Accueil » Dossier » Incroyables photos de l’espace

Incroyables photos de l’espace

Chaque jour, nos confrères de Space.com traquent les plus belles et les plus impressionnantes photographies de l’espace. Pour vous, nous en avons sélectionné 22 qui ont été publiées ces dernières semaines. Prêts au décollage ?

« There’s a starman (driving) in the sky… »

Image 1 : Incroyables photos de l'espace

Après sa voiture sans pilote, Tesla dévoile sa voiture avec un vrai-faux pilote. La méga fusée Falcon Heavy de SpaceX a été lancée avec succès le 6 février à partir du Centre spatial Kennedy, situé en Floride. Dans la mesure où c’était un vol d’essai pour Falcon Heavy, SpaceX n’emportait pas de charge utile. Au lieu de cela, Elon Musk, le fondateur et PDG de l’entreprise, et de Tesla, a monté un joli coup de communication en y intégrant une Tesla Roadster, transportant elle-même un mannequin nommé « Starman« . Les multiples caméras embarquées nous ont offert un certain nombre des vues aussi insolites qu’époustouflantes de Starman, tranquillou au volant de sa petite décapotable, planant au-dessus de l’océan au début du vol. Un peu plus tard, SpaceX a diffusé sur YouTube un flux vidéo en direct de l’une de ces caméras qui montre le véhicule et son passager en orbite autour de la Terre, dans le cadre d’une phase de croisière planifiée de 6 heures.

Querelle de voisinage

Image 2 : Incroyables photos de l'espace

La grande galaxie spirale barrée NGC 1512, située à environ 41 millions d’années-lumière de la Voie lactée, a une petite voisine galactique (à 68 000 années-lumière quand même) nommée NGC 1510 qui provoque la déformation de ses bras en spirale. Selon la description de Warren Keller du Star Shadows Remote Observatory (SSRO) au Chili « NGC 1512 a une structure à double anneau, avec un ensemble de bras entourant le noyau, et l’interaction gravitationnelle avec la « petite » NGC 1510 est responsable de cette déformation qui est particulièrement visible dans le pont entre les deux galaxies ».

La Voie lactée en Cinémascope

Image 3 : Incroyables photos de l'espace

Cette photo prise par le photographe professionnel et astrophotographe portugais Miguel Claro depuis Zabriskie Point dans la Vallée de la mort en Californie,montre l’arc de cercle presque parfait formé par la Voie lactée. Au centre de la partie supérieure de ce plan panoramique se trouve l’étoile bleue Véga. Elle brille avec une magnitude apparente de 0,0 et sert donc de point médian sur l’échelle de la luminosité stellaire. Véga fait partie de la constellation de la Lyre et forme avec 2 autres étoiles (Deneb et Altaïr) le motif stellaire connu sous le nom de Triangle d’été. Le point lumineux, elliptique et diffus sur le côté gauche de la photo est la galaxie d’Andromède. Dans la direction opposée, près du bord droit de l’image, se trouve l’étoile supergéante rouge Antarès(orange sur la photo), située dans la constellation du Scorpion. Antarès se trouve sous l’horizon chaud de la Vallée de la Mort et la nuit où cette vue a été prise, en août, la température de l’air était de 41 degrés à minuit. Au centre, à droite, et en dessous de l’arc, il y a une faible lumière blanche appelée Gegenschein, une lueur provoquée par la réflexionde la lumière du Soleil sur des particules de poussières interplanétaires, comme la lumière zodiacale.

Les couleurs du pôle Sud

Image 4 : Incroyables photos de l'espace

Cette photographie où l’on distingue une aurore boréale briller sur fond de Voie lactée à l’approche du solstice d’hiver est issue d’une série de clichés pris par Hunter Davis, à l’aide d’un boîtier Canon  EOS 6D et d’un objectif Nikon 14-24, lors d’un séjour de plusieurs mois sur la base antarctique Amundsen-Scott (située à environ 250 mètres du pôle Sud).   

La nébuleuse de la Bulle

Image 5 : Incroyables photos de l'espace

Sur cette vue de la nébuleuse NGC 7635, également connue sous le nom de nébuleuse de la Bulle, une « bulle » de vent stellaire s’étend autour d’une étoile massive. L’hydrogène ionisé chaud éclaire la bulle, qui mesure environ 6 années-lumière et est située dans un nuage moléculaire sombre à environ 7 100 années-lumière de la Terre, dans la constellation Cassiopée. À droite de la bulle rouge étincelante se trouve l’étoile bleue lumineuse HD 115198. L’astrophotographe Jeff Johnson a capturé cette image de son jardin à Las Cruces, au Nouveau-Mexique, à l’aide d’une lunette Takahashi TOA-130F.

