Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?

Avec son design simple mais soigné, sa configuration a priori très solide, et son écran géant, le Poco X6 Pro 5G se fixe l’objectif de devenir une nouvelle référence du milieu de gamme. Mission réussie ?

Sommaire
Poco X6 Pro 5G
Xiaomi Poco X6 Pro 5G
Image 1 : Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?
  • Xiaomi Poco X6 Pro 5G
    350€
  • Poco
    350€

Xiaomi revient avec sa marque Poco, et une mise à jour de son milieu de gamme, qui semble avoir toujours autant d’ambition. Ce Poco X6 Pro 5G essaie, tout en s’efforçant d’afficher un prix le plus contenu possible, d’aligner une fiche technique prometteuse presque capable de rivaliser avec les smartphones haut de gamme sur leur terrain.

Au point d’équilibre du milieu de gamme, le Poco X6 Pro 5G continue de faire du pied aux utilisateurs les plus exigeants, les joueurs, en leur donnant la main sur quelques réglages supposés augmenter les performances du portable lors des longues sessions de jeu, en s’assurant également que la configuration embarquée tient la route. Bref, la mariée est belle. Mais, smartphone en main, ces promesses sont-elles tenues ?

Le Poco X6 Pro 5G

💸 Quels prix pour le Poco X6 Pro 5G ?

Avec le Poco X5 Pro, le géant chinois s’était montré très agressif, affichant des tarifs au lancement vraiment bas, avant d’à peine les remonter. On ne peut pas dire que la méthode ait vraiment changé cette année.

Disponible dès aujourd’hui, jeudi 11 janvier 2024, et ce en trois couleurs : noir, jaune et gris, le Poco X6 Pro 5G se décline en deux modèles dont les prix varient en fonction de la quantité de mémoire et de stockage embarquée.

  • Poco X6 Pro 5G avec 8 Go de Ram et 256 Go de stockage, pour 350 euros
  • Poco X6 Pro 5G, avec 12 Go de Ram, et 512 Go de stockage, pour 420 euros

Il est à noter que pour ce dernier modèle, une offre de lancement voit le prix réduit à 380 euros. Une réduction conséquente qui peut être très intéressante si vous hésitiez entre les deux modèles.

Rappelons, enfin, pour conclure cette partie sur les prix que, comme son aîné, le Poco X6 Pro n’est vendu qu’en ligne. Cette année, le géant chinois a toutefois élargi un peu les enseignes qui vendront ses téléphones. Outre les stores en ligne de Xiaomi et Poco, il est possible d’acheter ce smartphone sur AliExpress, Amazon, Boulanger, Cdiscount, Darty, eBay, Fnac, LDLC, et, enfin, Rue du Commerce.

Le Poco X6 Pro 5G

🎛️ Caractéristiques techniques : qu’a le Poco X6 Pro 5G dans le ventre ?

Répétons-le une fois encore, le smartphone de Poco est un smartphone de milieu de gamme. Il ne faut donc pas s’attendre à le voir embarquer un SoC Snapdragon 8 gen 3 ou un Mediatek Dimensity 9300.

Néanmoins Xiaomi n’a pas fait les choses à moitié. Derrière un écran de 6,67 pouces AMOLED, dont la vitesse de rafraîchissement peut varier jusqu’à 120 Hz, on trouve un Dimensity 8300 Ultra, soit le SoC conçu par le géant taïwanais pour les smartphones premium (et non haut de gamme). Introduit en novembre dernier, cette puce est gravée en 4 nm par TSMC – ce qui est devenu ces dernières années un argument marketing fort, au regard des performances du fondeur. Elle embarque au total 8 cœurs.

  • Quatre cœurs haute performances (big), les Cortex-A715, dont un peut monter jusqu’à 3,35 GHz, et les trois autres à « seulement » 3,2 GHz,
  • et quatre cœurs basse consommation (LITTLE), les Cortex-A510, cadencés pour tourner jusqu’à 2,2 GHz.

Cette répartition big.LITTLE classique devrait être, en théorie, un bon moyen de ménager la chèvre et le chou, les performances et l’autonomie.

