Accueil » Test » Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l’ultrabook de luxe dopé à l’OLED et au Core i7 Tiger Lake

Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l’ultrabook de luxe dopé à l’OLED et au Core i7 Tiger Lake

Avec son écran tactile 4K OLED et sa puce Intel de onzième génération, le Zenbook Flip S (UX371) est armé pour satisfaire les utilisateurs les plus exigeants. Et en plus, son design est séduisant !

Image 2 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
8,5/10

Asus Zenbook Flip S (UX371)

1999,00€ > Boulanger
On aime
  • Superbe design
  • Ecran 4K OLED
  • Ecran tactile pivotant sur 360 degrés
  • Excellente luminosité
  • Excellente calibration d'écran
  • Performances du processeur Intel de 11ème génération
  • Connectique assez complète (pour un ultrabook)
  • Pavé tactile avec fonction NumPad
  • Webcam de qualité
On n’aime pas
  • Pas de lecteur d'empreintes digitales
  • Pas de prise casque
  • Pas de lecteur SD
  • Ecran brillant
  • Haut-parleurs qui manquent de basses
Verdict :

Ce nouvel ultrabook signé Asus arbore un format compact et un design sophistiqué. Il délivre un affichage de grande qualité, grâce à une dalle OLED 4K lumineuse à souhait et parfaitement calibrée. Et l’écran tactile a l’avantage de pouvoir être utilisé dans différentes positions. Si on ajoute à cela, les hautes performances du processeur Intel de 11ème génération, qui permettent de jouer – en 4K ! – dans de bonnes conditions (pas toujours toutefois), on obtient un cocktail particulièrement convaincant. On peut juste regretter que certains équipements soient passés à la trappe…

plus

Les ordinateurs portable Zenbook d’Asus sont des PC portables polyvalents, compacts et plutôt adaptés aux applications bureautiques et multimédia. Pour les jeux, en l’absence de puce graphique dédiée, il ne faut pas trop en attente de ces configurations.

Le Zenbook Flip S (UX371), qui devrait être disponible dans les boutiques en ligne dans les prochaines semaines, en est un représentant haut de gamme. Il a la particularité d’être convertible en tablette et de miser aussi bien sur ses performances et sa polyvalence que son design, particulièrement soigné.

Image 3 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Nous avons testé un modèle haut de gamme, équipé d’un écran 4K OLED, d’un processeur Intel Core i7 de onzième génération (Tiger Lake-U), de 16 Go de mémoire et d’un SSD de 1 To. Le tout devrait être proposé pour la coquette somme de 1999 €.

C’est d’ailleurs quasiment le même prix qu’un de ses principaux concurrents, le Dell XPS 13 2-en-1, qui est proposé actuellement à 1798,64 € (avec 16 Go de mémoire et un SSD de 512 Go) ou 2098,64 € (avec 32 Go et un SSD de 2 To). Mais son écran 4K de 13,3 pouces n’exploite pas une dalle OLED mais LCD…

Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2020 par marque

Image 4 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En revanche, un autre concurrent du Zenbook Flip S, le Spectre x360 de HP est proposé quant à lui à 2199 € sur le site du constructeur, dans une configuration similaire : écran OLED 4K, 16 Go de mémoire, SSD de 1 To, mais avec (pour l’instant) une puce Intel de dixième génération (Core i7-1065G7).

Superbe design, sécurité moyenne

Avec son écran de 13,3 pouces, l’Asus Zenbook Flip S UX 371 offre un format très compact, puisqu’il ne mesure que 30,5 x 21,1 x 1,39 cm, pour un poids de 1,23 Kg. L’ultrabook est donc très légèrement plus léger que le Dell XPS 13 2020 (1,26 Kg) et le HP Spectre x360 (1,24 Kg).

Le PC portable arbore un design noir, agrémenté de liserés cuivrés, sur les bords de l’écran et du clavier, qui apporte une touche luxueuse. L’ensemble n’est pas sans rappeler le HP Spectre x360, que nous avons testé il y a quelques mois.

A l’instar de ce dernier, le Zenbook Flip S est équipé d’un écran tactile qui peut pivoter sur 360 degrés, afin de pouvoir utiliser l’ordinateur comme une grosse tablette, que l’on peut alors poser à plat sur ses genoux ou sur un bureau ou une table, en mode « tente ». Ce dernier peut faciliter l’utilisation de certaines applications multimédia. On peut par exemple utiliser cette configuration pour regarder des photos en famille ou pour consulter des vidéos sur Youtube ou Netflix.

Image 5 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

A l’instar de la grande majorité des autres ultrabook, la connectique du Zenbook Flip S est assez limitée. Ainsi, seuls deux ports USB C, compatibles Thunderbolt 4 sont présents sur le côté gauche, accompagnés de la sortie vidéo HDMI. Sur le côté droit, on trouve la touche de démarrage et un port USB A. Asus s’est donc dispensé du lecteur de cartes mémoire microSD et de la prise casque…

Image 6 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

La connectique est donc un peu plus étoffée que celle du XPS 13 2020 de Dell (deux ports USB / Thunderbolt et un lecteur de cartes mémoire microSD). Et celle du Spectre x360 montre que HP a fait des choix encore différents. En effet, la configuration est dotée des deux ports USB C / Thunderbolt et du port USB A, auxquels viennent s’ajouter une prise case et un lecteur microSD (il manque donc la sortie HDMI).

