Accueil » Actualité » Netflix force les cinéastes à n’utiliser que des « caméras approuvées »

Netflix force les cinéastes à n’utiliser que des « caméras approuvées »

Vous ne le saviez peut-être pas, mais Netflix pousse les cinéastes à respecter de nombreuses normes en termes de prises de vues cinématographiques pour la réalisation de leur contenu original. Il existe même une liste de « caméras approuvées » par le service. Dans une récente vidéo, Netflix explique le pourquoi du comment.

Le tournage de Stranger Things
Le tournage de Stranger Things © Netflix

Afin de fidéliser ses abonnés et d’en attirer de nouveaux, Netflix investit d’énormes sommes d’argent pour la création de son contenu original. Mais saviez-vous que les sociétés de production mandatées par le géant du streaming ne sont censées utiliser que des caméras approuvées ?

Des normes drastiques pour la création de contenus Netflix

Dans une vidéo (ci-dessous), Netflix explique comment ils poussent les fabricants de caméras et les sociétés de production à respecter certaines normes en matière de sélection d’appareils pour leur liste de caméras approuvées.

Dans la vidéo, Kris Prygrocki, spécialiste des systèmes de caméras chez Netflix, commence par souligner une idée fausse courante, à savoir que la seule exigence de la société pour sa liste approuvée est la capacité à filmer en 4K.

C’est bel et bien l’un des critères, mais ce n’est pas le seul. Et la liste est longue : qualité de la plage dynamique, reproduction des couleurs, performances du bruit, vitesse de lecture du capteur, compression, etc. « Tout ce que nous demandons, c’est que les cinéastes fassent le meilleur travail possible » précise Prygrocki.

À lire : Netflix : pourquoi la plateforme perd-elle autant d’abonnés ?

La petite liste des caméras approuvées (à retrouver ici) par Netflix comprend actuellement 48 appareils, fabriqués par ARRI, Canon, Panasonic, Red, Panavision, Sony et Blackmagic. Les normes drastiques de Netflix sous-entendent qu’il est difficile pour certains appareils (comme les drones, les petites caméras ou les caméras d’action) d’y figurer.

L’entreprise ne s’oppose toutefois pas à ce qu’un cinéaste utilise un kit de caméra spécialisé pour une prise de vue particulière. « Imaginez que vous essayez de capturer le battement d’aile d’un colibri à 1 000 images par seconde ou que vous devez poser une caméra sur une voiture qui s’écrase contre un mur » explique Prygrocki. « C’est des prises de vue que vous ne pouvez tout simplement pas réaliser sans l’utilisation d’un système spécialisé, et ça, nous le comprenons bien » a-t-il ajouté.

La vidéo est à retrouver ci-dessous.