Poco 6X Pro 5G
L’écran du Poco 6X Pro 5G porte un seul poinçon, au centre de sa partie supérieure…

Quoi qu’il en soit, le modèle que nous avons testé embarque pas moins de 12 Go de mémoire vive et un stockage ultra rapide de 512 Go (UFS 4.0). Pour mémoire le Poco X5 Pro était vendu en deux modèle l’un avec 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, et l’autre avec 8 Go de Ram et 256 Go de stockage. Poco a donc augmenté la quantité de mémoire vive proposée et doublé l’espace pour vos données.

  • Ecran :  6,67 pouces, 1 220 x 2 712 pixels, jusqu’à 120 Hz
  • SoC : Mediatek Dimensity 8300 Ultra (4x ARM Cortex-A715, 4x ARM Cortex A510, Mali-G615 MC6)
  • Ram : 12 Go
  • Stockage : 512 Go
  • Dimensions : 16,045 x 7,434 x 0,825 cm
  • Poids : 186 g
  • Appareils photo arrière : 64 Mpixels (grand-angle), 8 Mpixels (ultra-grand-angle), 2 Mpixels (macro)
  • Appareil photo avant : 16 Mpixels
  • Batterie : 5 000 mAh
  • Connectivité : 5G/4G, Bluetooth 5.4, Wi-Fi 6
  • Sécurité : Lecteur d’empreinte optique sous l’écran
  • Protection : IP54, Corning Gorilla Glass 5
  • Système d’exploitation : Android 14 / HyperOS

Pour continuer notre petit tour de la fiche technique, arrêtons-nous sur la partie photo. On y observe un signe qui ne trompe pas. Comme beaucoup de concurrents milieu de gamme et même un peu plus cher, on ne trouve que deux vrais modules photo : un grand-angle et un ultra-grand-angle. Le troisième module, aussi bien par sa définition que par sa spécialisation, la macro, se trouve de facto cantonné à un rôle un peu marginal.

Enfin, on pointera du doigt la connectique sans-fil proposée. La 5G sera saluée, à défaut d’être une surprise, vu le nom de l’appareil, le Bluetooth 5.4 sera une bonne nouvelle pour les aficionados des manettes et casques sans-fil. D’autant plus que le port mini-jack, qui était encore présent sur le X5 Pro a tiré sa révérence sur le X6 Pro…

Poco 6X Pro 5G

Enfin, on exprimera une mini déception à l’idée de ne pas avoir de Wi-Fi 6E sur un smartphone qui sort en ce début d’année 2024. D’autant que le SoC Dimensity 8300 Ultra supporte ce standard par défaut, normalement. Certes, la norme sans-fil n’est pas encore installée partout, mais le marché a déjà accéléré pour introduire une version du Wi-Fi 7, non encore officiellement standardisée, il est vrai, mais c’est tout comme…

Xiaomi Poco X6 Pro 5G
Image 1 : Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?
  • Xiaomi Poco X6 Pro 5G
    350€
  • Poco
    350€

🧑‍🎨 Design : simple, confortable, élégant

Comme l’an dernier, Poco a choisi de faire dans la simplicité, et cela lui va plutôt bien. L’apparence est soignée et discrète, la face avant est largement couverte par l’écran, percé à son sommet par un poinçon centré pour la caméra avant.

A l’arrière, Poco a revu la disposition de ces modules caméra, ils occupent plus d’espace et se logent en carré dans un pavé rehaussé qui couvre presque toute la largeur de l’appareil. L’effet est joli, mais le smartphone pas facile à entretenir au quotidien. D’une part, parce que le plastique du dos du X6 Pro attire les traces de doigts à la vitesse de l’éclair, et d’autre part, parce que les objectifs débordent un peu du petit promontoire transparent, ce qui piège très efficacement les multiples poussières qui élisent domicile dans nos poches.

A noter qu’une version en cuir vegan existe également. Elle est agréable à prendre en main et conserve moins les empreintes digitales.

