Accueil » Actualité » Des chercheurs découvrent l’origine des particules à haute énergie dangereuses du Soleil

Des chercheurs découvrent l’origine des particules à haute énergie dangereuses du Soleil

Des chercheurs ont découvert l’origine des particules à haute énergie du Soleil qui sont éjectées à grande vitesse lors des tempêtes solaires. Ces particules sont potentiellement dangereuses pour les astronautes, les avions et les satellites.

Le Soleil est une étoile véritablement fascinante. L’année dernière, de magnifiques images les plus proches jamais prises dévoilaient un phénomène d’éruptions solaires qui s’étendent sur environ 400 kilomètres. Lors de ces éruptions aussi appelées tempêtes solaires, des particules à haute énergie sont rejetées à grande vitesse dans l’espace. En 1859, la tempête solaire de Carrington a notamment affecté la Terre avec la défaillance des systèmes télégraphiques à travers l’Europe et l’Amérique. De nos jours, une telle perturbation électromagnétique aurait des conséquences encore plus graves en raison de notre forte dépendance à l’infrastructure électronique.

Les zones actives du Soleil qui sont susceptibles de former des tempêtes solaires
Les zones actives du Soleil qui sont susceptibles de former des tempêtes solaires – Crédits : NASA / SDO

D’où viennent les particules à haute énergie émises par le Soleil lors des tempêtes solaires ? En répondant à cette question, les chercheurs seront capables de prédire l’éjection des particules afin de prendre les mesures de sécurité nécessaires. En effet, une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Science Advances décrit justement la source de ces particules à haute énergie. Des chercheurs de l’University College de Londres et de l’université George-Mason en Virginie aux États-Unis sont à l’origine de cette découverte majeure.

Les particules à haute énergie proviennent de la partie basse du Soleil

Dans leur étude, les chercheurs ont analysé la composition des particules solaires à haute énergie. Il se sont alors rendu compte qu’elles ont la même empreinte digitale que le plasma situé au bas de la couronne du Soleil. Cette région est la chromosphère. Celle-ci est proche de la région médiane de l’atmosphère du Soleil. Connaître l’origine des particules va automatiquement permettre de surveiller les tempêtes solaires de plus près.

La co-auteure de l’étude, Dr Stephanie Yardley, a expliqué que : « les particules à haute énergie peuvent arriver sur Terre très rapidement, en quelques minutes à quelques heures, ces évènements durant plusieurs jours ». Ainsi, la prochaine étape est de trouver un moyen pour prédire avec précision les tempêtes solaires qui menacent l’atmosphère terrestre. Les particules à haute énergie représentent notamment un danger pour les astronautes et les passagers des avions. Ces derniers risquent d’être exposés aux radiations.

L’origine des particules sera confirmée avec le nouveau cycle solaire

En attendant, l’auteur en charge de l’étude, Dr David Brooks, a déclaré que : « nous commençons maintenant un nouveau cycle solaire, et une fois qu’il commencera, nous utiliserons les mêmes techniques pour voir si nos résultats sont généralement vrais ou si ces évènements sont d’une manière ou d’une autre inhabituels ».

De plus, il ne faut pas oublier que les chercheurs vont bientôt avoir accès à des données cruciales envoyées par les deux sondes spatiales qui étudient le Soleil. La première est la sonde Parker Solar Probe de la NASA qui a établi deux records l’année dernière. Elle est devenue le premier engin spatial à s’approcher aussi près du Soleil à une vitesse aussi rapide. Ensuite, la deuxième est la sonde Solar Orbiter de l’ESA lancée en 2020 qui va travailler avec Parker Solar Probe.

Source : Phys.org