Accueil » Dossier » Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Image 1 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Trois mois plus tard

Rappelez-vous : en mai Free installait la fibre optique dans notre appartement-témoin et nous promettait de nous tenir informés de la date d’envoi de la Freebox optique dans les dix jours. C’est finalement trois mois plus tard que nous recevons enfin des nouvelles de l’opérateur.

Après que les techniciens aient percé nos murs et tiré des câbles pour apporter la fibre depuis le palier, nous voilà donc prêts à installer notre nouvelle Freebox optique.

Image 2 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Tout commence par une lettre

Cette lettre adressée par Free Infrastructure est le point de départ le plus courant de l’arrivée de la fibre optique dans un immeuble. Reçue par le syndic, elle propose de soumettre l’installation de la fibre à la prochaine assemblée générale de copropriété. Dans ce courrier, l’opérateur fait notamment valoir les avantages de cette technologie : TV HD, rapidité et fiabilité de connexion.

Tous les opérateurs démarchent actuellement les copropriétés pour raccorder au plus vite un maximum d’immeubles. Depuis janvier, l’Arcep (l’autorité de régulation notamment en charge du sujet), impose que l’opérateur choisi par la copropriété propose à ses concurrents de cofinancer l’installation.

Si votre copropriété n’a encore reçu aucun signe d’un opérateur, il est également possible de les contacter directement sur leurs sites dédiés.

Image 3 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

La fibre commune à l’immeuble

Tout commence dans le local technique du palier, c’est ici qu’arrive la gaine fibre optique commune à tout l’immeuble. Dans ce cas précis, suite à la réception de la lettre, c’est donc Free qui a déployé cette fibre après un accord avec le syndic de la résidence. Attention toutefois, l’installation peut-être bien plus complexe dans les vieux immeubles ne disposant pas de fourreau technique. La fibre commune peut ainsi être apparente dans toute la copropriété. Ici, le technicien n’a plus qu’à aller piocher une des fibres encore disponibles pour la relier à notre appartement test.

La nature des travaux est convenue avant la signature de la convention. Un exemplaire de référence est disponible sur le site de l’Arcep. Toutefois, chaque immeuble étant différent, elle est adaptable aux besoins de chaque copropriété. Il est ainsi possible de définir à l’avance les choix techniques à faire, notamment l’utilisation de goulottes pour cacher les câbles apparents.

Il ne faut donc jamais signer une convention avant de connaître la nature des travaux, contrairement à ce que peuvent laisser entendre certains conseillers de hot line. Pour éviter ce genre de problèmes, Orange dispose « de conseillers physiques qui traitent directement avec les copropriétés, cela facilite la communication entre les deux parties et rassure les copropriétaires », nous précise Yves Parfait, directeur du projet fibre de l’opérateur.

Image 4 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Une fibre pour chaque opérateur

Une fois le choix fait par le technicien, se dernier s’attelle à « éplucher » la paire de fibres optiques arrivant sur le palier. Dans notre cas précis, l’une est dédiée à Free, l’autre à un opérateur tiers, un câble contenant donc les deux fibres sera tiré jusqu’à notre appartement. Free pourra ensuite revendre celle qu’il n’utilise pas pour ses services à un autre opérateur.

Chez Orange «on peut aussi installer des câbles contenant quatre fibres optiques, ainsi le client pourra disposer de l’opérateur commercial de son choix», précise Yves Parfait. Pourtant, Édouard Barreiro, spécialiste en charge de la question chez l’UFC Que Choisir, tempère : « dans les faits, les interactions entre opérateurs ne sont pas encore optimales, il est long et difficile d’utiliser un autre abonnement que celui commercialisé par l’installateur ».

Les abonnements restent à un prix équivalent à celui des offres ADSL, 29,90 € par mois chez SFR et Free, 34,90 € chez Orange. Tous annoncent un débit théorique descendant de 100 mégabits/seconde, le téléphone et des chaînes de télévision HD. L’opérateur historique propose en plus une chaine dédiée à la 3D. Toutefois, son débit montant ne sera que de 10 mégas, quand les autres annoncent 50 mégabits/seconde. « Une offre entièrement symétrique (100 mégabits/seconde en débit montant et descendant) est disponible en option pour 20 euros de plus », nous précise Yves Parfait.

Image 5 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Souder la fibre

Une fois la paire de fibres choisie, le technicien utilise une « cliveuse » pour réaliser une coupe au profil parfait. Cet outil permet une coupe propre, plate et perpendiculaire. Ces caractéristiques sont indispensables pour réussir la prochaine étape : la soudure.