Poco 6X Pro 5G
Pas besoin de manger un burger bien gras pour laisser des traces de doigts à l’arrière du Poco 6X Pro 5G.

Passées ces considérations esthétiques, le X6 Pro 5G est vaste, mais plutôt fin, et si les boutons, tous placés sur le côté droit, sont faciles d’accès, atteindre le haut de l’écran demandera un peu de gymnastique digitale, des mains de basketteurs, ou d’activer le mode Une main.

Le choix du plastique permet en tout cas de proposer un smartphone avec une dalle de 6,67 pouces de diagonale dans un smartphone qui pèse 186 g seulement (190 g avec le faux cuir). C’est très appréciable. D’autant plus que l’impression au toucher n’est pas mauvaise. Poco réussit donc plutôt son coup ici.

📱 Ecran : le confort de promesses tenues

« CrystalRes 120 Hz Flow AMOLED ». Voilà un nom qui en dit long, ou au moins laisse espérer bien des choses. C’est l’appellation officielle de l’écran du Poco X6 Pro, ce qui en soit n’est pas plus ridicule que Super Retina XDR. On en retire en tout cas que l’écran est rafraîchi jusqu’à 120 Hz, et dans les faits, l’affichage est fluide, quand on regarde des vidéos ou quand on drifte allègrement dans une partie de course de voitures, nitro à fond.

Pour ceux qui se savent maladroits, sachez que cette dalle CrystalRes est protégée par du verre Gorilla Glass 5. Ce n’est clairement pas le plus résistant du marché, mais il est tout de même censé résister à des chutes d’une hauteur de 1,6 m. Nous n’avons bizarrement pas cherché à vérifier cette promesse…

Poco 6X Pro 5G

La fiche technique du dernier-né de Poco met la barre assez haut en matière de luminosité. Elle annonce une luminosité de base à 500 cd/m2, une luminosité haute stable à 1200 cd/m2 et des pics allant jusqu’à 1 800 cd/m2. Nous avons pu vérifier les deux premières mesures avec notre sonde, et à chaque fois la promesse de Poco est tenue. Ainsi, nous avons relevé 528 et 1 232 cd/m2.

Pour ce qui est du pic nous n’avons pas atteint le plafond annoncé, mais c’est sans doute la faute à une lampe trop peu puissante et à un soleil de janvier trop paresseux pour pousser l’écran dans ses retranchements…

Poco 6X Pro 5G

Dalle AMOLED oblige, le contraste est réputé infini, ce qui sert bien des couleurs agréables à l’œil. Nous avons ainsi relevé un Delta E 2000 (la différence entre la vraie valeur d’une couleur et celle affichée par un appareil) de 3,17. Sans être excellent, c’est suffisamment bon pour flirter avec la limite (de 3) à partir de laquelle l’œil humain ne fait plus la différence. Nous avons effectué nos mesures en activant le « schéma de couleur : original PRO », qui est le plus réaliste. Si vous aimez les couleurs plus chatoyantes, vous pourrez toujours opter pour les préréglages Vif ou Saturé, ou même accéder aux paramètres avancés, qui proposent en sus de se caler sur le gamut sRGB ou P3. Nous avons également effectué des mesures de colorimétrie avec ce dernier réglage et obtenu un Delta E 2000 de 3,42. Soit légèrement moins juste que le mode par défaut.

Quoi qu’il en soit, l’écran s’entoure de bordures fines, Poco annonce d’ailleurs que l’affichage ne couvre pas moins de 94% de la façade avant. Vous aimez que vos contenus aient de la place pour s’égayer sous vos yeux, vous allez être servi. La définition de 1 220 x 2 712 pixels contribue aussi à assurer un vrai confort de lecture et d’utilisation, tandis que la résolution de 446 points par pouce garantit que les lettres et contours des éléments affichés seront lisses.

Xiaomi Poco X6 Pro 5G
Image 1 : Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?
  • Xiaomi Poco X6 Pro 5G
    350€
  • Poco
    350€

🙅‍♂️ Avoir la main sur son smartphone

Avant de passer aux performances, permettons-nous un petit arrêt sur une aire de repos. Pour tout dire, nous détestons assez franchement nous voir imposer des options et des contenus sur un appareil, surtout quand celui-ci n’est plus « vraiment donné ».

