Accueil » Test » Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

1 : La réponse au D600 2 : Une bonne construction « expert » malgré quelques manques 3 : Une ergonomie claire et bien pensée 5 : Un très bon niveau de qualité d’image 6 : Nouvelles fonctions Wifi et GPS 7 : Le point vidéo 8 : Bilan

Des performances mécaniques de bon niveau

Image 1 : Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

À la lecture de la fiche technique, on a l’impression que Canon a fait le choix de préserver ses autres boitiers d’une éventuelle concurrence interne. Si la vitesse d’obturation maximale de 1/4000e de seconde est largement suffisante pour 99% des usages, la vitesse maximale de synchronisation avec le flash de 1/180eme de seconde paraît un peu terne face au 1/250e du 5D Mk III.

Même constat pour la vitesse en rafale : si la cadence de 4,5 images/seconde est suffisante pour la majorité des usages, l’EOS 6D laissera sur leur faim les amateurs de photos animalières ou d’action, habitués aux cadences largement supérieures du 7D. Cette cadence limitée est cependant loin d’être ridicule et permet au buffer de l’appareil d’enchaîner les vues sans difficulté (même en Raw).

Globalement, le module autofocus du 6D est précis et assure très correctement sa fonction. Il propose aux experts de nombreuses possibilités de paramétrage et un réglage précis pour chaque objectif. Pour les zooms on peut même affiner le réglage en fonction des focales pour une même optique.

Si on peut lui reprocher une couverture un peu étriquée et la présence d’un seul collimateur croisé, au centre, on ne peut que reconnaître l’extrême sensibilité de ce dernier. Même dans des conditions habituellement très difficiles, ce collimateur central, annoncé comme étant capable de travailler jusqu’à -3 IL, tient ses promesses et fait même mieux dans ce domaine précis que celui du 5D Mk III, pourtant déjà très bon (annoncé jusqu’à -2IL). Les autres collimateurs en revanche sont nettement en retrait en basse lumière.

Une bonne surprise à signaler : comme le 5D Mk III, le 6D est naturellement silencieux au déclenchement et on peut encore améliorer ce résultat grâce à la présence d’un mode silencieux efficace et assez peu influent sur la réactivité du boitier.

Sommaire :

  1. La réponse au D600
  2. Une bonne construction « expert » malgré quelques manques
  3. Une ergonomie claire et bien pensée
  4. Des performances mécaniques de bon niveau
  5. Un très bon niveau de qualité d’image
  6. Nouvelles fonctions Wifi et GPS
  7. Le point vidéo
  8. Bilan