Accueil » Actualité » Le prix Nobel d’économie ne ferait même pas confiance à Elon Musk … pour nourrir son chat

Le prix Nobel d’économie ne ferait même pas confiance à Elon Musk … pour nourrir son chat

Paul Krugman, lauréat du prix Nobel d’économie en 2008, s’est fait récemment remarquer pour ses propos concernant Elon Musk et son entreprise Tesla. Très critique à l’égard du milliardaire américain et de son style entrepreneurial, Krugman n’a pas hésité à partager sa défiance à l’égard de Musk, pas assez digne de confiance pour nourrir son chat.

Musk et Tesla en ont pris pour leur grade. Les dernières déclarations de Paul Krugman, prix Nobel de la paix 2008, n’ont pas épargné le milliardaire américain et son entreprise automobile. Selon l’économiste, le succès de la marque américaine célèbre pour ses voitures autonomes, ne serait le fruit que d’une couverture médiatique disproportionnée par rapport aux entreprises concurrentes. Le manque de vision claire expliquerait, en partie, les mauvais résultats de la firme de ces derniers mois. « L’histoire de Tesla a-t-elle jamais eu un sens ? » a déclaré Krugman.

Elon Musk
Elon Musk © Pixabay

Selon l’économiste, l’entreprise américaine suivrait le même modèle que le Bitcoin. Surmédiatisés, notamment pendant la pandémie, aujourd’hui aussi bien la cryptomonnaie que l’action en bourse du bébé d’Elon Musk, retrouveraient petit à petit leur vrai prix. Musk n’échappe d’ailleurs pas non plus aux griffes de l’économiste : « Compte tenu de ce que nous avons vu du comportement de Musk, je ne lui ferais pas confiance pour nourrir mon chat, et encore moins diriger une grande entreprise »

A lire : Tesla : une Model X en conduite autonome heurte un muret de sécurité et prend feu

L’avenir de Tesla menacé par des résultats inquiétants

Pour rappel, si à partir de 2020, Tesla se distinguait et séduisait les consommateurs grâce à son principe de voiture autonome, le vent semble avoir tourné. L’action en bourse de la firme américaine (multipliée par 13 entre début 2020 et fin 2021) aujourd’hui ne cesse de plonger. Une chute de 73% en un an gâche la fête chez le constructeur automobile.

A lire : Elon Musk revend 3,6 milliards d’actions Tesla pour financer le massacre de Twitter

Pour l’économiste la cause de ce revers est simple : le manque de vision et d’effets réseau du constructeur américain. En restant sur ses acquis, Tesla n’a pas su profiter de son succès temporaire pour développer un écosystème lié et interdépendant comme ont su le faire, à l’époque, Apple ou Microsoft. Beaucoup plus fragile que ces deux géants, Tesla pourrait voir son avenir s’assombrir selon Krugman. D’autant que de nouveaux concurrents redoutables ne cessent de gagner du terrain.

Source : businessinsider.com