Accueil » Actualité » L’armée ukrainienne trompe les missiles russes avec des lance-missiles en bois

L’armée ukrainienne trompe les missiles russes avec des lance-missiles en bois

Selon le Washington Post, les armées de Kiev ont réussi à leurrer une dizaine de missiles russes de type Kalibr simplement en disposant de faux HIMARS en bois sur son territoire (d’énormes lance-missiles fournis par l’Armée de Terre des États-Unis).

Un HIMARS produit par Lockheed Martin à Yakima
Un HIMARS produit par Lockheed Martin à Yakima © Tony Overman, Olympian, AP

Comme le rapportent nos confrères du Washington Post, l’armée ukrainienne a trouvé une drôle de solution pour contrer les missiles russes qui s’abattent sur son sol. Kiev a déployé toute une flotte de leurres en bois ressemblant comme deux gouttes d’eau à l’un des systèmes de fusée américains déployés sur le terrain, le M142 High Mobility Artillery Rocket System, ou HIMARS.

Des répliques plus vraies que nature

Bien que simplistes dans leur conception, ces leurres ingénieux ont amené les forces russes à gaspiller des missiles de croisière à longue portée particulièrement coûteux, selon des entretiens avec de hauts responsables américains et ukrainiens (et des photographies de répliques examinées par le Washington Post).

« Dès qu’un drone russe repère l’un de ces leurres, il le prend directement comme une cible VIP », a déclaré un haut responsable ukrainien. Les leurres auraient déjà attiré pas moins de 10 missiles de croisière Kalibr, un premier succès qui a conduit l’Ukraine à étendre la production de ces répliques pour une utilisation plus large. Selon Netcost Security, les forces armées du Kremlin utilisent la version 3M-14T du Kalibr, dont le missile coûte 900 000 euros, mesure 6,5 mètres pour un poids de 5 tonnes.

À lire : Ukraine : le QG du groupe Wagner détruit après la publication d’une photo sur Telegram

L’utilisation de ces leurres est l’une des nombreuses tactiques asymétriques que les forces armées ukrainiennes ont adoptées pour riposter contre un ennemi plus gros et mieux équipé. Et le concept des leurres fonctionne à merveille. « Si les Russes pensent qu’ils ont touché un HIMARS, ils prétendront qu’ils ont touché un HIMARS » a déclaré George Barros, chercheur militaire à l’Institute for the Study of War, un groupe de réflexion de Washington. « Les forces russes pourraient très bien exagérer leurs évaluations des dégâts de combat après avoir touché les leurres HIMAR », a-t-il ajouté.

Le Pentagone affirme toutefois avoir fourni 16 (véritables) lanceurs HIMARS à l’Ukraine, depuis le début de la guerre. Il n’a en revanche pas été possible de vérifier combien sont encore opérationnels aujourd’hui, ou combien, le cas échéant, ont été détruits.

Sources : Washington Post, Netcost Security