Accueil » Actualité » L’Agence Spatiale Européenne débourse 103 millions de dollars pour retirer un déchet en orbite

L’Agence Spatiale Européenne débourse 103 millions de dollars pour retirer un déchet en orbite

L’ESA, Agence Spatiale Européenne, va mettre en place une opération pour retirer un déchet spatial qui menace la sécurité des astronautes et des installations spatiales, incluant l’ISS.

L’Agence Spatiale Européenne, en collaboration avec la startup suisse ClearSpace, va retirer un Vespa mis en orbite autour de la Terre en 2013. Cette, mission, qui devrait être la première d’une longue série, pourrait encourager le développement d’une nouvelle branche de l’industrie : le nettoyage spatial. Cette activité va devenir obligatoire pour garantir la sécurité des astronautes et des installations spatiales en orbite autour de la Terre.

Crédits : Pixabay
Crédits : Pixabay

L’ESA va collaborer avec CleanSpace pour nettoyer l’Espace

Cette mission s’inscrit dans le cadre du projet ADRIOS (Active Debris Removal/In-Orbit Servicing), mis en place par l’ESA. Elle concerne un seul objet en orbite terrestre basse, qui pèse environ 112kg et orbite à une vitesse de 28000km/h. L’objet en question, responsable de toute cette opération, est un adaptateur Vespa, qui permet de lancer plusieurs satellites en un seul lancement. Ce Vespa est devenu un danger, à cause de sa masse et de la vitesse de son orbite. Cette mission sera réalisée en coopération avec ClearSpace, en association avec l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne. D’autres partenaires européens seront mis à contribution, notamment en Allemagne, en République Tchèque, en Suède, et en Pologne, entre autres. La mission est prévue pour 2025, et le coût de l’opération se chiffre à 103 millions de dollars.

Le Vespa, lancé par Vega en 2013, est devenu une menace

Le Vespa, lancé en 2013 par le lanceur de satellites Vespa depuis la Guyane, est un adaptateur permettant de transporter plusieurs satellites. Utilisé à l’époque pour démontrer la polyvalence du lanceur Vega, et pour déployer plusieurs satellites en un seul lancement, il représente aujourd’hui une menace. En effet, il équivaut désormais à un déchet spatial, puisqu’il n’a aucune utilité depuis qu’il a rempli sa mission. Sa taille et sa masse, combinées à sa vitesse d’orbite, représentent aujourd’hui une menace pour les installations spatiales, comme l’ISS, et aussi pour les astronautes. L’ESA a donc décidé d’agir à ce sujet, et d’entreprendre une grande campagne de nettoyage, à travers le projet ADRIOS.

L’Espace contient plus de 25000 objets lancés depuis la Terre

Un nombre qui augmente constamment, avec des projets comme Starlink notamment, qui planifie d’envoyer 12000 satellites en orbite. Certains de ces objets sont dangereux, tout comme ce Vespa, à cause de leur masse et de leur vitesse. Avec chaque nouvel objet lancé en orbite, l’orbite terrestre devient un peu plus surchargée. « Le nettoyage des débris spatiaux d’origine humaine est devenu obligatoire », déclare ClearSpace dans le briefing de la mission. La situation semble en effet assez alarmante, pour que de tels moyens soient déployés pour retirer un seul et unique objet, parmi les milliers qui peuplent l’orbite de notre planète. Pour preuve, d’autres agences spatiales ont également entamé des projets similaires. On compte notamment le projet de l’agence japonaise (JAXA), qui travaille sur un dispositif en ce sens.

L’ISS installe son bouclier anti-débris

Source : Gizmodo