Accueil » Actualité » Il prend 5 ans de prison pour une conférence sur la crypto en Corée du Nord

Il prend 5 ans de prison pour une conférence sur la crypto en Corée du Nord

Virgil Griffith, un hacker américain et ancien développeur pour la Fondation Ethereum a été condamné à 5 ans de prison et 100 000 $ d’amende pour avoir tenu une conférence sur les cryptomonnaies en Corée du Nord.

Âgé de 39 ans, l’Américain Virgil Griffith vient d’être condamné par la justice américaine. Aussi connu sous son pseudo Romanpoet, Virgil Griffith est un hacker et ancien développeur pour la Fondation Ethereum. En cryptomonnaie, l’Ethereum est la deuxième blockchain du monde en termes de valorisation avec son token ETH après le Bitcoin.

Ethereum
Ethereum – Crédit : Kanchanara / Unsplash

En 2019, Virgil Griffith a décidé de se rendre en Corée du Nord et plus particulièrement à Pyongyang. Il a participé à une conférence sur les cryptomonnaies. Arrêté par le FBI à son retour aux États-Unis, Virgil Griffith était accusé d’avoir conseillé la Corée du Nord pour l’aider à échapper aux sanctions américaines grâce à la blockchain.

Virgil Griffith est accusé d’avoir aidé la Corée du Nord à échapper aux sanctions internationales avec les cryptomonnaies

En septembre 2021, Virgil Griffith a plaidé coupable à un chef d’accusation de complot pour enfreindre les sanctions internationales contre la Corée du Nord. Ce crime est passible d’une peine maximale de 20 ans de prison. Cependant, sa négociation de peine avec les procureurs fédéraux l’a fait descendre de 63 à 78 mois de prison ferme.

Selon un communiqué du procureur du tribunal fédéral de Manhattan, Virgil Griffith a été condamné à 63 mois de prison. Il doit aussi verser 100 000 $ d’amende. Le procureur Damian Williams a déclaré que le condamné a « reconnu devant la justice avoir agi pour que la Corée du Nord échappe aux sanctions, lesquelles sont en vigueur pour l’empêcher de se doter d’une arme nucléaire ».

Devant le tribunal, Virgil Griffith a déclaré qu’il avait passé ses derniers mois en prison à réfléchir à la manière dont il pensait « sincèrement, avec arrogance et à tort que je savais mieux ». Ses proches l’avaient effectivement mis en garde de se rendre en Corée du Nord en 2019. « J’ai appris ma leçon. Je suis toujours profondément gêné d’être ici et de ce que j’ai fait », a-t-il ajouté. Enfin, le juge a fait référence à la guerre en Ukraine et aux sanctions américaines prises contre la Russie. Il a ainsi justifié la nécessité d’une peine sévère qui va dissuader « d’autres personnes dans une situation similaire ».

Source : CoinDesk