Poco 6X Pro 5G
Le Poco 6X Pro 5G juge bon de vous relancer régulièrement pour que vous tentiez de jouer à quelques jeux préinstallés… inintéressants.

Avec le Poco X6 Pro, l’agacement commence avec l’habituel écran de verrouillage qui nous propose des informations ou images plus ou moins intéressantes, plutôt moins. Bien sûr, il est possible de personnaliser les sujets d’intérêt ou de désactiver cette fonction, mais ne faudrait-il pas que ce soit l’inverse ?

Et cet agacement menu, car on peut aimer voir apparaître des photos de bonbons ou de célébrités sur son écran quand on le déverrouille, atteint un nouveau sommet quand on constate que le X6 Pro arrive avec une ribambelle de logiciels préinstallés.

Poco 6X Pro 5G
Les applis préinstallées, l’écran de verrouillage pollué par des infos inintéressantes… On s’en passe.

On ne parle évidemment pas des services de Google, intégrés à Android, mais de tiroirs applicatifs pleins de logiciels comme Trip.com, Amazon Music, TikTok ou, plus désagréables encore, des jeux génériques et de pauvre facture pourris de publicité. Bien entendu, ils peuvent être facilement désinstallés, mais ne pas avoir à le faire serait encore mieux.

On épargnera volontairement certaines applications Poco, comme le Centre de jeux, ou encore l’appli Musique, dont les contenus donnent envie de partir en courant, ou ne sont accessibles qu’après avoir pris une déferlante de publicités… Sans parler même du fait que de nombreuses notifications vous encourageront inlassablement à les relancer après la première utilisation. Conclusion ? Désinstallation.

De telles pratiques, qu’on accepte sur des appareils de grande entrée de gamme, en serrant les dents, n’ont, selon nous, pas leur place sur un smartphone milieu de gamme qui entend fournir une expérience premium.

🚀 Performances : puissant comme un smartphone haut de gamme

Et justement, l’expérience premium, parlons-en, puisqu’il est temps de s’intéresser aux performances. On l’a dit plus haut, Poco a opté pour un Dimensity 8300 Ultra. Mediatek indique qu’il est jusqu’à 20% plus rapide que son prédécesseur, le Dimensity 8200, qui avait fait l’impasse sur les cœurs Armv9, en optant pour des cœurs Cortex-A78 et Cortex-A55. Le gain est donc autant sans doute à mettre au compte de l’arrivée de cœurs plus récents que d’un processus de gravure (4 nm, toujours) amélioré.

Poco X6 Pro 5G
Smartphone de milieu de gamme, le Poco X6 Pro flirte avec les performances d’un smartphone aussi performant que le Galaxy S23 Ultra, de Samung.

Quand on fait tourner, un outil de bench synthétique comme AnTuTu 10 et qu’on confronte les résultats du Poco X6 Pro à ceux de ses concurrents, assez anciens certes pour certains. On constate immédiatement l’avantage du smartphone de la maison Xiaomi. Son score global est en tout cas environ 2,5 fois meilleur que celui des Galaxy A34, de Samsung, et Edge 40 Neo, de Motorola. Certes la quantité de Ram embarquée pèse lourd, mais les parties CPU et surtout GPU contribuent beaucoup à creuser l’écart. La partie graphique du SoC du smartphone Poco est respectivement 4,2 fois et 6,4 fois plus performante que celles de ses concurrents.

Quand on élargit la comparaison à des smartphones haut de gamme, comme le Galaxy S23 Ultra (qui va bientôt être remplacé) ou le Pixel 8 Pro, on constate que, nouvelle génération de puce oblige, le Poco X6 Pro n’est pas loin derrière. La promesse du SoC de Mediatek est tenue, du point de vue de la puissance le Poco X6 Pro n’est pas un smartphone de milieu de gamme, il a tout du « flagship killer », de ces appareils bien moins chers qui sont taillés pour faire mal aux appareils haut de gamme.

🤖 Tourner vers le présent, l’avenir et l’IA…

Il est également intéressant de faire tourner Geekbench ML, qui mesure les capacités des puces à faire tourner des algorithmes d’intelligence artificielle. On pourrait se dire qu’on n’utilise pas ChatGPT à tout bout de champ, alors pourquoi s’y intéresser ? Tout simplement parce que les algoritmes de machine learning sont omniprésents maintenant, très utilisés par les assistants vocaux, par exemple, dans le traitement numérique des photos ou même dans l’optimisation à la volée des performances pour le jeu…

Poco X6 Pro 5G
La puce retenue par Xiaomi/Poco a clairement de quoi satisfaire aux exigences des applications utilisant des algorithmes de machine learning.

A voir les résultats, on constate que le Poco X6 Pro est bien armé et devrait pouvoir suivre la tendance actuelle de l’intégration de fonctions intelligentes dans de plus en plus de logiciels. Il y a donc de la puissance pour aujourd’hui et pour demain. Il est même impressionnant de voir à quel point la partie « neural », qui concerne les éléments du SoC dédiés à ce genre de calculs surperforment par rapport à ceux présents dans le Galaxy S23 Ultra et même à ceux embarqués dans le Google Tensor G3, du Pixel 8 Pro, dont c’est l’atout majeur…

🕹️ Tout pour les joueurs ?

Sauf cas très particuliers, le jeu vidéo est l’usage le plus exigeant en matière de ressources. Poco a depuis longtemps dans sa ligne de mire les joueurs sur smartphones. Ici, la société chinoise n’a pas intégré de gâchettes latérales à son X6 Pro 5G. Il semblerait que ses équipes aient entendu la relative inutilité de ce genre d’ajouts. Difficile, il est vrai de lutter contre une manette Bluetooth, plus encombrante, il est vrai, mais bien plus confortable et précise quand on veut jouer « sérieusement ».

Les gâchettes ont plié bagage, mais Poco met en avant toute une série de technologies et de fonctions pensées pour combler le jouer et lui donner autant de FPS que possible. Elles sont pour partie réunies sous l’appellation Wild Boost Optimization 2.0. On y trouve ainsi la promesse de jeux qui chargeront jusqu’à 98% plus vite par rapport à la génération précédente. Ou encore une surface tactile rafraîchie à 2 160 Hz pour être encore plus réactive et une précision tactile multipliée par 16 pour enchaîner les headshots mobiles.

Poco 6X Pro 5G

Il y a également d’autres fonctions et efforts, plus discrets mais que Poco jugent tout aussi essentiels. Il en va ainsi de la nouvelle surface de 5 000 mm2 en acier inoxydable, qui occupe presque la moitié de la surface interne du Poco 6X Pro et qui est destinée à dissiper la chaleur plus efficacement pendant les parties qui durent.

Sur ce point, on aurait aimé pouvoir vérifier les effets positifs de ce genre de trouvaille avec un logiciel comme Wild Life, de 3Dmark, mais l’appareil n’était pas encore autorisé à se connecter à ces serveurs lors de notre test.

💾 La Ram virtuelle, à la rescousse ?

Comme assez souvent sur les smartphones Android, Poco met également en avant le bon vieux swapping des familles. Les 12 Go de mémoire vive ne semblent pas suffisants ? Pourquoi ne pas tailler dans l’espace de stockage ? D’autant que la compatibilité de la mémoire Flash embarquée avec le standard UFS 4.0 ouvre la porte à des vitesses de transfert qui peuvent aller jusqu’à 23,3 Gbit/s (avec des débits en lecture de 4 200 Mo/s et de 2 800 Mo/s en écriture.

Autrement dit, les débits sont suffisamment bons pour qu’écrire des pages mémoires sur le support de stockage ne ralentissent pas trop les usages. D’autant que ce sont les éléments les moins utilisés qui y sont déplacés pour libérer la Ram bien plus rapide. Par défaut, ce sont 6 Go qui sont alloués, et il est possible de pousser jusqu’à 8 Go. A chaque changement de réglage, il faut évidemment redémarrer son smartphone, ce qui est l’affaire de quelques dizaines de secondes.

