Accueil » Actualité » Voyager 2 est à son tour entré dans l’espace interstellaire

Voyager 2 est à son tour entré dans l’espace interstellaire

41 ans et 18 miliards de kilomètres auront été nécessaires à Voyager 2 pour quitter notre héliopshère. Les données envoyées le 5 novembre 2018 l’indiquent sans équivoque, le milieu interstellaire est enfin atteint.

Image 1 : Voyager 2 est à son tour entré dans l’espace interstellaire

Avec sa sœur jumelle, la sonde Voyager 1, ce sont les 2 seuls objets construits de la main de l’Homme qui ont quitté à coup sûr l’héliosphère pour entrer dans le milieu interstellaire.

Après 18 miliards de kilomètres, Voyager 2 a quitté l’héliosphère

Il y a un an jour pour jour, Voyager 2 transmettait, comme à son habitude, les données recueillies concernant le milieu environnant. Aucun doute, elles indiquent très nettement la sortie de l’héliosphère. Il n’aura fallu qu’une journée à la sonde pour traverser l’héliopause, la frontière avec le milieu interstellaire.

Afin de déterminer ce changement de milieu, les scientifiques ont à leur disposition les relevés des instruments présents à bord de la sonde. Une fois l’héliopause traversée, le vent solaire n’a plus d’effet, le milieu interstellaire est bien plus froid, les rayons cosmiques sont en augmentation, les particules chargées se raréfient et le champ magnétique change brutalement.

Image 2 : Voyager 2 est à son tour entré dans l’espace interstellaire

Le chant du cygne pour les 2 sondes Voyager

Voyager 1 et 2 sont parties à quelques semaines d’écart mais avec des trajectoires très différentes. Pourtant ce qui intéresse les scientifiques c’est la relative proximité des distances auxquelles elles ont toutes deux atteint le milieu interstellaire. Voyageur 1 l’a atteint en août 2012, Voyageur 2 en novembre 2018. 6 ans d’écart, mais surtout sur une distance au Soleil de 17,8 milliards de kilomètres pour la première et 18,3 milliards pour la seconde.

Pour donner quelques chiffres afin de mettre tout cela en perspective, il faut 16,5 heures au signal pour nous parvenir de Voyager 2 contre 8 minutes pour que la lumière du Soleil nous atteigne. L’émetteur dispose d’une puissance de 22,4 Watt, ce qui correspond à une ampoule de frigo. Elle communique à la vitesse faramineuse de 16 bit/s en réception et 160 bit/s en envoi. Les batteries au plutonium des deux sondes arriveront en fin de vie mi-2020, ce qui est bien plus que ce dont les astronomes avaient rêvé au début de la mission. Voyager 2 suit une trajectoire vers l’étoile Ross 248 qu’elle devrait atteindre dans 40 000 ans.