Séance de bricolage à 400 km d’altitude

Image 6 : Incroyables photos de l'espace

Ancré à la Station spatiale internationale par l’intermédiaire d’un « « cale-pied portatif, l’astronaute Joe Acaba de la NASA se prépare à effectuer des travaux d’entretien sur le bras robotique Canadarm2 lors d’une sortie extravéhiculaire en octobre. Acaba avait besoin du dispositif de retenue au pied pour atteindre l’extrémité de l’effecteur de verrouillage (point d’ancrage) où il a remplacé une caméra défectueuse.

Nébuleuse obscure

Image 7 : Incroyables photos de l'espace

Cette fabuleuse image montre la nébuleuse en émission Rho Ophiuchi, l’une des plus vibrante et colorée de l’espace et la plus proche du système solaire. Situés à environ 460 années-lumière de la Terre, les nuages interstellaires de gaz et de poussière qui composent Rho Ophiuchi contiennent des nébuleuses d’émission riches en hydrogène incandescent et des nébuleuses à réflexion bleue qui réfléchissent la lumière des étoiles de leur environnement. Les régions brun foncé du complexe nuageux sont constituées de grains de poussière interstellaire qui empêchent la lumière de passer. Dans le coin inférieur gauche de cette image, un couloir de poussière connu sous le nom de « Dark River » s’étend sur environ 100 années-lumière à partir de la nébuleuse de la Pipe vers Rho Ophiuchi, où il semble être relié à Antarès. Le lointain amas d’étoiles globulaires Messier 4, ou M4, est visible à droite d’Antarès, l’une des étoiles les plus brillantes du ciel nocturne. M4 se trouve cependant bien au-delà du complexe nuageux coloré, à une distance d’environ 7 000 années-lumière de la Terre. Pour capturer cette image de Rho Ophiuchi, l’astrophotographe Miguel Claro a utilisé un appareil photo Nikon D810a DSLR équipé d’un objectif de 105mm avec une ouverture réglée sur f/3.5, et une monture équatoriale Skywatcher HEQ5 Pro. L’appareil a été programmé pour prendre des photos avec un réglage ISO de 800 et un temps d’exposition de 105 secondes. Le composite final combine 42 images avec un temps d’exposition combiné de 74 minutes. Le traitement des images a été complété avec PixInsight 1.8 et Adobe Photoshop CC. L’image a été prise de la réserve de ciel étoilé d’Alqueva située à Reguengos de Monsaraz au Portugal.

Ombre chinoise

Image 8 : Incroyables photos de l'espace

Sur ce cliché de Bill Ingalls, photographe pour la NASA, un avion venant de décoller de l’Aéroport national Ronald-Reagan à Washington D.C. croise la super lune du 3 décembre 2017.  

Failles martiennes

Image 9 : Incroyables photos de l'espace

Cette photographie prise par le Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA montre une zone située dans la région nord de la Meridiani Planum (Plaine du méridien) où des failles à la surface de Mars ont brisé des couches de gisements géologiques. Alors que certaines de ces couches présentent des ruptures nettes, d’autres semblent étirées, ce qui suggère « que certaines des failles se sont produites alors que les couches de dépôts étaient encore tendres et pouvaient subir une déformation, alors que d’autres se sont formées plus tard, lorsque les couches étaient solidifiées, en produisant une rupture nette« , selon les responsables de la NASA dans un texte accompagnant la publication de l’image.

Spaghettis-boulettes version cosmique

Image 10 : Incroyables photos de l'espace

Simeis 147, un amas de nuages cosmiques enchevêtrés aussi connu sous le nom de Nébuleuse du Spaghetti est appelé ainsi car il ferait penser (de loin) à un plat de spaghettis aux boulettes de viande, recouverte de sauce tomate. Ce rémanent de supernova mesure environ 150 années-lumière de diamètre et se trouve approximativement à 3 000 années-lumière de la Terre. Simeis 147 est un reste de supernova qui est né il y a 40 000 ans lorsqu’une une étoile massive a explosé. L’astrophotographe Ron Brecher a capturé cette image de la nébuleuse depuis son mini observatoire personnel situé à Guelph au Canada.

Deux phénomènes pour le prix d’un

Image 11 : Incroyables photos de l'espace

Une magnifique météorite verte semble se diriger vers des aurores boréales sur cette image saisissante de l’astrophotographe Matthew Skinner. Il a photographié la météorite au-dessus d’une chaîne de montagnes près de la ville de Palmer, en Alaska, juste après minuit, le 14 décembre 2017, alors que la plus belle pluie de météorites de l’année – les Geminides – était à son apogée. À gauche de la météorite, une aurore vert citron se détache du sommet de la chaîne montagneuse.

