Accueil » Actualité » Le Jeu de La Dame : La signification de la tenue finale de Beth

Le Jeu de La Dame : La signification de la tenue finale de Beth

Dans la scène du finale du Jeu de La Dame, Beth Harmon porte une tenue remarquée qui symbolise une pièce d’échiquier à son image : la reine.

La scène finale du Jeu de La Dame marque un véritable tournant dans le parcours de Beth Harmon. Victorieuse et heureuse, la joueuse est devenue une championne. Affirmée et libérée, Beth porte à cette occasion une tenue blanche imaginée par la créatrice Gabriele Binder. Mais derrière un simple écho à l’histoire de la mode, la tenue symbolise en réalité la réussite de Beth. Les pièces vestimentaires ainsi assemblées offrent une double symbolique au personnage. Car la silhouette ressemble à s’y méprendre à une pièce d’échiquier majeure : la reine.

Beth Harmon : Une tenue de reine
Beth Harmon : Une tenue de reine – Crédit : Netflix

Tout au long de la série, le monde intérieur de Beth est illustré par ses choix vestimentaires. La mini-série réussit à illustrer les émotions de son héroïne en accordant ses tenues à ses sentiments. Les costumes deviennent une mise en abyme passionnante, mêlant savamment histoire et grande Histoire !

Le Jeu de La Dame : Quand la mode raconte un personnage

Tous les éléments de la tenue finale de Beth transforme sa silhouette en reine. Chaque élément dessine la pièce du jeu d’échec : le bonnet blanc et sa forme significative, le manteau droit, et les bottes.

Au début de son parcours, Beth est une jeune femme sans le sou. Elle porte à de nombreuses reprises une robe aux motifs tartan. Mais le noir et le blanc sont déjà ses couleurs fétiches. Elle agrémente cette même robe d’un chemisier nacré ou d’une blouse sombre. Après sa première victoire, la joueuse commence à transformer sa silhouette et puise ses inspirations dans les icônes de l’époque. La créatrice Gabriele Binder introduit dans la garde robe des couleurs pastels, des tons ocres, des lignes adoucies. « En grandissant, le style de Beth change en fonction des expériences qu’elle rencontre et des voyages qu’elle fait. Au début, Jean Seberg, Audrey Hepburn et Natalie Wood sont ses influences » explique la costumière.

A son arrivée à New-York, la scène musicale des sixties devient le point de référence en matière de mode pour Beth. Elle découvre la Nouvelle Vague et arbore des tenues graphiques rappelant Gréco ou Schneider. Là encore, on remarque un hommage volontaire et appuyé au icônes du cinéma, aux vedettes de Truffaut. Les coupes mêmes des robes sont reprises des modèles imaginés à l’époque par Courrège et Cardin.

Beth devient une influenceuse

A l’apogée de sa réussite, Beth ne se contente plus de suivre la mode : elle la réinvente. Elle devient une influenceuse avant l’heure. Elle apprend à mélanger les pièces pour se construire sa propre identité visuelle. C’est elle, qui désormais, devient une référence pour les femmes de son époque. Elle mixe les manteaux longs graphiques avec des pièces minimalistes, elle ose les chapeaux. Elle s’affranchie une bonne fois pour toutes des règles.

Le succès du Jeu de La Dame ne doit rien au hasard. Chaque détail de la mise en scène est pensé avec un soin jaloux. Et la création des costumes parvient à mettre en avant une double symbolique, absolument passionnante !

Source : Screenrant

Netflix : Notre sélection des meilleurs films geek !