Accueil » Test » Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

2 : Une ergonomie bien pensée et une construction solide 3 : Des qualités mécaniques indéniables 4 : Une très bonne qualité d’image 5 : Un mode vidéo orienté vers les amateurs 6 : Conclusion : Sony presque au niveau de ses prétentions

A99 : peut-on toujours parler d’un « reflex » ?

Image 1 : Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?Une fois n’est pas coutume, ce ne sont pas Canon ou Nikon qui défrayent la chronique dans le monde très select du plein format mais Sony qui jette un gros pavé dans la petite marre des APN haut de gamme. En effet, dans une optique résolument novatrice, le fabricant a choisi de refonder complètement sa stratégie et d’équiper son nouveau « reflex » expert d’une visée numérique, faisant entrer la technologie SLT dans le monde très fermé du full frame jusqu’ici réservé aux seuls SLR (Single Lens Reflex). Voici notre test complet de ce boitier audacieux.

Sony dans la cour des grands

Le système de visée traditionnelle dite « reflex » (ou SLR pour les puristes) repose sur le caractère mobile du miroir placé entre l’objectif et le capteur. En position basse il renvoie la lumière vers le module de visée (pentaprisme et viseur optique) et se relève pour permettre aux rayons lumineux de parvenir au capteur au moment de la prise de vue (c’est pourquoi on perd l’image dans le viseur pendant une fraction de seconde à ce moment là).

Le système SLT de Sony (Single Lens Translucent) fonctionne de manière un peu différente : un miroir semi transparent permet à la lumière d’arriver sur le capteur en permanence et d’en renvoyer une partie vers le module autofocus. Le capteur renvoyant alors l’image reçue vers la visée ou l’écran arrière, au choix. Les avantages théoriques de ce système sont nombreux : des économies de production et de volume sensibles pour une visée 100%, un déclenchement plus silencieux, une visualisation immédiate très proche du résultat final avant la prise de vue (exposition, température couleur, …) et l’utilisation d’un autofocus par détection de phase en photo comme en vidéo. Autre conséquence intéressante du miroir statique : le capteur est beaucoup mieux protégé des poussières.

Une netteté moins fine que sur les pures réflex

Pour tenter de concurrencer le SLR, les ingénieurs de chez Sony ont fait les choses en grand : la définition de l’écran OLED est de 2 360 000 points (soit deux fois supérieure à celle de l’écran arrière), permet un grossissement de 0,71x et un dégagement oculaire de 22mm. Il permet une appréciation de la netteté très correcte et c’est un plaisir de voir directement le résultat des réglages dès la visée.

Ce système qui est promis à un bel avenir souffre cependant toujours de quelques désagréments d’importance. Malgré des efforts réels qui ont agréablement surpris les utilisateurs chevronnés de boitiers SLR dont nous faisons partie, force est de constater que l’appréciation de la netteté est moins fine qu’avec un système réflex. De même, lorsque la luminosité est faible la visée devient moins performante en raison de l’apparition de bruit (grain) et le court laps de temps nécessaire à la mise en route du bon écran OLED situé dans le viseur nous a rapidement tapé sur les nerfs.

Cependant même les puristes doivent reconnaître les avantages de ce système SLT qui, s’il n’est pas parfait, se présente comme une alternative crédible au SLR alors que personne n’aurait osé miser dessus dans cette gamme il y a encore un an. Reste que les passionnés/professionnels/experts habituées à des visées réflex haut de gamme n’y trouveront probablement pas leur compte pour le moment.

Sommaire :

  1. A99 : peut-on toujours parler d’un « reflex » ?
  2. Une ergonomie bien pensée et une construction solide
  3. Des qualités mécaniques indéniables
  4. Une très bonne qualité d’image
  5. Un mode vidéo orienté vers les amateurs
  6. Conclusion : Sony presque au niveau de ses prétentions