Accueil » Actualité » Trottinettes électrique : les règles à suivre pour éviter les amendes

Trottinettes électrique : les règles à suivre pour éviter les amendes

Circuler sur les trottoirs peut vous exposer à 135 euros d’amende ! En revanche, le port du casque n’est pas obligatoire en agglomération.

Le Décret n° 2019-1082 relatif à la réglementation des engins de déplacement personnel, abrégé EDP, vient de paraître au Journal officiel. Il définit les règles d’utilisation des trottinettes électriques, hoverboards et autres gyropodes. On fait le point sur les principales informations à retenir pour éviter d’être sanctionné.

Image 1 : Trottinettes électrique : les règles à suivre pour éviter les amendes

À partir de quel âge et à quelle vitesse ?

Tout d’abord, le décret fixe un âge minimal de 12 ans pour l’utilisation d’un EDP. Dans tous les cas, le texte fixe la vitesse maximale autorisée à 25 km/h. Les usagers qui ne respecteraient pas cette limite de vitesse s’exposent à une forte amende. Son montant peut atteindre les 1 500 euros, voire 3 000 euros en cas de récidive. En outre, le conducteur doit être seul sur l’engin. Il ne peut également ni pousser ou tracter une quelconque charge, ni être remorqué.

Où et comment circuler ?

Les usagers ont le droit de circuler en agglomération et hors agglomération. Dans le premier cas, ils doivent circuler sur les pistes cyclables. Lorsqu’il n’y en a pas, ils peuvent circuler sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50 km/h. Conformément au projet de loi présenté par la ministre des Transports en 2018, le décret interdit les EDP de circulation sur les trottoirs. La peine encourue pour les récalcitrants : une amende de 135 euros. Enfin, il est possible de garer son bolide sur les trottoirs. À condition qu’il n’entrave pas la circulation des piétons. Hors agglomération, « la circulation des engins de déplacement personnel motorisés est interdite, sauf sur les voies vertes et les pistes cyclables ».

En ce qui concerne le port du casque, il est fortement recommandé, mais pas obligatoire en ville. En revanche, il l’est hors agglomération.

Tout EDP doit, à l’instar des vélos, embarquer des feux de position avant et arrière, un système de freinage et un avertisseur sonore. En outre, « lorsqu’il circule la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, tout conducteur d’un engin de déplacement personnel motorisé doit porter, soit un gilet de haute visibilité conforme à la réglementation, soit un équipement rétro-réfléchissant ».

Des règles générales mais qui peuvent varier selon les villes

À l’exception des deux cas cités ci-dessus (vitesse supérieure à 25 km/h et circulation sur les trottoirs), l’amende pour toutes autres infractions est de 35 euros.

Le décret précise que les municipalités ont le droit de prendre des arrêtés. Ceux-là peuvent pas exemple abaisser la vitesse maximale autorisée ou interdire le stationnement des EDP sur les trottoirs.

Bird, Lime, Bolt : qui est le meilleur loueur de trottinettes électriques ?