La soudure est certainement l’étape la plus cruciale de toute l’installation. Si les fibres montant de la gaine commune ne sont pas soudées correctement à celles tirées jusqu’à l’appartement, le débit et la fiabilité seront affectés. Il ne restera plus qu’à la refaire. Disposées délicatement de chaque côté de la machine, les fibres nettoyées sont ensuite ajustées automatiquement par la machine et soudées par un grand flash lumineux.

Image 6 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

La vérification des débits

L’installation de la fibre optique nécessite beaucoup de matériel. Après la cliveuse et la soudeuse, un boitier relié à chacune des prises permet d’évaluer la fiabilité de chaque ligne. Sur cet exemple, le premier pic à la ligne rouge correspond au passage du signal à travers la prise dans l’appartement. La seconde ligne bleue indique le point de soudure réalisée au niveau du local technique. Dans ce cas précis, la soudure est à recommencer, le signal étant trop perturbé après celle-ci.

« L’avantage de la fibre par rapport au classique fil de cuivre ou au câble coaxial est son insensibilité aux ondes électroniques. La machinerie d’un ascenseur électriquement mal isolé peut perturber le signal. Cela n’a jamais lieu avec la fibre », indique Yves Parfait d’Orange.

Image 7 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Quelques travaux

Commencent ensuite les travaux à proprement parler. Le technicien perce le local technique pour y faire sortir la fibre. La même opération sera logiquement réalisée au dessus de la porte d’entrée de l’appartement relié. Si les travaux semblent lourds, ils se réalisent toutefois très rapidement : une heure à deux techniciens. Yves Parfait confirme cela : « la fibre optique ne nécessite aucun boitier électronique ni alimentation électrique d’aucune sorte, les travaux sont donc légers et peuvent être réalisés en seulement quelques jours pour l’immeuble. »

La fibre optique tant désirée montre enfin son visage. Conditionné en long rouleau, le câble contenant les deux fibres reste toutefois plus fin qu’un câble coaxial comme ceux utilisés pour relier une prise d’antenne à son téléviseur.

Image 8 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Des câbles dans le couloir

Notre appartement étant situé tout au bout du couloir, le câble devra être tiré sur toute sa longueur. Il sera fixé à l’angle formé par le mur et le plafond tout simplement grâce à un pistolet à colle. L’opération a l’avantage d’être rapide. En revanche, le câble reste apparent dans les parties communes. Si chaque appartement est relié ainsi, l’embouteillage est proche.

« Il ne faut pas hésiter à négocier des conditions spécifiques avec les opérateurs. Ces derniers doivent prendre en charge les coûts de la totalité des travaux. En cas de travaux d’installations très lourds, un partage entre copopriété et opérateur est également possible », précise Edouard Barreiro de l’UFC Que Choisir. « Pour l’instant, aucun litige ne nous a été signalé, il est encore un peut tôt », ajoute-t-il.

Image 9 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

De la fibre dans tous les angles

Le pistolet à colle reste le meilleur ami de notre technicien aussi à l’intérieur de l’appartement. Comme on le constate sur ce cliché, la fibre optique ne craint désormais plus les angles. Il y a quelques années, on ne pouvait pas la plier à 90° sous peine de la briser. C’est désormais possible et cela facilite grandement le travail du technicien qui peut épouser tous les angles et concevoir une installation un peu plus discrète.

Image 10 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Un boitier, deux prises

Une fois arrivé à l’endroit désiré, le technicien place le boitier contenant les deux prises. La prise reliée au fil rouge est réservée à Free, celle au fil bleu à un opérateur tiers. Impossible en revanche d’installer plusieurs de ses boitiers dans la même habitation : une seule ligne est disponible par abonnement. Libre à l’abonné de répartir sa connexion dans son logement via un réseau Wi-Fi, CPL ou Ethernet.

Pour plus de fiabilité, ces dernières sont préinstallées au bout du rouleau de câble original. «Contrairement aux fils de cuivre, utilisés pour l’ADSL, il n’y a aucune déperdition avec la fibre. Seules les soudures peuvent faire perdre un peu de débit, mais l’effet est vraiment minime», explique Yves Parfait.

Image 11 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Des débits réels plus faibles

Une fois l’installation terminée, les prises n’attendent donc plus que le boitier Freebox optique. Free promet notamment une connexion à 100 mégabits/seconde en réception et 50 en émission. Dans la réalité, le débit descendant s’approche plus des 60 mégabits/seconde selon notre technicien. Ce dernier nous a d’ailleurs promis qu’un mail de Free serait envoyé dans les dix jours pour nous annoncer l’expédition de la Freebox optique. Nous la recevrons finalement trois mois après.