Image 7 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pour les transferts de données sans fil, on retrouve les dernières technologies en date : Bluetooth 5 et Wi-Fi 6 (ax).

L’écran du Zenbook Flip S affiche des bordures assez fines, surtout sur les côtés ! Car celle du haut doit laisser un peu de place pour caser la Webcam HD et celle du bas, en raison du format 16:9 de l’écran, est assez large…

Image 8 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pour le reste, le clavier occupe bien la largeur de la machine. Ses touches sont dotées d’un système de rétro éclairage efficace, avec trois niveaux d’intensité. Et la qualité de frappe délivrée s’avère des plus satisfaisantes. Bref, il ne lui manque qu’un lecteur d’empreintes digitales, qui pourrait protéger efficacement l’accès aux données, comme sur le Dell XPS 13 ou le HP Spectre x360…

Image 9 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le clavier est complété par un pavé tactile assez large, sur lequel l’index glisse sans accroc, et qui est doté de la technologie ScreenPad. Rappelons que grâce à celle-ci, on peut faire apparaître à tout moment un pavé numérique virtuel (en cliquant sur l’icône située dans le coin supérieur droit) , qui peut faciliter la saisie occasionnelle de quelques nombres, sans toutefois bien sur être aussi efficace qu’un véritable pavé numérique…

Image 10 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pratique, il n’est pas nécessaire d’activer/désactiver le pavé numérique virtuel quand on désire déplacer le curseur de la souris entre deux saisies de valeurs.

Des performances 3D en hausse

L’Asus Zenbook Flip S UX371 est l’une des premières configurations à intégrer une puce Intel Core i7 de onzième génération (nom de code Tiger Lake). En l’occurrence, il s’agit du Core i7-1165G7. Gravé en 10 nm, ce dernier intègre 4 coeurs/ 8 threads, cadencés à 2,8/4,7 GHz (TDP de 12/28 watts).

Il s’agit donc d’une évolution du Core i7-1065G7 (Ice Lake) de l’année dernière, qui fonctionnait à 1,3/3,9 GHz avec un TDP de 15/25 watts. Le Core i7-1165G7 embarque une nouvelle puce graphique, l’Intel Iris Xe, qui remplace – avantageusement comme on va le voir – l’Iris Plus du Core i7-1065G7.

Image 11 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
PCMark 10 Asus Zenbook Flip S UX371 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Nous avons mesuré les performances de la configuration en bureautique, avec l’application PC Mark 10 et en 3D, avec l’application 3D Mark. Le Zenbook Flip S a obtenu des scores respectifs de 4773 et de 1408. Ces derniers sont à comparer aux indices réalisés par les Dell XPS 13 2020 et HP Spectre X360, qui intégraient une puce Intel Core i7-1065G7, qui étaient de 4467 / 4606 pour PC Mark et de 919 avec 3D Mark. Le gain est donc surtout visible en 3D.

Image 12 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
3DMark Asus Zenbook Flip S UX371 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En utilisant l’application Cinebench R20, le Core i7-1165G7 obtient un score de 1762, que l’on peut comparer au score de 1267 obtenu par l’ultrabook Huawei Matebook X Pro, qui intégrait un Intel Core i-10510U (Comet Lake), dont les fréquences de fonctionnement (1,8/4,9 GHz) étaient nettement supérieures à celle du Core i7-1065G7.

Image 13 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Cinebench Asus Zenbook Flip S UX371 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Si on désire se détendre un peu, un jeu comme Fortnite peut fonctionner en 4K. Toutefois, il ne faut pas trop en demander. En effet, si on sélectionne le mode graphique élevé, on obtient des animations moyennement fluides, avec une vingtaine d’images par seconde au maximum. En revanche, si on bascule en qualité moyenne, le jeu devient nettement plus agréable, puisqu’on atteint alors entre 30 et 40 images par seconde (ips), presque en toutes circonstances…

Image 14 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Idem en mode Full HD, inutile d’utiliser le mode graphique Epique, puisqu’il procure des animations avec environ 15 images par seconde, ce qui est trop peu. C’est un peu mieux en mode Elevé : entre 15 et 25 ips. Mais on n’atteint toujours pas la barre tolérable des 30 images par secondes (pour rappel, dans ce mode, le Dell XPS 13 obtenait entre 12 et 18 images par seconde). Seule la qualité Moyenne permet d’obtenir entre 35 et 45 images par seconde la plupart du temps (alors qu’on était plutôt à 35 ips en moyenne sur le Dell XPS 13).

Même constat avec le jeu World of Tanks. On peut très bien jouer en Full HD, avec une qualité élevée, puisque les animations comportent entre 35 et 45 images par seconde. On passe à 32 images par seconde maximum avec une qualité graphique Maximum. Puis, seulement entre 20 et 30 ips en qualité Ultra. En 4 K, on peut obtenir environ 20 à 25 ips maxi selon les situations, avec la qualité graphique Moyenne. C’est plus joli mais la fluidité n’est pas complètement convaincante !

