Accueil » Test » Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

1 : A99 : peut-on toujours parler d’un « reflex » ? 3 : Des qualités mécaniques indéniables 4 : Une très bonne qualité d’image 5 : Un mode vidéo orienté vers les amateurs 6 : Conclusion : Sony presque au niveau de ses prétentions

Une ergonomie bien pensée et une construction solide

Image 1 : Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?SLT-A99 chassis

Conçue pour les experts, la fabrication de l’A99 est sans problème et au niveau de la concurrence. La construction métal autour d’un châssis en alliage d’aluminium est efficacement secondée par un ensemble de joints assurant une bonne étanchéité au boitier pour un poids de 730g, soit 150 à 200g de moins que ses concurrents directs.

Le design de l’appareil surprend quelque peu en raison de l’absence de système de visée optique permettant une réduction de la « bosse » du viseur située au dessus de l’optique. Il offre une bonne préhension et l’ergonomie générale fait de l’A99 un boitier agréable à manipuler. En effet, les différents boutons sont disposés de manière cohérente, ils tombent facilement sous les doigts et les différents réglages sont aisément accessibles même pour un non habitué des reflex Sony. Le système de double molette associée à un pad a fait ses preuves et le basculement vers la capture vidéo se fait aisément grâce à un bouton dédié placé près du viseur.

Image 2 : Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

Nous sommes restés plus septiques devant la présence d’un bouton roulette permettant d’accéder à plusieurs réglages placé à l’avant à côté de l’objectif, mais c’est peut-être une simple question d’habitude.

Image 3 : Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

Malgré le nombre important de paramètres réglables, les menus sont conviviaux et clairs et assurent un pilotage assez intuitif dans lequel on se retrouve rapidement pour peu qu’on ait un peu l’habitude de l’organisation des nombreuses fonctions proposées dans cette gamme de boitiers. On peut néanmoins s’interroger sur la pertinence des modes scènes sur un APN de cette gamme, un choix étrange au premier abord et qui semble confirmer la volonté commerciale de Sony de charmer les amateurs fortunés (idem pour le mode panorama).

L’écran arrière est orientable, un élément important pour les mordus de vidéo, et sa bonne qualité d’affichage est dans les normes de la gamme (1.228.800 points). Reste à voir si le système assurant sa mobilité tiendra ses promesses de robustesse dans le temps.

Image 4 : Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

Deux reproches pour finir ce tour d’horizon globalement positif. Premièrement, le système de visée électronique est particulièrement énergivore et le rapport consommation/autonomie de la batterie est largement améliorable. De ce point de vue, l’A99 est largement battu par ses concurrents SLR (et notamment par les boitiers Canon). Certes une poignée d’alimentation permettant d’utiliser trois batteries est disponible en option, mais son coût hors batterie dépasse les 350 euros.

Image 5 : Sony Alpha 99 : le plein format pour tous ?

Ensuite, il serait temps que Sony revienne à la raison et propose un stockage sur les cartes les plus répandues dans cette gamme car offrant les meilleures performances : les Compact Flash. Au lieu de cela, l’A99 est doté de deux slots pour Memory Stick, un choix qui nous semble plus que discutable, dont un est heureusement compatible avec les cartes SD. On comprend que le fabricant ait envie d’augmenter ses marges avec son système de cartes propriétaire mais, pour un boitier expert sensé permettre une utilisation optimale dans toutes les conditions, cet enfermement du photographe au sein d’un système moins performant à prix égal et fatalement moins répandu que le système « générique », est très regrettable.

Sommaire :

  1. A99 : peut-on toujours parler d’un « reflex » ?
  2. Une ergonomie bien pensée et une construction solide
  3. Des qualités mécaniques indéniables
  4. Une très bonne qualité d’image
  5. Un mode vidéo orienté vers les amateurs
  6. Conclusion : Sony presque au niveau de ses prétentions