Accueil » Actualité » Smellicopter : un drone équipé d’antennes de papillon de nuit pour détecter les odeurs

Smellicopter : un drone équipé d’antennes de papillon de nuit pour détecter les odeurs

Ce drone de nouvelle génération a la capacité de détecter et suivre des odeurs. Ses antennes de papillon de nuit lui permettent d’être plus efficace que des capteurs classiques et il pourrait un jour remplacer l’homme et le chien.

Le marché des drones prend de plus en plus d’importance. Sony vient d’ailleurs d’annoncer qu’ils allaient sortir leurs propres drones. Cette tendance se confirme avec la présentation du Smellicopter, un drone dont l’objectif est de détecter et suivre les odeurs.

Pour cela, les chercheurs de l’université de Washington, qui sont à l’origine du projet, ont eu l’idée de placer sur lui de réelles antennes de papillon de nuit. Ces antennes sont connectées au processeur embarqué qui analyse les données et peut alors diriger le Smellicopter.

Le Smellicopter, un drone qui détecte les odeurs
Le Smellicopter, un drone qui détecte les odeurs – Crédit : Mark Stone / University of Washington

Un insecte réputé pour son hyper sensibilité aux odeurs

Ce n’est pas par hasard que l’équipe de chercheurs a décidé d’utiliser des antennes de papillon de nuit. En effet, cet insecte a la réputation de détecter les odeurs avec une précision sans égale. Il est capable de détecter une simple et unique molécule odorante, ce que les capteurs sensoriels construits par l’homme ne peuvent pas faire.

Le Smellicopter est un drone très compact, tout comme le DJI 2 Mini qui propose la 4K et une meilleure portée. Pour y installer les antennes, celles-ci sont prélevées sur des papillons de nuit anesthésiés. Elles sont ensuite congelées avant de les sortir pour les fixer sur le drone. Les antennes ressemblent en quelque sorte à des tubes remplis d’un liquide. Il est donc facile d’y insérer de fins fils sensoriels qui pourront mesurer les signaux électriques quand une odeur est détectée.

Une fois retirées du papillon de nuit, les antennes sont encore actives pendant environ quatre heures. Elles sont donc conservées au froid avant utilisation du Smellicopter. Dès qu’elles sont installées sur le drone, les signaux sont interprétés électroniquement et le travail peut commencer. Enfin, les quatre capteurs infrarouges intégrés permettent au drone de se diriger avec précision et éviter les obstacles.

Le Smellicopter pourrait remplacer l’homme et le chien dans les environnements complexes

Si cette innovation se développe, il se pourrait que, dans le futur, des drones tels que le Smellicopter puissent assister ou remplacer l’homme et le chien. Par exemple sur les terrains de déminage pour détecter l’emplacement de mines ou encore identifier des engins explosifs cachés ou des fuites de gaz.

Tout comme dans des environnements difficilement accessibles comme dans les réacteurs de Tchernobyl, en montagne, sur des falaises ou après des avalanches, un drone comme le Smellicopter pourrait apporter un plus à côté des chiens dans les opérations de recherches de personnes portées disparues et ainsi les retrouver plus vite.

Source : Digital Trends