Accueil » Actualité » Tesla a discrètement doté sa Model 3 d’un chargeur bidirectionnel

Tesla a discrètement doté sa Model 3 d’un chargeur bidirectionnel

Une étude approfondie montre que le chargeur de la Model 3 est bidirectionnel, c’est-à-dire que la voiture est techniquement capable d’alimenter un bâtiment ou de renvoyer l’énergie sur le réseau. Pourtant Tesla n’a jamais communiqué dessus.

Image 1 : Tesla a discrètement doté sa Model 3 d’un chargeur bidirectionnel
Crédits : Marco Gaxiola

La recharge bidirectionnelle constitue un argument de vente pour certains constructeurs automobiles, dont Nissan qui met en avant les capacités de la Leaf à alimenter les bâtiments en cas de coupure d’électricité suite à une catastrophe naturelle comme un tremblement de terre ou un typhon, évènements malheureusement fréquents au Japon.

Le maître-mot de Tesla : prévoir l’avenir

Pourtant, bien que sa Model 3 en soit dotée, et par conséquent très probablement sa Model Y, Tesla n’a jamais communiqué sur l’éventualité pour ses véhicules d’être utilisés comme batteries de secours. Elon Musk et JB Straubel, cofondateur de Tesla, avaient même émis des réserves quant au bien-fondé d’une telle fonctionnalité, causant une dégradation prématurée des batteries en multipliant les cycles de charge.

C’est Marco Gaxiola, ingénieur électricien qui en a informé nos confrères d’Electrek. Alors qu’il était chargé de réaliser la rétro-ingénierie du système de charge de la Model 3 pour un concurrent de Tesla, il a découvert que, technologiquement parlant, la voiture était capable d’envoyer le courant électrique de sa batterie vers le chargeur et ainsi vers le réseau électrique. Toutefois, cette fonction que l’on nomme V2G pour « Vehicle to grid » est pour l’instant désactivée. L’ingénieur pense qu’une mise à jour OTA suffirait à activer cette nouvelle fonctionnalité.

Une stratégie qui pourrait rapporter gros

Cette nouvelle fait écho à 3 informations qui pourraient donner tout son sens à la charge bidirectionnelle. La première est l’arrivée prochaine de la batterie fonctionnant 1 million et demi de kilomètres grâce à une multiplication du nombre de cycles avant dégradation. Ainsi, les craintes d’Elon Musk d’usure prématurée s’envolent.

Ensuite, Tesla a récemment fait une demande de licence pour devenir fournisseur d’électricité au Royaume-Uni, utilisant sa plateforme Autobidder qui utilise l’intelligence artificielle pour le négoce d’électricité en temps réel. Une large flotte de Tesla assurerait donc une fonction similaire aux batteries géantes MegaPack comme celle installée en Australie et bientôt à Hawaï.

Qui parle de flotte de véhicules pense évidemment à celle de robot-taxis que Tesla veut mettre en place à partir de la fin de l’année. Ceux-ci pourraient donc rapporter de l’argent en transportant des clients mais aussi lorsqu’ils sont garés en revendant leur électricité au meilleur coût.

Source : Electrek