Accueil » Actualité » L’armée britannique pourrait être composée de 30 000 robots d’ici 2030

L’armée britannique pourrait être composée de 30 000 robots d’ici 2030

Le chef d’état-major britannique, Nick Carter, a annoncé lors d’une interview que l’armée britannique pourrait investir dans 30 000 robots militaires d’ici 2030. Ils seraient notamment déployés aux côtés des soldats humains sur la ligne de front.

Des soldats britanniques en pleine action
Des soldats britanniques en pleine action – Crédit : The British Army

Les forces armées du monde entier misent de plus en plus sur les progrès technologiques pour renforcer leur puissance. L’armée américaine est par exemple en train de développer des lunettes de réalité augmentée pour les chiens de guerre. D’ici 2023, des drones de combat autonomes pilotés par une intelligence artificielle pourraient voir le jour. De son côté, le Royaume-Uni viserait à employer des milliers de robots pour combler le manque d’enrôlements. En effet, l’armée britannique peine à atteindre son objectif de recrutement. Elle s’attendait à avoir 82 050 soldats formés alors qu’il n’y en a que 73 870. Recruter des robots pourrait donc être la solution.

L’armée britannique pourrait bientôt être composée de 90 000 soldats et de 30 000 robots

Comme l’a rapporté le journal britannique The Guardian, le chef d’état-major britannique Nick Carter s’est exprimé dimanche lors d’une interview télévisée. Selon lui, 30 000 robots pourraient venir compléter les rangs de l’armée d’ici 2030. Ils travailleraient aux côtés des soldats humains sur la ligne de front, mais aussi derrière. Au total, les forces armées britanniques seraient ainsi composées de 120 000 soldats, dont 90 000 seraient des humains. Le général a tenu à préciser que ces chiffres ne sont pas des objectifs, mais plutôt des estimations.

De plus, l’armée britannique est déjà activement engagée dans les nouvelles technologies. Plusieurs recherches sont en cours et elles impliquent des drones, des véhicules terrestres et même des sous-marins télécommandés. Bien entendu, la politique du ministère de la Défense est que les armes léthales ne peuvent être commandées que par des humains. Par exemple, l’armée a récemment testé le prototype de drone de combat appelé i9. Il est prévu pour des conflits urbains. Ce drone est capable de voler à l’intérieur d’un bâtiment, d’identifier et de viser des cibles. Il est équipé de deux canons de fusil de chasse, mais il ne tire pas de manière autonome. Un opérateur humain prend cette décision.

Le chef d’état-major britannique n’a pas précisé quels pourraient être les rôles de ces 30 000 robots. S’ils sont capables d’une action léthale, ils nécessitent obligatoirement des opérateurs humains pour les commander à distance. Il pourrait également s’agir de robots dédiés à la reconnaissance et à tout autre domaine afin de venir en aide aux soldats humains pendant un conflit. D’ailleurs, c’est également l’objectif de l’armée américaine qui veut équiper ses soldats de 100 000 casques VR HoloLens dans le cadre d’un contrat de 480 millions de dollars signé en 2018 avec Microsoft.

Source : Engadget