Accueil » Actualité » Monsieur Cuisine : condamné, Lidl doit retirer de la vente son robot multifonction

Monsieur Cuisine : condamné, Lidl doit retirer de la vente son robot multifonction

La justice espagnole vient de donner gain de cause au géant Thermomix. Lidl est condamné à retirer de la vente son robot multifonction, le Monsieur Cuisine vendu sous la marque Silvercrest.

Mise à jour du 22 janvier à 16h28 : Vorwerk vient de nous confirmer qu’il intentait un procès en France contre Lidl et son Monsieur Cuisine Connect. Vraisemblablement les sanctions demandées sont les mêmes que celles du procès espagnol, soit entre autres le retrait du robot multifonction de la vente.


Mise à jour du 20 janvier à 17h50 : l’avis de justice ne concerne que les brevets espagnol de Vorwerk. Aussi, l’interdiction de commercialisation du Monsieur Cuisine ne pourrait être effective qu’en Espagne. Nous avons contacté Vorwerk qui nous a fourni de nouveaux éléments quant à sa position de défense de ses brevets dans les pays où la marque est présente.
A lire : Monsieur Cuisine de Lidl n’est pas (encore) interdit en France

Lidl perd sa course dans la démocratisation des objets ménagers normalement réservés aux ménages aisés. Le tribunal du commerce de Barcelone condamne l’enseigne allemande à retirer de la vente son Monsieur Cuisine et à reverser des dommages et intérêts au plaignant, le puissant Vorwerk et son Thermomix. En cause, une copie bien trop fidèle, semble-t-il.

Depuis plusieurs années, le leader du hard-discount propose des appareils électroménagers à des prix défiant toute concurrence. De la cafetière en passant par le robot pâtissier, la marque Silvercrest offre des références venant concurrencer les marques leaders dans le domaine.

Avec son Monsieur Cuisine, Lidl mettait à mal son aîné Vorwerk et son Thermomix. Lidl se voit dans l’obligation de payer des dommages et intérêts au plaignant. Et les robots incriminés devront être retirés de la vente.

Le Monsieur Cuisine tire sa révérence
Le Monsieur Cuisine tire sa révérence – Crédit : Lidl

Le Monsieur Cuisine condamné pour être une copie qui imite trop l’original

Tout n’est pas encore perdu pour la chaîne allemande de supermarchés. Celle-ci peut encore faire appel de la décision rendue par la justice espagnole. Pour l’heure, Lidl est contraint de payer 10% des ventes de son robot en guise de réparation. Jugé pour concurrence déloyale et condamné pour violation de la législation sur la protection des brevets, le leader du hard-discount ne compte pas en rester là.

En effet, Lidl juge la condamnation disproportionnée. Selon l’avocat du groupe, la recevabilité du dossier de Vorwerk doit être remise en cause, son robot s’inspirant lui-aussi de références passées chez d’autres constructeurs.

Le Monsieur Cuisine est devenu en quelques années un produit incontournable, nous le mettons d’ailleurs en avant dans notre guide dédié aux robots multifonctions. Adulé par les familles, son prix a fait son succès. En effet, il faut à peine débourser 400 euros pour l’obtenir. Mais c’est justement ce prix sacrifié qui ne plaît pas du tout à son concurrent. Pour rappel, le Thermomix de celui-ci est commercialisé pour sa part au prix de 1299 euros. Une différence de taille qui a pesé dans la balance des juges.

D’autres produits Lidl visé par de nouveaux procès ?

Lidl doit désormais retirer de ses rayons tout son stock. La société a interdiction de brader ses unités restantes pour s’en débarrasser. Véritable succès commercial, le Monsieur Cuisine risque donc de faire ses adieux. Mais cette action en justice pourrait faire des émules. En effet, via sa marque Silvercrest, Lidl propose bien d’autres accessoires, eux aussi inspirés de références célèbres. Les constructeurs pourraient donc revenir à la charge dans les prochains mois. Et les consommateurs devraient alors se tourner vers des marques traditionnelles et plus onéreuses.

Il faudra attendre de savoir si un pourvoi en appel est encore susceptible de changer la donne. Après le scandale lié à la commercialisation d’une PS4 à 95 euros, Lidl va devoir mettre la main au portefeuille pour indemniser ses concurrents !

Source : L’Indépendant