Accueil » Actualité » Linky : vous n’en voulez toujours pas ? Alors vous allez payer

Linky : vous n’en voulez toujours pas ? Alors vous allez payer

Mauvaise nouvelle pour les Français qui ont refusé l’installation du compteur communicant Linky. La CRE (commission de régulation de l’énergie) veut facturer les usagers réfractaires au compteur Linky dès le mois de janvier 2023.

Au 31 décembre 2021, près de 90 % du parc de compteurs d’Enedis étaient équipés du nouveau boîtier vert. Néanmoins, il reste encore environ 10 % d’irréductibles qui ont refusé l’installation du compteur Linky. La CRE (commission de régulation de l’énergie) cherche donc un moyen d’inciter les usagers réfractaires à procéder à l’installation du compteur communicant.

Un compteur Linky
Un compteur Linky – Crédit : © Benoît Prieur / Wikimedia Commons

Les 10 % de réfractaires représentent environ 3,8 millions de foyers français. Ils contestent l’installation du compteur intelligent pour diverses raisons : soucis techniques, craintes d’incendie, impact sur la santé, etc. L’année dernière, une retraitée de 71 ans refusait l’installation du compteur Linky au-dessus de son lit. Elle craignait les ondes qui sont générées par le boîtier. Il est effectivement possible de refuser l’installation du compteur pour des raisons de santé, notamment pour les personnes électrosensibles.

8,30 € tous les deux mois pour ceux qui refusent l’installation du compteur Linky

Pour inciter les 3,8 millions de foyers à remplacer leur ancien compteur par le modèle de nouvelle génération, la CRE va lancer une seconde phase de déploiement diffus qui se terminera en 2024. Pour Enedis, le compteur Linky permet de relever à distance la consommation électrique d’un foyer. Les abonnés n’ont donc pas à transmettre eux-mêmes leur index de consommation à Enedis.

Cependant, pour les 10 % d’usagers réfractaires, Enedis est obligé de procéder à une relève résiduelle des compteurs électriques. Entre 2022 et 2024, relever la consommation électrique des 3,8 millions de foyers coûtera environ 26 millions d’euros à la CRE. Pour compenser ce coût, la CRE prévoit d’instaurer « un nouveau cadre de régulation incitative qui s’appliquera au projet Linky jusqu’en 2024 ».

À partir de janvier 2023, les abonnés qui continuent de refuser l’installation du compteur Linky et qui ne transmettent pas leur index auto-relevé à Enedis devront payer 8,30 € de plus tous les deux mois. Cette pénalité financière se terminera une fois que l’abonné approuve l’installation du compteur Linky. Sinon, le montant du surcoût de cette sanction financière sera réévalué en 2025.

Source : Lacs Champagne