Accueil » Actualité » Tesla développe son propre service cartographique en utilisant les données collectées par ses clients

Tesla développe son propre service cartographique en utilisant les données collectées par ses clients

L’Autopilot dépend énormément de la position GPS des véhicules et des cartes tierces. Tesla cherche à se constituer la sienne en mutualisant les données collectées par les véhicules vendus jusqu’ici.

Image 1 : Tesla développe son propre service cartographique en utilisant les données collectées par ses clients
Crédits : Piqsels (CC0)

Tesla cherche à limiter sa dépendance aux sociétés tierces. Son nouvel objectif semble se fixer sur le développement de son propre service cartographique. Pour avancer son logiciel d’Autopilot, comme avec le parking automatique promis pour bientôt, et surtout mettre en place sa flotte de robot-taxis d’ici la fin de l’année, la cartographie va devenir critique.

Vers un Google Maps façon Tesla ?

Sur Twitter, Elon Musk a répondu à une analyse du fonctionnement de Smart Summon, le système qui fait sortir la voiture seule de sa place de parking et la fait venir s’arrêter aux pieds de son propriétaire. C’est le podcast dédié à Tesla « Third Row Tesla Podcast » qui en est à l’origine. Selon lui : « Théoriquement, il devrait être possible d’améliorer les algorithmes de navigation de Smart Summon si Tesla avait sa propre base de données de points GPS et de données de conduite dans les parkings ». Le patron de Tesla avait répondu : « Ça arrive ».

Tout comme Tesla s’était passé de Mobileye puis de Nvidia pour son ordinateur de bord et avait fini par créer sa propre puce, il semblerait que le constructeur cherche maintenant à être maître de ses propres cartes. Il faut dire que si l’on compare de plus près les véhicules servant à faire les relevés de Google Maps et Google Street View et les Tesla, les 2 ont une position GPS enregistrée et des caméras à 360°. Le reste n’est qu’une question logicielle. Côtés chiffres, on rappellera que Google a photographié 16 millions de kilomètres de rues et qu’il y a maintenant plus d’un million de Tesla sur les routes.

Jusqu’ici, Tesla utilise les algorithmes de routage de Mapbox. La startup qui travaille également avec Porsche et Uber indique ainsi sur son site que ses cartes sont améliorées par tous les véhicules qui implémentent leur solution. Ce sont ainsi 640 millions d’utilisateurs qui utilisent Mapbox chaque mois, générant 14 milliards de données chaque jour. Les cartes font l’objet de 100 000 changements quotidiens.

Source : InsideEVs