Accueil » Actualité » Avec Nvidia Reflex, Asus ROG fait baisser votre latence en jeu

Avec Nvidia Reflex, Asus ROG fait baisser votre latence en jeu

Afin d’améliorer l’expérience et les performances des joueurs, ASUS Rog rend compatible une partie de son matériel avec le Reflex Latency Analyzer (RLA) de NVidia, dans le but de gagner de précieuses millisecondes.

La latence est un véritable fléau dans le monde du jeu vidéo. Servant souvent d’excuse aux joueurs de mauvaise foi, elle peut également provoquer un réel déséquilibre entre deux joueurs. Souvent associée à la qualité de la connexion internet, elle peut également dépendre du matériel utilisé.

Nvidia reflex
Nvidia Reflex, une solution pour garder le contrôle de la latence. Crédit : ASUS

Si quelques millisecondes d’écart ne posent aucun problème dans la plupart des jeux, à plus forte raison dans les jeux orientés PvE (joueur contre intelligence artificielle), elle peut complètement changer la physionomie d’une rencontre PVP (joueur contre joueur) dans les jeux demandant réflexes et rapidité d’exécution comme Fortnite, Apex, Overwatch et autres FPS.

Latence en jeu : si la connexion est bonne, c’est peut-être le matos qui n’est pas adapté

La latence, par définition, est le temps qu’il se passe entre la commande d’une action et sa restitution à l’écran. Dans le cadre d’un jeu de tir, le joueur va cliquer sur un bouton pour déclencher un tir. Une fois le bouton pressé, le PC va traiter la commande, l’envoyer au serveur qui va renvoyer au PC l’animation et le résultat du tir et l’afficher à l’écran.

Toutes ces étapes prennent du temps, que l’on appelle latence. Si l’une de ces étapes prend trop de temps, le joueur qui pensait avoir son adversaire dans son viseur ratera son tir puisque le serveur aura déjà enregistré le déplacement ennemi qui n’aura pas eu le temps de s’afficher.

La latence la plus connue et surveillée des joueurs est celle de la communication entre le PC et le serveur. Les joueurs possédant la fibre optique auront donc un net avantage par rapport à un autre qui aurait une connexion de moins bonne qualité ou simplement très éloignée du serveur. Cependant, il existe une autre source de latence, le matériel.

latence matérielle
Détail de la latence matérielle. Crédit : ASUS

En effet, comme le montre le schéma, le premier délai qui intervient est celui introduit par la rapidité de communication entre souris, processeur, moteur graphique, carte graphique et affichage. On pourrait croire ce délai négligeable, mais il s’agit en fait de plusieurs dizaines de millisecondes, soit un pourcentage non négligeable de la latence totale.

Comment baisser la latence matérielle ?

NVidia, en partenariat avec les développeurs de plusieurs jeux vidéo, a donc décidé de profiter de l’immense puissance de calcul de la dernière génération de cartes graphiques afin de développer Reflex. L’idée est de proposer une série d’optimisation logicielle afin de grappiller quelques précieuses millisecondes.

Dans cette démarche, ASUS est le premier constructeur à proposer une gamme de périphériques pleinement compatible avec l’environnement RLA de Nvidia dont la liste est disponible sur le site officiel.

Alors certes, il ne s’agit que de quelques millisecondes et dans la plupart des parties jouées, cela ne changera pas forcément l’issue d’un match. Néanmoins, dans le cadre de rencontres esports avec des joueurs professionnels, ce genre d’option peut créer un avantage que les compétences pures ne suffiront peut-être pas à compenser.

A lire aussi > Le jeu vidéo est limité en Chine : pas plus de 3 heures par semaine pour les enfants

Un problème qui n’existe pas pour les compétitions « on stage », mais la situation sanitaire a poussé de nombreux organisateurs à se tourner vers le format « online ». Espérons que ce genre de solution apportera un confort aux joueurs leur permettant d’exprimer leur plein potentiel plutôt que de créer un « PC gap ».

Source : techradar