Accueil » Actualité » Les États-Unis testent une arme qui ne tue que l’électronique et pas les hommes

Les États-Unis testent une arme qui ne tue que l’électronique et pas les hommes

Pouvoir détruire l’armement adverse sans commettre aucun dégât physique que ce soit sur les humains ou les infrastructures est une piste parmi d’autres en matière d’équipement militaire. Mais le passage de la théorie à la pratique n’est pas simple.

Image 1 : Les États-Unis testent une arme qui ne tue que l’électronique et pas les hommes
Crédit : The U.S. National Archives

L’US Air Force, les forces aériennes des États-Unis, vient d’achever les essais d’une arme de frappe électromagnétique sur la base de China Lake en Californie. Le système, baptisé HIJENKS (pour High-Powered Joint Electromagnetic Non-Kinetic Strike) a pour principe d’anéantir tous les systèmes électroniques sans pour autant causer de dommages physiques, c’est-à-dire sans tuer personne ni détruire de bâtiment.

Toutes les grandes puissances militaires font appel à des systèmes électroniques sophistiqués, ce qui les rend vulnérables à des attaques de ce type. Pourtant les précédents essais ont révélé des problèmes opérationnels qui rendaient la mécanique assez peu efficace.

En effet, le prédécesseur de HIJENKS, CHAMP (pour Counter-electronics High-power microwave Advanced Missile Project) malgré des résultats probants sur sa capacité à détruire l’électronique à sa portée a finalement été abandonné. Mais l’armée américaine n’a pas pour autant fini d’explorer cette piste.

Objectif, le rendre plus petit et plus léger

En effet, ce type d’arme peut avoir un intérêt pour des opérations très ciblées à condition d’avoir une approche discrète. C’était justement l’un des problèmes rencontrés par CHAMP qui nécessitait d’être embarqué à bord d’un missile de croisière d’au moins 6 mètres lancé depuis un bombardier.

L’adversaire visé n’étant pas forcément au courant qu’il s’agit d’un missile non létal était donc susceptible de réagir comme s’il était attaqué par une arme traditionnelle.

L’une des améliorations apportées par HIJENKS pourrait être une réduction significative de sa taille et de son poids afin de pouvoir l’intégrer à un plus grand nombre de systèmes porteurs comme des drones.

Cependant ce système pourrait se trouver inopérant face à un pays comme la Corée du Nord qui s’appuie principalement sur une artillerie vieillissante de l’ère soviétique, qui ne serait d’après certains spécialistes pratiquement pas affectée par une explosion électro-magnétique à haute puissance. De même certains équipements militaires sont durcis pour faire face à ce type d’attaque comme les missiles et les ogives nucléaires. La guerre sans morts n’est pas pour tout de suite.

À lire : L’armée ukrainienne aurait capturé un élément essentiel du système de guerre russe, le Krasuha 4

Source :PopSci