Accueil » Actualité » Il pleut des cailloux sur les Jupiters chaudes

Il pleut des cailloux sur les Jupiters chaudes

Des scientifique ont récemment découvert que les faces cachées des Jupiters chaudes abritent des nuages de minéraux dans leurs atmosphères.

Pluie de cailloux

Quand il pleut des cordes, on tente de s’abriter, mais imaginez avec des pluies de rochers ! C’est ce qui pourrait vous tomber dessus si vous vous balader du côté sombre d’une Jupiter chaude.

Le côté sombre des Jupiters chaudes ?

Les Jupiters chaudes sont des planètes géantes gazeuses d’une masse semblable à notre Jupiter. La différence est que celles-ci se trouvent plus proches de leur Soleil, ce qui augmente grandement leur température. Température qui peut varier de plus de 1700°C d’une planète à l’autre.

De plus, en raison de cette proximité à leur étoile, ces corps gazeux ont un côté où il fait en permanence jour, et l’autre où il fait en permanence nuit. Avec de telles différences de température côté jour, on s’attendait à voir des variations semblables côté nuit. Et pourtant, en observant 12 planètes différentes, leur face nocturne était toujours aux alentours de 800°C.

Le doctorant en physique Dylan Keating a montré sa surprise « Les modèles de circulation atmosphérique prédisaient que les températures des côtés nocturnes devraient varier bien plus qu’elles ne le font. » Alors les modèles utilisés par les physiciens seraient faux ? Ou y aurait-il une raison à cette stabilisation des températures ?

Des nuages rocheux ?

Keating pense que cela est dû à la condensation de nombreux minéraux. En effet, à de telles températures, ces minéraux présents dans l’atmosphère de la planète peuvent s’évaporer. Ainsi, la fraicheur (oui, à cette échelle, 800°C, c’est plutôt frais) de la face nocturne leur permettrait de se condenser sous forme de nuages.

Nuage de minéraux sur les Jupiters chaudes
Crédits Images : McGill University

Ces nuages qui semblent si particulier agissent en réalité de la même manière que ceux que vous connaissez. Par conséquent, ils créent eux aussi des « pluies », sauf que celles-ci sont donc composées de roches. Le cycle peut alors de nouveaux se répéter

Ce phénomène régulariserait donc les températures dans l’atmosphère chaude-jupitérienne. Le chercheur ajoute qu’observer la formation de tels nuages peut nous donner un nouveau point de vue sur les mécaniques de formation des nuages terrestres et nous aider à l’avenir à mieux les comprendre.