Accueil » Test » Test Ezviz C6 2K+ : s’il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la

Test Ezviz C6 2K+ : s’il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la

Cette caméra sphérique conçue par Ezviz fait montre d’un bel équipement, notamment son objectif motorisé, et son prix est raisonnable. Un bon choix.

Image 2 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
8/10

Ezviz C6 2K+

On aime
  • L'image d'assez bonne qualité
  • L'objectif motorisé avec suivi
  • L'obturateur d'objectif
  • La possibilité de stocker sur carte microSD
  • La connexion Wifi ou Ethernet
On n’aime pas
  • L'application mobile un peu déroutante
Verdict :

La caméra C6 2K+ bénéficie d’un très bon rapport qualité/prix et se classe parmi les meilleurs modèles du marché. Bien équipée – on pense à la vue panoramique – et produisant une image de qualité honorable, elle est malgré tout accessible à des petits budgets. Dommage que l’application mobile manque de finition.

La caméra d’intérieur C6, généralement affublée du sigle 2K+, fait partie du dernier lot de nouveautés annoncées par la marque chinoise Ezviz, détenue jusqu’en 2020 par Hikvision (le numéro 1 mondial des systèmes de vidéosurveillance). Sa bouille bien ronde est assez originale et notable, mais certaines de ses caractéristiques techniques sont également alléchantes, à commencer par la définition d’image 2K ou encore son objectif motorisé. Le tout à un prix attractif voisin de la centaine d’euros. Désormais passée entre nos mains, que vaut la caméra C6 en pratique ?

Image 3 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
© Frédéric Monflier / Tom’s Guide

Ezviz C6 2K+ : les principaux points positifs

La performance de la fonction de détection, la richesse de l’équipement : voilà qui résume les grandes forces de cette caméra.

L’assez bonne qualité d’image

Equipée d’un capteur de quatre millions de pixels, la C6 2K+ produit des vidéos avec une définition maximale de 2560×1440 pixels. La précision de l’image n’est pas optimale pour autant, la faute à un débit limité à 4 Mbits/s, gage d’une compression assez élevée. Malgré tout, les visages sont facilement identifiables, ce qui est le plus important. Par ailleurs, la colorimétrie est assez équilibrée, la déformation optique n’est pas trop prononcée et l’option WDR (wide dynamic range) permet de déboucher les contre-jours. La vision de nuit offre quant à elle une portée honorable de quatre à cinq mètres environ. Au final, sans être exceptionnelle, la qualité d’image demeure globalement au-dessus de la moyenne.

Image 4 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
© Frédéric Monflier / Tom’s Guide

La détection efficace avec suivi automatique

Grâce à l’incorporation de petits moteurs, l’objectif de type PT (pan-tilt) est orientable horizontalement sur un angle total de 353° et inclinable verticalement de 0 à 133°. A distance et via l’application mobile, on peut donc examiner manuellement chaque recoin d’une pièce si besoin. Si l’IA embarquée dans la caméra détecte une forme humaine – ce qu’elle fait très bien-, l’objectif s’oriente même automatiquement en direction de l’intrus (sur le plan horizontal) pour le «traquer». Cette IA est par ailleurs capable de discerner les humains, les animaux domestiques (ce que nous n’avons pas pu tester) et les bruits anormaux. La reconnaissance gestuelle est également prise en charge : la caméra étant dotée d’un micro et d’un haut-parleur, une personne agitant la main devant l’objectif peut passer un appel vidéo à l’utilisateur de l’application mobile. D’après nos tests, cela fonctionne.

Le cache-objectif préservant l’intimité

C’est peut-être un détail pour beaucoup, mais la présence d’un cache-objectif (en fait l’objectif se cache à l’intérieur de la caméra) est toujours appréciable : quiconque se trouvant à la maison est rassuré par un tel mécanisme, car il ne se sent pas observé, voire espionné. Cet obturateur s’active via l’application mobile. S’il avait été possible de le faire à même la caméra, c’eût été encore mieux.

Image 5 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
© Frédéric Monflier / Tom’s Guide

Le stockage possible sur carte microSD

Les photos et vidéos sont enregistrées par défaut sur le cloud d’Ezviz. Après une période d’essai gratuite de sept jours, ce service est facturé à partir de 4,99 €/mois et donne accès à un historique entre sept et trente jours. Classique… Mais l’option de l’enregistrement sur carte microSD (non livrée) est également disponible et , comme de coutume, cette liberté de choix pour l’utilisateur est une bonne chose. L’emplacement étant situé directement sur l’objectif pivotant, ce qui est un peu dommage, on prendra garde de mettre en place correctement la languette de protection. Enfin, à notre connaissance, cette caméra n’est pas identifiable par l’application de vidéosurveillance d’un NAS (typiquement Synology ou QNAP).

Image 6 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
© Frédéric Monflier / Tom’s Guide

La double connexion Wifi/Ethernet

Comme toutes les caméras IP – ou presque – la C6 est dotée d’une connexion Wifi. Mais elle bénéficie en supplément d’un connecteur RJ45 et peut donc communiquer au travers d’une liaison filaire Ethernet. Laquelle réclame le déploiement d’un câble, ce qui n’est pas toujours commode, mais montre une stabilité bien supérieure à celle d’un réseau Wifi. Quoi qu’il en soit, le choix du type de connexion est toujours un plus.

Image 7 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
© Frédéric Monflier / Tom’s Guide

Ezviz C6 2K+ : les principaux points négatifs

On peut adresser quelques petits reproches à la C6 2K+, comme sa sirène intégrée trop faiblarde. Mais c’est l’application mobile qui concentre l’essentiel de nos griefs.

L’application mobile parfois déconcertante

L’agencement de cette application mobile, en soi, est peu critiquable. On trouve et on retrouve assez vite les fonctions et les réglages importants., d’autant qu’on peut organiser le sous-menu à sa guise. Mais il faut d’abord se familiariser avec un lexique parfois étrange, et probablement hérité d’une traduction à la diable. Des exemples ? «Notification audible» au lieu de «sirène», ou «plan de rappel pour l’appareil » qui exprime juste une option de programmation de la caméra. On finit par s’y faire mais quand même… Rappelons que l’application mobile, une fois le matériel installé, devient le vecteur d’interaction avec celui-ci. D’où son importance. Le soin apporté à cette dimension logicielle différencie encore les grandes marques technologiques des autres.

Image 8 : Test Ezviz C6 2K+ : s'il vous faut une caméra de sécurité, considérez-la
© Frédéric Monflier / Tom’s Guide