Pixel : votre smartphone peut être confisqué par Google à cause de cette règle

Google s’attire les foudres des internautes. Selon une règle mise en place en juillet 2023, les appareils renvoyés, comme les smartphones Pixel, peuvent être confisqués si des composants non officiels ont été utilisés. Par exemple, si vous avez remplacé l’écran ou la batterie avec des pièces qui n’ont pas été autorisées par l’entreprise.

google pixel smartphone réparation sav confiscation

  • Comme Samsung, Google s’autorise la confiscation d’un appareil renvoyé en réparation si il contient des pièces non officielles
  • Cela va donc à l’encontre du principe de réparabilité des appareils dans une démarché écologique
  • Cette règle, repérée récemment, a été mise en place en juillet 2023

C’était l’un des scandales de la semaine passée. Nos confrères français d’iFixit, dont l’expertise n’est plus à prouver, ne collaborent pas avec Samsung. La raison ? Des pratiques douteuses en termes de réparation. Et il semblerait que Google ne fasse pas mieux lorsque vous envoyez votre smartphone Pixel au SAV, par exemple. Explications.

Votre appareil “ne vous sera pas renvoyé” selon Google

Alors que la Commission européenne cherche à améliorer la réparation de nos appareils et que l’écologie est au centre de toutes les préoccupations, certains constructeurs n’ont que faire de la réparabilité. Selon un document, Samsung force ses prestataires de services à détruire les produits dont certains composants ne sont pas officiels. La firme coréenne ne s’arrête pas là puisqu’elle exige que ces réparateurs utilisent ses propres pièces.

Pas besoin de vous faire un dessin : une telle politique nuit à la bonne réparation de smartphones et autres produits tech qui pourraient être remis en marche. Au lieu de cela, ils partent à la casse et engendrent une pollution supplémentaire.

Même son de cloche chez Google puisque Louis Rossman, vidéaste spécialisé, explique sur YouTube que sa politique est exactement la même. Dans ses conditions de réparation, l’entreprise explique qu’un utilisateur ne peut pas “renvoyer un appareil qui contient des pièces non autorisées”. Que se passe-t-il si vous le faites, que ce soit volontairement ou sans le savoir ? “Il ne vous sera pas renvoyé”. Entendre par là que votre smartphone Pixel, par exemple, sera confisqué par la firme de Mountain View.

Par extension, cela concerne tous les appareils conçus par Google : Chromebook Pixelbook Go, Pixe Fold, Google Nest Hub, Pixel Buds, Chromecast, etc.

Google provoque la colère des internautes

La consigne a beau dater du 19 juillet 2023, elle n’est apparue aux yeux du grand public que depuis quelque temps. Beaucoup d’utilisateurs, que ce soit sur Reddit ou dans les commentaires de la vidéo de Louis Rossman, s’insurgent contre cette politique. Même si au final, cette décision de Google étonne peu. Les gros constructeurs n’apprécient pas la modification d’un matériel, même si ce n’est que le remplacement d’un écran ou d’une batterie via des composants non officiels.

En revanche, que l’appareil soit pris en otage pose des questions. D’autant plus qu’en Europe, il est autorisé d’utiliser des pièces secondaires ou imprimées en 3D. Google n’est pas dans son bon droit sur le Vieux Continent et n’a pas le droit de conserver votre appareil réparé avec des pièces non officielles.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !