[Test] Sonos Beam : la barre de son idéale ?

Il y a quelques semaines, Sonos annonçait l’arrivée d’une nouvelle barre de son dans son catalogue. En plus de la Playbar, il faut maintenant compter avec la Beam, une version plus compacte et davantage connectée qui a également le mérite d’être vendue à un prix très attractif (449€). Surtout, la Beam cache un autre atout : elle peut remplacer, les enceintes intelligentes et leurs assistants vocaux. Déjà compatible avec Alexa d’Amazon, la Beam promet également une compatibilité AirPlay 2 courant aout (coucou Siri), et l’intégration de Google Assistant avant la fin de l’année. Cette ouverture, associée à une qualité audio étonnante, font de la Beam l’un des meilleurs produits de l’année. 

5 raisons de craquer pour la Sonos Beam

Oui – Parce que c’est un bel objet

Comme toutes les barres de son, la Beam a vocation à se loger sous la TV (sur un meuble ou accrochée au mur) dans l’un des endroits les plus exposés du salon. Autant dire que l’esthétique est essentielle pour ce genre de produits. A ce petit jeu, Sonos s’en sort très bien avec une barre de son compacte qui reprend les traits de ses dernières productions, à savoir la Playbase et la One. Disponible en deux coloris (noir ou blanc) la Beam est aussi discrète qu’élégante ce qui lui permet de s’intégrer facilement au salon. Bien que plus puissante, la Playbar avec son design vieillissant, pourrait avoir du mal à rivaliser. 

Oui – Parce qu’elle remplace (en mieux) tous les assistants vocaux


Pourquoi acheter une enceinte intelligente lorsqu’on peut ajouter un assistant vocal à sa barre de son ? C’est le pari que fait Sonos avec la Beam. Pour le réussir, un atout maitre : une compatibilité la plus large possible. Et pour cause, aujourd’hui la Beam (comme la One) est compatible avec Alexa, l’assistant vocal d’Amazon. Avant la fin de l’été, elle pourra être pilotée en AirPlay 2, avec Siri donc. Et avant la fin de l’année, elle pourra embarquer Google Assistant. Une ouverture à tous qui bénéficie évidemment à l’utilisateur et qui lui permet de ne pas s’enfermer dans un écosystème tout en optant pour une barre de son efficace.

Oui – Parce qu’elle s’intègre parfaitement dans l’écosystème Sonos

Comme chaque nouveau produit Sonos, la Beam est compatible avec le reste de la gamme du constructeur américain. Elle peut donc être associée à une enceinte, comme la Play 5, dans une configuration multiroom par exemple. Surtout, chaque nouvelle enceinte apporte ses nouvelles fonctionnalités à un système existant même ancien. Ainsi, une Beam associée à plusieurs enceintes Sonos étendrait aux autres sa fonctionnalité Alexa. Dès lors, elle deviendrait l’enceinte maitresse par laquelle l’ensemble du système serait commandé à la voix.

Dans notre test, nous avons également essayé une autre configuration « home cinema ». Dans ce schéma, notre Beam a été associée à deux Sonos One appairées en stéréo et placées à l’arrière du salon. Le résultat, vraiment convaincant, est représentatif de la modularité de l’écosystème Sonos.  

Oui – Pour sa qualité audio remarquable 

Lorsque Sonos a présenté son enceinte, sa cible semblait avoir bien été identifiée : la barre de son plus petite (que la Playbar) devait convenir aux intérieurs… plus petits. A l’usage, on ne retrouve pas cette modestie. La Beam a un son étonnement puissant compte tenu de sa compacité. Même dans un intérieur plus grand que ceux qu’elle vise, elle offre un rendu tout à fait honnête. Nous l’avons testée dans deux configurations : une pièce d’une douzaine de mètres carrés ainsi qu’un salon d’environ 40 m2. Dans le premier cas, elle est clairement surdimensionnée, dans le second elle s’en sort admirablement.

Quant au son à proprement parler, il est de bonne facture lorsqu’on le compare au prix de l’enceinte et à la concurrence. Des basses bien maitrisées, des aigus assez fins et bien détaillés, le son Sonos ne cède à aucun excès tout en gardant du caractère.

En revanche, comme lors de notre test de la Playbase, la plaque de son du constructeur, nous avons davantage été convaincus par le rendu en musique que par les performances Home Cinema de la barre de son. S’il fallait trouver une faiblesse à la Beam, ce serait sans doute du côté de la spatialisation.

Oui – Pour sa connectivité complète

Il y a plusieurs façons de connecter la Beam à son téléviseur et à son réseau. Et pour le coup, Sonos s’est assuré de ne laisser personne sur la touche. Pour le réseau domestique, deux options : du Wifi 802.11 b/g, compatible avec les fréquences 2,4 ou 5 GHz. Si votre connexion est un peu faiblarde, le port Ethernet peut prendre le relais. 

Quant à l’appairage avec la TV, l’idéal est d’opter pour le port HMDI ARC qui offre une meilleure compatibilité entre la Beam et le téléviseur. Concrètement, il ne sera pas nécessaire de se plonger dans les paramètres de l’écran pour désactiver l’audio, la barre de son de Sonos deviendra automatiquement le canal de transmission privilégié. Et pour ceux qui n’auraient pas de HDMI ARC sur leur téléviseur, Sonos intègre un adaptateur HDMI/optique, dans la boite de son enceinte.

Posez une question dans la catégorie News du forum
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • saldana753
    Il a toutes les mêmes caractéristiques que les autres haut-parleurs Sonos: lecture de musique sans fil sans Bluetooth ou AirPlay, compatibilité avec des dizaines de services de musique, y compris tous les principaux acteurs, et extensibilité avec d'autres haut-parleurs Sonos.