Accueil » Test » Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie

Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie

Senstroke, c’est une petit capteur Bluetooth à fixer sur son pied ou sur une baguette. Une fois appairé, il convertit les mouvements des pieds et des mains en son de batterie.

Image 2 : Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie
8/10

Redison Senstroke

219€ > Amazon
On aime
  • Jouer de la batterie n'importe où
  • Jouer de la batterie au casque sans embêter personne
  • Possibilité de s'enregistrer via l'appli ou en MIDI
On n’aime pas
  • Le calibrage des pièces de batterie à refaire à chaque nouvel emplacement
  • La frappe différente de celle d'une vraie batterie (sans les pads de Redison)
  • Précision de la frappe un peu confuse par moment
Verdict :

Redison propose une solution qui ne concerne qu’une niche, mais est suffisamment innovante pour être appréciée à sa juste valeur. S’il y a encore quelques ratés avec notamment une localisation perfectible des éléments, l’ensemble est vraiment complet. L’utilisation des Senstroke est simple et bien guidée. Les possibilités sont énormes pour les batteurs en herbe ou confirmés. Le débutant pourra s’entraîner n’importe où, l’amateur saura quant à lui utiliser le concept pour faciliter ses enregistrements. Seul autre bémol, en utilisant n’importe quelle surface pour jouer, on se prive de la sensation d’une vraie batterie. Les Senstroke ne remplacent donc pas l’instrument traditionnel, mais sont un bon complément qui peut s’en approcher au mieux en les utilisant avec des pads de la même marque, mais alors la facture s’allongera encore.

plus

Lancée en 2017, l’entreprise Drumistic (devenue Redison) « a pour but de vous apporter des solutions innovantes afin de simplifier votre quotidien », comme elle l’explique. Et cela passe par Redison Music et leur premier accessoire commercialisé : le Senstroke. Il s’agit d’un produit permettant de jouer de la batterie sans batterie. Un simple capteur que l’on vient fixer à une baguette ou à son pied pour reproduire le son d’une grosse caisse, d’une cymbale ou de la grosse caisse.

Deux packs existent, l’un avec deux capteurs et l’autre avec quatre. Nous avons essayé ce dernier, le plus complet et sans doute le plus à même de combler les attentes des batteurs. Avec deux capteurs, il manquera toujours au moins la grosse caisse et ça c’est bien dommage.

Image 3 : Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie

Senstroke : une batterie simple à configurer ?

Redison Music fait fonctionner son système avec une application compagnon à installer sur son smartphone ou sa tablette (iOS ou Android). Au démarrage, il suffit d’appairer ces capteurs en les allumant l’un après l’autre. Ils sont reconnus dans l’application. Plus qu’à les calibrer. Une étape très rapide et automatique. Au pire, il est demandé de les faire tourner sur eux-mêmes pour définir leur position dans l’espace.

Image 4 : Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie

L’application Senstroke permet de jouer directement après avec un set de base comprenant la grosse caisse, la caisse claire et la charleston (ou double pédale, au choix). La prise en main est rapide, pour peu que l’on n’ait pris soin de baisser la sensibilité des capteurs de baguette, initialement réglés à 1. 0,5 est bien suffisant. Cela avait faussé notre premier jugement du kit, les frappes se déclenchant bien trop souvent.

Senstroke : peut-on jouer partout et sans bruit ?

Où frapper sans batterie face à soi ? La réponse est simple : partout. Sur ses genoux, sur une table basse, un canapé, n’importe quel support en réalité. Mais il faut bien une surface, on ne fait pas de l’Air Batterie. Une solution très intéressante, puisque non tributaire d’un instrument physique difficilement transportable. Avec Senstroke, on peut entraîner son jeu à peu près partout, et ce, sans déranger le voisinage, le son ne sortant que du smartphone ou de la tablette. Un casque ou des écouteurs et le tour est joué.

Image 5 : Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie

À noter à ce titre que nous déconseillons l’utilisation d’appareils bluetooth, si ce n’est un casque de qualité. Le risque de latence est trop important. L’expérience a été désastreuse pour nous avec des Jabra Elite 75T. La latence est le nerf de la guerre pour ces capteurs de batterie. Le filaire, il n’y aura que ça de totalement fiable pour utiliser au casque les Senstroke.

Senstroke : quelle place occupe une batterie virtuelle ?

Leur application dispose également d’un mode avancé qui permet de configurer une batterie bien plus importante. Là, l’organisation est de mise. Il faut définir avec précision les zones de frappe de chaque élément. Coussins, oreillers, tapis de souris sont alors mis à contribution. Il suffit ensuite de configurer un à un ces instruments virtuels. On frappe alternativement avec les baguettes sur les zones concernées, les unes après les autres. Une fois son set configuré, il est possible de l’enregistrer pour une réutilisation ultérieure.

Image 6 : Test Redison Senstroke : on a joué de la batterie sans batterie

Si la solution de Senstroke est simple à mettre en oeuvre en mode basique, elle demande bien plus de préparation et surtout d’espace autour de soi en mode avancée. Reproduire ainsi une batterie complète n’est pas une sinécure. Mais le résultat est plutôt bon. À noter que l’application s’emmêle parfois les pinceaux si les éléments ne sont pas suffisamment éloignés les uns des autres. On peut ainsi se retrouver à activer la charleston en frappant la caisse claire.

Les Senstroke sont compatibles MIDI avec les logiciels audio

Senstroke peut s’utiliser dans de manière plus poussée puisque ces capteurs sont compatibles MIDI. Garageband, ProTools, etc. reconnaissent ainsi le système de Redison. On peut alors leur attribuer n’importe quel instrument grâce aux samples dont ils fourmilles. Mais le plus intéressant restera d’utiliser les capteurs pour ce qu’ils sont, des simulateurs de batterie. On accède alors à de nouveaux sons de batterie, mais aussi à ses repères d’enregistrement si l’on est coutumier de ces logiciels. Un plus indéniable qui fait basculer la solution de Redison du côté amateur éclairé. D’autant plus que rien n’empêche d’utiliser des capteurs Senstroke en combinaison avec une batterie acoustique ou électrique afin simplement de récupérer leur enregistrement s’ils sont couplés avec Garageband, par exemple.