Poco 6X Pro 5G
L’interface du Poco 6X Pro 5G qui permet de choisir la quantité de mémoire virtuelle allouée au système.

Mais est-ce vraiment utile ? Nous avons réalisé des tests avec 0, 4, 6 et 8 Go de « Ram » virtuelle en plus. Nous n’avons relevé aucune différence dans la fluidité de l’interface de HyperOS, l’Android 14 à la sauce Xiaomi. La réactivité est toujours aussi impeccable, les applications se lancent rapidement. Et il est difficile de jauger de ces gains dans un jeu, quand tout demeure fluide et joli.

Alors pour prendre la mesure des apports de la mémoire virtuelle, nous avons relancé AnTuTu, et les scores obtenus ont tendance à montrer un léger gain en fonction de la quantité de Ram supplémentaire, même si ce n’est pas toujours fulgurant. Notamment entre 6 et 8 Go. En revanche, on note une belle différence de score en 0 et 8 Go…

Poco X6 Pro 5G
L’utilisation de l’espace de stockage pour augmenter la RAM a un certain effet sur les performances comme le montre ces résultats de tests avec AnTuTu Benchmark.

Il est évident que l’ajout de mémoire vive virtuelle est surtout utile en cas d’usage intensif, soit que de nombreuses applications soient ouvertes simultanément, soit que l’une d’entre elle monopolise une grande quantité de mémoire, comme cela peut être le cas avec certains jeux, qui occupent jusqu’à 2 Go de mémoire et plus, parfois.

Xiaomi Poco X6 Pro 5G
Image 1 : Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?
  • Xiaomi Poco X6 Pro 5G
    350€
  • Poco
    350€

⚒ Des outils pour les joueurs à tout instant

En définitive, pour le joueur, le plus utile au quotidien est l’appli Game Turbo. Elle prend en charge les jeux installés et vous permet de définir l’utilisation du GPU en fonction de trois critères : Qualité de l’image, Fréquence d’images la plus élevée et Performance. Des réglages préétablis vous  facilitent la vie, mais vous pouvez aussi opter pour des configurations personnalisées, et ce pour chaque jeu reconnu par Game Turbo. Vous pourrez ainsi faire en sorte de jouer sur la qualité des graphismes ou la fluidité, ou encore, pour les titres moins gourmands mais chronophages, ménager la batterie.

Poco 6X Pro 5G
Le menu d’accès rapide à certaines options dans le jeu…

Dans les titres ainsi « optimisés », il est possible d’accéder rapidement à un petit panneau de contrôle latéral (en haut à gauche de l’écran) quand on joue. Il donne accès à différentes fonctions, de modification de votre voix, si vous jouez en ligne, par exemple, de capture d’écran, d’enregistrement vidéo et aussi d’optimisation à la volée des performances, qui, en fonction des jeux vont jusqu’à doubler le nombre d’images par seconde. C’est notamment le cas avec un titre comme Dead Cells ou Diablo Immortal. Tandis qu’avec un titre comme Honkai : Star Rail, qui peut être avide de ressources, le gain en images pouvait osciller entre 2 et 5 fois plus, en fonction de scènes.

De fait, les rares ralentissements auxquels nous avons été confrontés s’expliquaient pas des téléchargements lourds en tâche de fond, par exemple. Le reste du temps, les titres étaient d’une fluidité irréprochable. Le Poco X6 Pro a donc bien tout du smartphone de gamer abordable.

Le Poco X6 Pro 5G
Avec une manette, le Poco X6 Pro 5G devient un très bon partenaire de jeux.

📷 Photos : une partition agréable, mais pas parfaite

On l’a dit, le Poco X6 Pro embarque trois modules photo et un flash dual led, qui forment un carré à l’arrière de l’appareil. Mettons de côté, le module macro. Là où le Poco X5 Pro proposait un capteur 108 Mpixels sur son module principal (grand-angle), le X6 Pro a fait le choix de proposer un capteur 64 Mpixels pour son grand-angle (ouverture à f/1,7), mais conserve un ultra-grand-angle avec un capteur de 8 Mpixels (et un module macro à 2 Mpixels).