Jupiter en version colorisée

Image 12 : Incroyables photos de l'espace

Cette image prise par l’engin spatial Juno de la NASA permet de très bien distinguer les nuages et les tempêtes qui tournoient sur Jupiter. Le scientifique Kevin Gill a utilisé les données recueillies par la caméra-télescope JunoCam embarquée sur la station spatiale, lors d’un survol le 11 juillet dernier, pour créer cette vue colorisée.

La nébuleuse du coeur

Image 13 : Incroyables photos de l'espace

La jolie nébuleuse du Coeur, également connue sous le nom d’IC 1805, est une nébuleuse en émission rouge vif, d’une forme qui ressemble à un cœur humain. Ce nuage cosmique brille en rouge car il est principalement constitué d’hydrogène ionisé. Des couloirs de poussière interstellaire plus sombre créent une silhouette moins lumineuse au centre du contour en forme de cœur. Située à environ 7 500 années-lumière de la Terre, la nébuleuse du Cœur est située dans le bras de Persée de la Voie lactée, dans la constellation Cassiopée. La section la plus brillante, un nœud au niveau de la pointe du cœur, a été découverte avant le reste de la nébuleuse et est classée séparément sous le nom NGC 896, ou nébuleuse de la tête de poisson. L’éclat rougeâtre et la forme particulière de la nébuleuse sont le résultat d’un rayonnement intense émis par un petit amas d’étoiles près de son noyau. Cet amas contient quelques étoiles supergéantes jeunes, chaudes et d’un bleu vif, de près de 50 fois la masse de notre soleil. Ces étoiles n’ont que 1,5 million d’années. (Pour comparaison, notre soleil a environ 4,6 milliards d’années). Beaucoup d’autres étoiles plus sombres, qui ne représentent qu’une fraction de la masse de notre soleil, sont situées également dans cet amas. Le vent stellaire, ou le flux de particules chargées qui s’écoule vers l’extérieur à partir des étoiles naissantes a sculpté la forme de la nébuleuse du cœur en poussant ses nuages de poussière et de gaz vers l’extérieur à partir du noyau. 

La mort d’une étoile

Image 14 : Incroyables photos de l'espace

Cette photo, que l’on doit au télescope spatial Hubble, montre NGC 6326, une nébuleuse planétaire de gaz incandescents entourant une étoile qui est proche de sa fin de vie. « Quand une étoile vieillit et que la phase géante rouge prend fin, elle commence à éjecter des couches de gaz de sa surface, laissant derrière elle une naine blanche chaude et compacte. Parfois, ces éjections se traduisent par des motifs de gaz incandescents élégamment symétriques, mais le NGC 6326 est beaucoup moins structuré. Cet objet est situé dans la constellation de l’Autel, à environ 11 000 années-lumière de la Terre« , selon les responsables de l’Agence spatiale européenne dans une description de cette image.

Une araignée photobombe les Géminides 2017

Image 15 : Incroyables photos de l'espace

Au cours d’une web-émission en direct organisée par organisée par The Virtual Telescope Project à l’occasion des dernières Géninides (pluie de météorites observables chaque mois de décembre), une tarentule s’est glissée sur la surface de la caméra.

La « lune des fraises » s’élève sur New York

Image 16 : Incroyables photos de l'espace

Ce cliché de New York pris par l’astrophotographe John Entwistle montre la progression de la « lune des fraises » ou « lune rose » au moment où elle se lève au-dessus du One World Trade Center. En superposant six images prises à 125 secondes d’intervalle, J. Entwistle a pu capturer le mouvement de la lune avec un diamètre complet pour chaque prise. « Vous pouvez également voir comment la lune change de couleur à mesure qu’elle s’élève de l’horizon« , a-t-il confié à nos confrères de Space.com dans un courriel.

La galaxie perdue

Image 17 : Incroyables photos de l'espace

Une petite galaxie en spirale se cache dans l’espace sur cette image stupéfiante de l’amas d’étoiles des Pléiades. Également appelé Messier 45 (M45) cet amas ouvert d’étoiles situé dans la constellation du Taureau qui contient des étoiles de type B, chaudes et d’âge moyen. M45 fait partie des amas d’étoiles les plus proches de la Terre, et des étoiles les plus brillantes des Pléiades – aussi connues sous le nom de Sept sœurs – et peuvent être repérées facilement à l’œil nu. Plus de 1000 étoiles constituent les Pléiades, dont plus d’une douzaine peuvent être observées sans télescopes ni jumelles. Cette entité céleste a une signification particulière dans différentes cultures et traditions. Certains ont supposé que son nom dérivait peut-être du mot grec ancien « plein » qui signifiait « naviguer » car la première apparition du groupe d’étoiles au-dessus de l’horizon oriental marquait le début de la saison de navigation en Méditerranée. Dans la mythologie grecque antique, les sept sœurs divines étaient appelées les Pléiades, signifiant « filles de Pleione ». Le nuage bleu de poussière et de gaz interstellaire entourant l’amas est une nébuleuse réfléchissante qui brille avec une faible luminosité réfléchie par les étoiles environnantes. La poussière autour des étoiles les plus brillantes des Pléiades était initialement considérée comme un vestige de la formation de l’amas et a été nommée officieusement la Nébuleuse Maïa, d’après Maïa, la quatrième étoile la plus brillante des Pleïades. Les astronomes pensent maintenant que la poussière n’est pas liée à la formation des étoiles, mais qu’il ne s’agirait que d’une autre nébuleuse que l’amas est en train de traverser, selon l’Astronomy Picture of the Day de la NASA. L’amas de Pléiades est principalement constitué d’étoiles chaudes, bleues et extrêmement lumineuses qui se sont formées au cours des 100 derniers millions d’années et qui sont situées à 391 années-lumière de la Terre, selon les mesures prises par le satellite Hipparcos. Dans le même champ de vision, quoique moins visible que les étoiles chaudes les plus brillantes des Pléiades, près de l’étoile Electre (à droite,) se trouve la galaxie spirale UGC 2838 (également connue sous le nom de PGC 13696). À peine rayonnante, d’une magnitude de 17,8, cette galaxie dépasse la limite de notre capacité humaine à distinguer les objets de faible intensité dans le ciel nocturne, mais elle peut être détectée par de nombreux petits télescopes et jumelles. Pour obtenir cette image, Miguel Claro a utilisé une lunette Takahashi FSQ-106ED accompagnée d’un Extender-Q 1.6x, une monture équatoriale EM-200 et un boitier Nikon D810A DSLR. L’image combine 38 expositions et 2 heures et 48 minutes d’exposition. Tout d’abord, l’appareil a été réglé pour capturer avec un réglage ISO de 2500, ce qui a permis de réaliser 15 prises de vues de 300 secondes. Dix autres images ont été prises avec un réglage ISO de 3200 pour une exposition de 210 secondes, et les 13 dernières ont été prises avec un réglage ISO de 2500 et un temps d’exposition de 270 secondes. La photo a été prise depuis l’Observatoire Cumeada situé dans la réserve de ciel étoilé d’Alqueva à Reguengos de Monsaraz au Portugal.

Objets Très Bien Identifiés

Image 18 : Incroyables photos de l'espace


Lorsque le 29 juin dernier la NASA a finalement procédé au lancement d’une fusée-sonde depuis Wallops Island en Virginie, certains initiés de la côte Est des États-Unis ont pu assister à un joli spectacle de nuages multicolores éclatants et flottants dans le ciel. Certains attendaient ce lancement depuis des semaines, à l’image du photographe Chris Becke qui avait reçu des informations sur l’angle de lancement et la hauteur de largage des réservoirs, ainsi que la portée de dérive possible. À l’aide de ces informations, il a fait des calculs pour prévoir le champ de vision nécessaire qui allait lui permettre de capturer le lancement et les traînées de vapeur subséquentes. Environ 5 minutes après que la fusée ait décollé, elle a libéré du baryum, du strontium et de l’oxyde de cuivre dans le ciel. Lorsque ces produits chimiques ont interagi, ils ont formé des nuages bleu vert et rouges qui sont progressivement devenus violets au fur et à mesure qu’ils se dissipaient dans le ciel matinal.

Antarès en toile de fond

Image 19 : Incroyables photos de l'espace

Sur cette photographie, on peut voir l’étoile supergéante rouge Antarès scintiller au-dessus d’un télescope auxiliaire de 1,8 mètre de diamètre de l’Observatoire du Cerro Paranal dans le désert d’Atacama, au nord du Chili. Sous Antarès, le bombement galactique de la Voie lactée brille d’une chaude teinte rouge-orange et est entouré d’étoiles bleues brillantes qui parsèment le ciel nocturne. Ce télescope est exploité par l’Observatoire européen du Sud (ESO) et abrite le réseau Very Large Telescope.

Bulle géante

Image 20 : Incroyables photos de l'espace


Cette bulle massive de gaz ionisé est environ trois fois plus grande que la Voie lactée et détient le record d’être le plus grand objet cosmologique de son genre. Plus de 10 galaxies résident dans cette énorme bulle qui se trouve à environ 6,5 milliards d’années-lumière de la Terre. Les astronomes l’ont découvert en utilisant le très grand télescope de l’Observatoire européen australau Chili.