Accueil » Actualité » Tesla : après une série d’accidents, l’Autopilot est dans le collimateur des autorités

Tesla : après une série d’accidents, l’Autopilot est dans le collimateur des autorités

La National Highway Traffic and Safety Administration (NHTSA) a ajouté un 12e accident à son enquête sur le système Autopilot de Tesla, et exige désormais que l’entreprise fournisse une quantité importante de données sur ses systèmes d’aide à la conduite d’ici le 22 octobre.

À la mi-août, la NHTSA a lancé une enquête concernant onze cas de voitures électriques Tesla ayant percuté des véhicules d’urgence. Un douzième accident s’est récemment ajouté à la liste, ce qui a poussé le régulateur à réagir.

Tesla - Third Row Tesla
Tesla – Crédit : Youtube / Third Row Tesla

Désormais, le constructeur de véhicules électriques Tesla risque une lourde amende de 114 millions de dollars de la part de l’Administration nationale américaine de la sécurité des transports routiers (NHTSA) si l’entreprise ne soumet pas à l’organisme de réglementation les données relatives aux accidents de ses voitures impliquant des véhicules de secours. Les Tesla semblent détester les voitures de secours, puisque nous avions pu voir il y a quelques jours l’Autopilot percuter de nouveau une voiture de police.

L’agence veut notamment savoir comment les Tesla détectent une scène d’accident, notamment les feux clignotants, les fusées de détresse, les gilets de sécurité portés par les équipes et les véhicules stationnés sur la route.

La NHTSA enquête sur plus de 756 000 véhicules

L’enquête concerne tous les véhicules américains de Tesla dont le modèle est compris entre 2014 et 2021, soit 756 000 véhicules. En outre, pour chaque véhicule, la NHTSA a également demandé à Tesla de lui fournir les détails de toutes les plaintes des clients, les procès, les arbitrages, les rapports de terrain et autres détails.

L’agence veut également connaître les politiques et procédures de Tesla pour tester l’Autopilot et les mises à jour avant qu’elles ne soient mises à disposition des propriétaires. La demande comprend « l’étendue des tests sur le terrain ou des kilomètres de validation des véhicules requis avant la diffusion d’un tel système ou d’une telle fonctionnalité. »

Elon Musk avait avoué lui-même que la dernière version de la conduite autonome de Tesla n’était pas terrible, et promet désormais des améliorations significatives d’ici vendredi de la semaine prochaine avec l’arrivée de la dixième bêta du système Full Self-Driving.

Même s’il arrive que des Tesla percutent d’autres véhicules, le constructeur américain rappelle que vous avez 7 fois moins de chances d’avoir un accident avec l’Autopilot activé. De plus, sur les 12 accidents constatés ces derniers mois par la NHTSA, beaucoup d’entre eux avaient été causés par l’inattention des conducteurs, et non par un dysfonctionnement de l’Autopilot. Tesla rappelle souvent qu’il ne s’agit pas d’un système de conduite autonome, mais seulement de conduite assistée, ce qui veut dire que les conducteurs doivent rester vigilants et être prêts à reprendre la main en cas de situation dangereuse. S’installer sur le siège arrière sans personne au volant avec l’Autopilot activé n’est donc pas une très bonne idée.

Source : AP