C’est surtout le grand-angle, qui mérite le détour. Grâce à son capteur de 64 Mpixels, il offre deux focales (1x et 2x), via un recadrage du capteur. Cela permet, sans trop de perte de données, d’offrir davantage de choix au moment de cadrer. C’est une astuce assez courante désormais sur les appareils qui n’ont que deux focales « fixes ». On obtient alors des clichés de 16 Mpixels.

Mais il est aussi possible d’utiliser le capteur en pleine définition, pour des clichés de 64 Mpixels, plus détaillés. La différence est vraiment notable, encore plus en plein jour, évidemment. Le piqué, les nuances et la granularité des surfaces ressortent mieux. Comme par exemple, avec ces deux pommes prises avec le même éclairage et le même cadrage, en 16 et 64 Mpixels.

Poco X6 Pro 5G
Une pomme photographié avec le module principale en 16 Mpixels
Poco 6X Pro 5G
La même pomme, toujours photographiée avec le module principal, mais cette fois-ci en activant le mode 64 Mpixels.

En plein jour, en intérieur, comme en extérieur, le grand-angle réussit de beaux clichés. Ils sont bien exposés, avec des couleurs qui dérivent légèrement de la réalité, notamment au niveau des verts, mais le résultat est satisfaisant. Quand la lumière baisse un peu, ce qui arrive vite en cette saison, le Poco X6 Pro va vite monter en ISO, jaunir un peu les couleurs et perdre en nuance dans les zones où le contraste gagnerait à marquer des volumes, comme les nuages, par exemple. Surtout si on le compare à ce qu’offre le Pixel 7a, référence en matière de photographie dans le milieu de gamme. Néanmoins, si les aplats se multiplient, les clichés sont agréables à regarder et toujours exploitables.

Poco X6 Pro 5G
Une photo de nuit, au grand-angle, avec le Poco X6 Pro 5G. On note une légère tendance à jaunir les lumières à gauche, et un manque de relief dans le ciel. On apprécie en revanche le niveau de détail dans les textes à l’avant de la péniche.
Poco X6 Pro 5G
Le Pixel 7a arrive à proposer plus de nuance dans les nuages, et saturent moins les couleurs, tout en montant moins en ISO.

Les portraits sont également plutôt réussis, avec de belles couleurs en pleine lumière même si on ne retrouve pas le piqué et la matière qu’on peut obtenir avec un Pixel 7a, dans les mêmes conditions. L’application du flou d’arrière-plan est également parfois un peu hasardeux, notamment quand des boucles de cheveux compliquent la tâche des algorithmes en charge du détourage de la tête.

Les choses sont légèrement plus compliquées avec l’ultra-grand-angle, qui fournit des clichés très corrects en pleine lumière mais souffre d’une forte montée en ISO à la nuit tombée. Là où le Pixel 7a se tiendra à environ 1200 ISO, le Poco X6 Pro poussera jusqu’à 2500 ISO environ, avec tout ce que cela implique de bruit numérique et d’aplats disgracieux. Par ailleurs, il faut noter que la calibration des couleurs n’est pas identique entre les deux modules, ce qui est un peu gênant, parfois.

Le Poco X6 Pro 5G
Les portraits sont assez bien réussis, bien qu’un peu trop lissés, « embellis », sans qu’aucune fonction ne soit activée en l’espèce.
Image 5 : Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?
Si l’effet de bokeh est plus léger sur ce cliché pris avec le Pixel 7a, on constate néanmoins que les peaux sont moins lissées, et les mèches rebelles mieux respectées.

Néanmoins, il faut bien reconnaître que pour un smartphone à moins de 400 euros lors de son lancement, on a une partition photographique très honnête. On sent que le processeur d’images du Dimensity 8300 Ultra est à la barre, même si les algorithmes de photographies computationnelles de Poco pourraient gagner encore en précision.

🔋 Autonomie : un bon coureur, toujours prêt à repartir…

Quand on embarque une grande dalle lumineuse et une puce assez musclée pour séduire les joueurs et abattre les tâches les plus exigeantes, on peut craindre que l’autonomie ne soit pas forcément au rendez-vous. En l’occurrence, la crainte n’est pas totalement fondée.

A l’usage, au fil de nos quelques jours de tests, nous avons toujours réussi à tenir une journée et même un peu plus avec une seule charge. Mais bien entendu un usage plus intensif que le nôtre ou qui sollicite beaucoup le GPS, par exemple, pourrait avoir des résultats bien différents.

Image 6 : Test du Poco X6 Pro 5G : le dernier smartphone Gaming de Xiaomi, nouveau roi du milieu de gamme ?

Voilà pourquoi nous soumettons les smartphones qui passe entre nos mains à un même test. Batterie chargée à plein, luminosité de l’écran à 200 cd/m2, pour mettre tous les appareils sur un pied d’égalité, nous lançons la lecture d’une idéo 4K en streaming jusqu’à ce que la batterie soit vide et que l’appareil s’éteigne.

En l’occurrence, grâce à sa batterie de 5 000 mAh, le Poco X6 Pro a tenu 17h03 lors de ce petit supplice. C’est moins bon que les 18h14 obtenues par le Samsung Galaxy A34, smartphone de milieu de gamme par excellente, mais mieux que les 14h31 du Pixel 7a, excellent smartphone de milieu de gamme… Et c’est également mieux que le Motorola Edge 40 Neo, également inscrit dans ce positionnement, sorti en septembre dernier, et qui avait tenu 15h53 lors de ce même test.

Poco X6 Pro 5G

Autrement dit, le Poco X6 Pro n’est pas le meilleur de sa catégorie, mais se tient dans le pack de tête, sans forcer. D’autant qu’il a un argument fort à faire entendre. Comme presque tous les appareils Xiaomi, il bénéficie d’une recharge vraiment rapide. Il atteint ainsi les 50% de batterie en 17 minutes tout juste, et les 100% au bout de cinquante minutes… Difficile de trouver à redire. D’autant que son chargeur de 67 W est fourni avec l’appareil, rappelons-le, et ce n’est pas un détail au vu du coût d’un tel accessoire et du service rendu.

️ Le verdict de notre test du Poco X6 Pro

Xiaomi Poco X6 Pro
9/10

Poco X6 Pro 5G 

Des performances incroyables pour le prix

  • XIAOMI – Poco X6 Pro 5G – 256Go – Noir
    276.94€
  • 276.94€
    Voir l’offre
  • 291€
    Voir l’offre
  • 299.90€
    Voir l’offre
  • 299.99€
    Voir l’offre
  • 299.99€
    Voir l’offre
  • 314.90€
    Voir l’offre
  • 326.09€
    Voir l’offre
Plus d’offres
On aime
  • L’écran AMOLED très agréable et lumineux
  • Le SoC de Mediatek vraiment performant
  • Les photos de jour avec le module principal
  • L’autonomie plutôt bonne
  • La recharge rapide
On n’aime pas
  • La disparité entre les deux modules photos
  • Les clichés de nuit, surtout sur l’ultra-grand-angle
  • La disparition du port mini-jack
Verdict :

Joliment fini et porteur d’un design simple et élégant, même s’il n’opte pas pour des matériaux premium, le Poco X6 Pro 5G offre une prise en main confortable, malgré sa taille non négligeable. Son écran OLED est à la fois lumineux et fluide, tandis que sa configuration lui assure quasiment les mêmes performances qu’un smartphone haut de gamme de 2023. Côté photo, si tout n’est parfait, avec de grosses différences entre les modules, il arrive à fournir de beaux clichés en pleine lumière, et se débrouille parfois correctement quand le jour baisse. Tout ça, évidemment, pour un prix agressif de milieu de gamme. C’est officiel, le Poco X6 Pro a tout du flagship killer, qui devrait séduire les joueurs.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !