[Test] Marshall Major II Bluetooth : on craque pour le casque sans fil ?

Fort du succès de son casque Major II, le constructeur Marshall continue sur sa lancée, et a sorti récemment son premier casque Bluetooth. Cette déclinaison de son casque à succès porte logiquement le nom de Major II Bluetooth, et reprend dans les grandes lignes le design du casque filaire du même nom. Avec ce premier casque, Marshall se lance donc sur un marché très concurrentiel, où il peut être difficile de se faire remarquer.



À lire : Comparatif : quel est le meilleur casque Bluetooth ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour le Marshall Major II Bluetooth

Oui — Pour l’excellente autonomie

C’est certainement le point le plus marquant du casque de Marshall, puisque le Major II Bluetooth affiche une autonomie de 30 heures sur le papier. Dans les faits, nous avons même réussi à faire durer la batterie encore plus longtemps, puisqu’en l’utilisant dans un usage normal pendant les heures de bureau, celui-ci n’est arrivé à court de batteries qu’au bout d’environ 3 semaines. Le résultat est assez impressionnant lorsqu’on considère la petite taille du casque, mais Marshall affirme avoir contourné cette limitation en incluant une batterie dans chacun des deux écouteurs. Concrètement, cela signifie qu’on peut se permettre aisément d’oublier de recharger son casque avant de partir sans que cela pose réellement de problème à l’usage. Seul bémol : il n’existe aucune jauge ni aucun moyen fiable de connaître l’autonomie restante à un moment donné, il faudra donc être attentif aux alertes sonores qui retentiront dans le casque avant la coupure.

Oui — Pour la qualité sonore correcte

Tout comme son homologue filaire, Marshall Major II Bluetooth a tendance à être assez généreux sur les basses, au point parfois d’étouffer un brin les aigus sans pour autant les effacer. Les voix restent clairement audible, et la qualité sonore est malgré tout correcte dans l’ensemble, et le son est puissant. Marshall oblige, le casque est mieux taillé pour écouter des morceaux un peu plus bourrins que la moyenne : du Metallica, du Rage Against The Machine ou encore du Iron Maiden passent par exemple sans aucun problème, même (surtout) en montant le son. Les autres styles musicaux sont assez bien rendus par les écouteurs, mais il existe malgré tout des casques dans cette gamme de prix qui s’en sortiront un peu mieux dans les hautes fréquences.

Oui — Parce que c’est un casque Bluetooth complet


Outre l’autonomie gargantuesque, Marshall a pensé à un certain nombre de fonctions spécifiques pour son Major II Bluetooth. On retrouve donc un bouton multifonction qui permet de réunir toutes les actions nécessaires sur un seul bouton : on pousse vers le haut et le bas pour régler le son, l’avant et l’arrière pour changer de piste, et on clic pour mettre en pause ou prendre un appel. Si l’idée de tout réunir en un bouton est intéressante et sert clairement le design, l’utilisation du bouton en lui-même est assez laborieuse au début. On change de piste alors qu’on voulait monter le son, on met en pause sans le faire exprès, etc. 

Reste que le casque est bien équipé, et cache des fonctions bien trouvées : il est par exemple possible, lors de l’écoute d’un morceau en Bluetooth, de brancher un autre casque grâce à la prise jack qui est alors libre, et se transforme ainsi en sortie son.

Oui — Pour le prix raisonnable

Pour un premier casque sans fil, Marshall livre un produit plutôt intéressant, mais auquel on pourrait reprocher un certain nombre de défauts : pas de sacoche de transport livrée dans la boîte, pas de connectivité en NFC, pas d’anti-bruit actif… Mais ces absences se justifient notamment par le fait que le Major II Bluetooth reste dans une gamme de prix assez intéressante, puisqu’il est annoncé à 150 euros. Peu de casques atteignent un tel niveau de puissance et d’autonomie pour ce prix, ce qui permet de gommer quelques menus défauts qui pourraient être corrigés dans une prochaine version du casque sans fil.

Non — Parce qu’il manque un peu de confort

Même si sa conception a été revue, la version Bluetooth de ce Major II souffre d’un souci qui existait déjà dans l’édition filaire : l’arceau rigide permet un très bon maintien du casque sur la tête, mais a également pour effet secondaire de provoquer un désagréable effet de pression des écouteurs sur les oreilles. Porteurs de lunettes, soyez prévenus : après plus d’une heure d’utilisation, vous aurez du mal à éviter cette désagréable pression des branches sur votre crâne derrière vos oreilles. Un petit réglage sur les charnières permet de réduire quelque peu l’effet de pression sur les oreilles, mais pas de le supprimer totalement, dommage.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire