.

Les prix du transport de containers flambent pour les Etats-Unis, qui monopolisent désormais la majorité du trafic maritime et aérien afin d’importer massivement du matériel de protection individuelle (masques, gants, blouses…) en plus des marchandises classiques. L’Europe doit donc payer le prix fort pour récupérer de la capacité de transport : on est passé de 2000 dollars à plus de 6000 dollars pour un container, et seulement pour l’acheminement port à port.

Le coût d’un fret aérien a doublé à cause de la pandémie

Même chose pour l’aérien. Un exportateur chinois nous explique qu’affréter un Boeing 747 coûte désormais un million de dollars, contre environ 400 000 dollars en temps normal. Tout simplement parce qu’il faut aussi payer le très probable retour à vide de l’avion, à cause de l’énorme déséquilibre actuel de l’import-export entre la Chine et l’Europe. Le prix au kilo du transport aérien a globalement doublé. L’Europe se rabat alors sur les nouvelles routes de la soie ouvertes par la Chine : du transport routier et ferroviaire dont le prix a déjà triplé !

train route de la soie
Le train en provenance de Chine emprunte la route de la soie.

Écrans, cartes graphiques, les produits encombrants sont les plus pénalisés

Certains périphériques volumineux, comme les écrans PC, en souffrent beaucoup : leurs prix montent de 15 et 25 % en France, nous confie une marque du secteur. D’après nos informations, certains composants informatiques, parfois des cartes graphiques, sont désormais envoyés en Europe sans leur emballage pour économiser du volume : ils seront mis en boîte à l’arrivée.

Des délais d’acheminement quatre fois plus long

Mais côté transport, le prix reste un handicap mineur pour les produits technologiques, souvent petits, légers et à forte valeur. Le vrai problème actuel réside dans les délais : actuellement 4 à 5 semaines pour obtenir de la place dans les transports, c’est quatre fois plus long qu’en temps normal. Sur la route et les trains, le passage de certaines frontières entre la Chine et l’Europe dure aujourd’hui 10 jours en moyenne, contre 3 auparavant. Voilà qui tombe très mal en pleine période de Noël, et qui va durer jusqu’en mars prochain au minimum, selon notre source.

PS5, Xbox, Ryzen, Radeon : la production de processeurs en 7 nm est dépassée par la demande

La production est aussi dans une situation historiquement difficile. Et les fabricants ne s’étalent pas trop sur le sujet… La réalité est pourtant claire : toute la chaîne de production est perturbée pour de multiples raisons.

Tout d’abord, le fondeur taïwanais TSMC est totalement submergé par la demande. La raison est simple : excepté les RTX 3000, tous les lancements de 2020 (dont les PS5 et Xbox) exploitent des puces gravées en 7 nm. La demande de smartphones n’arrange rien à l’affaire, avec des fabricants de SoC ARM comme Qualcomm, très demandeurs en 7 nm. TSMC est seul sur cette technologie, et ses lignes de production sont donc totalement saturées. Cette limite claire empêche toute augmentation de la production générale dans l’immédiat.

Substrat ABF, le composant indispensable aux processeurs, mais introuvable actuellement

De même, un film isolant indispensable à la gravure des puces en 7 et 5 nm, appelé substrat ABF (Ajinomoto Build-up Film) est en pénurie croissante depuis plusieurs mois. Les prix de ce film auraient augmenté de 40 %, avec un temps d’attente qui monte à 4 mois. Et si les fabricants expliquent que la pénurie risque de durer encore longtemps, c’est aussi parce que les rares fournisseurs de substrat ABF comme Unimicron, Kinsus, ou Na Ya indiquent qu’ils ne seront pas capables d’augmenter leur production avant trois trimestres.

Image 1 : PS5, Xbox, RTX, Ryzen : pas de stock avant le printemps 2021, pourquoi ?
Le substrat ABF d’Ajinomoto

D’autres composants compliquent encore les choses : les petites puces annexes (contrôleurs, superviseurs, etc) signés ST Micro, NXP, ou encore Infineon, manquent aussi à cause d’une autre pénurie : les galettes de silicium de 8 pouces de diamètre. De nombreux produits en souffrent, comme les blocs d’alimentations PC, mais aussi les consoles PS5 et Xbox Series X, ainsi que les cartes graphiques. La mémoire flash et la DRAM ne semblent pas vraiment en cause, ni le COVID, qui n’a pas vraiment stoppé les usines de composants.

La situation politique entre la Chine et les Etats-Unis empire les choses. De nombreuses productions chinoises sont bloquées par les mesures de restriction commerciales américaines, ce qui rend la logistique de l’assemblage des composants très difficile à gérer. Les échanges entre la Chine et Taïwan, jusqu’ici très fluides, sont désormais bien plus délicats. Si certains fabricants évoquent une meilleure situation en février, c’est qu’ils s’attendent à un changement apporté par le nouveau président américain.

Pénurie ? Pas pour tout le monde

Tous les fabricants ne sont pas touchés de manière égale. Il semble que grâce à leur puissance de frappe sur le marché, NVIDIA et Apple aient chacun sécurisé une grosse quantité de substrat ABF. Apple est seul sur les lignes 5 nm de TSMC avec une petite puce (119 mm²) plus facile à produire en grand nombre. De son côté, NVIDIA évite l’embouteillage chez TSMC en produisant chez Samsung en 8 nm dont le rendement reste correct, malgré des GPU bien plus grands (392 et 628 mm²). Les deux géants s’en tirent donc plutôt bien. Selon nos informations, les GeForce RTX 3060 (Ti) de NVIDIA arriveraient en très grand nombre dans les prochaines semaines. Le manque de RTX 3080 et 3090 serait aussi causé par quelques difficultés d’assemblage de la carte, notamment au niveau du PCB et du packaging du GPU.

rtx3080-2
Crédit : Tom’s Guide France

Nous n’avons pas eu d’information précise au sujet d’AMD, dont les CPU et GPU de grande taille (520 mm² pour les Radeon 6800) semblent plus touchés par le manque de substrat ABF et l’engorgement de TSMC. NVIDIA est dans une meilleure position, mais chercherait tout de même à passer en 7 nm chez TSMC doté d’un meilleur rendement, pour augmenter sa production, ce qui ne va pas arranger les choses pour ses concurrents.

PS5 et Xbox : rupture de stock jusqu’au printemps 2021

Les PlayStation 5 et Xbox Series X, basées sur un SoC AMD sont donc touchées de plein fouet par cette production très tendue. Microsoft explique que les nouvelles Xbox seront en pénurie jusqu’à mars prochain, sans avancer d’explication précise à part la « forte demande ». Plus d’un million de Xbox, Series S et Series X confondues, ont été vendues le jour de leur lancement, le 10 novembre dernier.

Sony a officiellement démenti la réduction de la production de PS5 suite à un hypothétique (et peu crédible) problème de rendement de gravure de son SoC. En outre, Sony a promis un réapprovisionnement de PS5 avant la fin de l’année.

Rappelons que le processus de gravure de TSMC en 7 nm est estimé mature et fiable, et que le SoC AMD de la PS5 est de taille modérée (308 mm²). Sony reste sur une dernière déclaration d’environ 7 millions de console vendues d’ici mars 2021, ce qui ne serait pas un mauvais chiffre… si la PS5 n’était pas en totale rupture de stock actuellement dans le monde entier !

Une chose est donc certaine aujourd’hui : s’il y a pénurie, elle ne vient pas que de la demande !

Sources additionnelles :
DigiTimes, EETimes, IgorsLab, The Verge, FusionWorlwide, Coreteks, GameIndustry, Bloomberg, TechPowerUp, Wikipedia, Reuters, VideoGamesChronicle