Image 12 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Les différences avec la Freebox ADSL

Sortie de sa boîte, la Freebox optique n’est absolument pas différentiable de la version ADSL. Du moins en façade, car tout se joue au dos. On remarque ici de nombreuses nouveautés. Si les ports Ethernet sont toujours au nombre de quatre, celui dédié au boîtier HD disparait. Free considère qu’ils doivent désormais être reliés via les Freeplugs. Ces deux boitiers utilisent la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne) pour faire transiter le signal Internet au travers de l’installation électrique. On évite ainsi d’avoir à tirer un disgracieux câble Ethernet entre la Freebox optique placée à côté de l’arrivée de la fibre optique et la Freebox HD disposée sous le téléviseur.

Sur cette Freebox optique, un port HDMI fait son apparition. Elle peut ainsi servir à regarder directement la télévision sur un second téléviseur en plus de celui déjà relié à la Feebox HD. Contrairement à cette dernière, elle ne propose en revanche pas de disque dur pour enregistrer les programmes. Enfin, la nouveauté la plus importante est bien entendu cette prise bleue qui accueille la fibre.

Image 13 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

L’installation

Une fois reliée à l’alimentation électrique et à la prise murale que les techniciens nous avaient installées il y a trois mois, la Freebox optique démarre. Les classiques étapes de synchronisations se succèdent et l’on connecte ensuite tous les périphériques en se disant que tout va fonctionner.

Malheureusement, nous avons rencontré de nombreux problèmes que l’on pourrait pourtant éviter avec une meilleure documentation. Impossible d’avoir une tonalité téléphonique. Notre conseiller Free nous expliquera qu’il faut redémarrer la Freebox une fois le téléphone rebranché et attendre jusqu’à 24 heures pour que le service s’active.

Image 14 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Les Freeplugs

Décidément pas de chance, impossible de jumeler nos nouveaux Freeplugs. Contrairement à ce qu’indique la notice, nos appuis successifs sur chacun des boutons dans un délai de trente secondes n’ont pas suffi à ce qu’ils se reconnaissent.

Le technicien expliquera par la suite qu’un appui long de plus de 10 secondes permet de les réinitialiser. Une fois cette manipulation faite, l’opération de jumelage fonctionnera parfaitement, le technicien nous indique même à distance la vitesse de transfert des données sur notre réseau électrique : autour des 100 mégabits/seconde.

Image 15 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

La Freebox HD

Dernier problème et non des moindres, la Freebox HD permettant de profiter de la télévision ne parvient pas à se connecter. Là encore, une manipulation pourtant simple permet qu’elle reconnaisse la nouvelle Freebox optique.

Pour cela il suffit de la débrancher et rebrancher en appuyant sur n’importe quel bouton en façade. La Freebox HD redémarre en mettant à jour le firmware. Après les classiques étapes de démarrage, la Freebox HD affiche enfin son interface.

Image 16 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Débit Wi-Fi

Une fois toutes ces manipulations effectuées on peut enfin passer aux choses sérieuses : constater les débits faramineux de la fibre optique. En utilisant la connexion Wi-Fi de la Freebox optique, on approche un débit de 55 mégabits/seconde.

Image 17 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Débit Ethernet

Pour ceux qui choisissent la solution filaire, le débit explose complètement. Free promet du 100 mégabits/seconde et ne ment pas avec les 97 mégabits/seconde obtenus dans notre cas. Si la différence ne sent pas du tout en surf (pour cet usage, l’ADSL est suffisant), elle est flagrante en téléchargement de fichiers. Télécharger une chanson sur l’iTunes Store est presque instantané. Mais l’amélioration la plus flagrante se situe en upload. Avec presque 50 mégabits/seconde en pratique, envoyer par exemple des photos sur Flickr se fait là aussi à la vitesse de l’éclair.

Image 18 : Installation de la Fibre optique : une opération sans douleur ?

Patience et persévérance récompensées

La hausse de débit par rapport à l’ADSL est impressionnante. Dans notre cas particulier, notre précédente connexion utilisant cette technologie plafonnait à 15 mégabits/seconde. La fibre propose des débits tellement importants, qu’elle ne subit pour l’instant aucune baisse de débit dû à une utilisation intensive par tous les habitants de l’immeuble.

Du côté de la télévision, on ne remarque pas de différence notable par rapport aux programmes HD de notre précédente Freebox ADSL. Les foyers disposant de deux téléviseurs apprécieront toutefois la possibilité de désormais les relier tous les deux au réseau optique.

Contrat rempli pour Free à l’arrivée qui tient pleinement sa promesse. Il nous aura toutefois fallu beaucoup de patience et de persévérance pour attendre notre Freebox optique et surtout pour l’installer. Dommage que la documentation fournie par défaut avec toutes les Freebox ne soit pas plus adaptée à cette installation un peu particulière.