Image 15 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake

En comparaison, le Dell XPS 13 que nous avons testé avant l’été et qui était équipé d’un processeur Intel Core i7-1065G7, associé à la puce graphique Iris Plus, affichait – en Full HD – des animations avec 30 ips en mode graphique Elevé et 18 ips au maximum en Ultra.

Avec un jeu plus exigeant graphiquement, comme Far Cry 5, mieux vaut oublier tout de suite la définition 4K, car on ne dépasse pas les 10 images par seconde ! Mais, en Full HD, en mode Normal, on obtient 21 images par seconde en moyenne, avec un maximum de 27 ips (avec le test intégré). En qualité graphique Basse, on passe à 23 ips en moyenne et 29 au maximum… C’est donc mieux que le comportement du jeu observé sur le HP Spectre x360 : 15 ips en moyenne en mode Normal et à 18 ips en basse qualité.

Image 16 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) The Division – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Enfin, avec le jeu The Division, on atteint presque 24 ips en Full HD et en qualité Moyenne, et 37 ips en basse qualité.

Pour le son, si on n’utilise pas de casque (Bluetooth, car rappelons qu’il n’y a pas de prise casque !), le Zenbook Flip S est doté de deux haut-parleurs, situés sous le PC portable, à l’avant. Si la machine est posée sur une table ou un bureau, ils délivrent un son puissant, qui permet de regarder des films, de séries et des vidéos de Youtube dans d’assez bonnes conditions. Les basses font toutefois cruellement défaut, comme souvent. C’est d’ailleurs plus fragrant si on désire écouter de la musique, depuis Spotify par exemple.

Nous avons par ailleurs constaté un souci sur la machine que nous avons testée : le haut parleur de gauche avait tendance à grésiller lors des conversations par Skype/Teams, en particulier avec des interlocuteurs à la voix aigüe. Ce phénomène n’était plus audible en écoutant de la musique ou en regardant un film avec Netflix…

Image 17 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

La Webcam HD, quant à elle, a offert un son et une image de qualité à nos interlocuteurs lors des conversations visuelles sous Skype. Elle a l’avantage – comme sur les ultrabooks de Dell et HP – d’être disposée en haut de l’écran, et non pas dans le clavier, comme sur les ultrabooks Huawei Matebook.

Si on veut chercher la petite bête, on peut constater un petit oubli, pourtant à la mode ces derniers temps. Ainsi, la possibilité de masquer ou de désactiver le capteur optique n’est pas offerte, contrairement au Spectre x360 de HP qui dispose d’un interrupteur physique qui désactive la Webcam. Les paranoïaques devront recourir au bon vieux bout de PostIt !

Un superbe écran OLED tactile pivotant

S’il y a un élément du Zenbook Flip S qui convainc (presque) totalement du premier coup d’œil, c’est bien son écran OLED 4K. A l’aide de notre sonde X-Rite i1Display Pro Plus, nous avons mesuré une luminosité maximale d’un peu moins de 600 nits, ce qui est un très bon résultat. Cette dernière, associée à des noirs parfaits, permet d’obtenir des images parfaitement contrastées, avec des couleurs éclatantes.

Image 18 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

D’autre part, la dalle OLED affiche des couleurs d’une très grande fidélité. En effet, nous avons relevé un delta E moyen de 2,1 !

Enfin, la température moyenne des couleurs s’avère également très bonne, puisque la valeur mesurée – de 6398 K – n’est que très légèrement inférieure à la valeur idéale de 6500 K. Il est toutefois possible d’obtenir un affichage plus chaleureux (qui tire vers le rouge) ou au contraire plus froid (qui tire vers le bleu), en utilisant l’application MyAsus (voir plus bas).

Image 19 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

L’écran du Zenbook Flip S convainc donc, même si on peut se demander s’il était vraiment indispensable d’intégrer une dalle 4K, soit 3840 x 2160 pixels, sur une dalle de seulement 13,3 pouces de diagonale. Selon les utilisateurs, cela peut poser de sérieux problèmes de lisibilité, si on reste sur un facteur de 100 % pour la mise à l’échelle des caractères. En passant à 150 % , voire même 200 %, la lisibilité est bien meilleure… comme si on était en Full HD !

Image 20 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake
Asus Zenbook Flip S (UX371) – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

D’autre part, la dalle OLED est brillante à souhait ! Cela peut considérablement perturber la lisibilité, en particulier à l’extérieur.

Link to MyAsus

Le Zenbook Flip S embarque en standard l’application MyAsus, qui permet de réaliser diverses tâches. Elle permet en particulier d’établir le contact l’ordinateur portable et un smartphone, sur lequel aura été installée l’application. Une fois l’opération simplement effectuée, via une connexion Bluetooth, plusieurs interactions entre le smartphone et le PC portable sont possibles.

Image 21 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake

Tout d’abord, on peut afficher l’écran du smartphone sur celui du Zenbook. Dès lors, il devient possible d’utiliser l’écran tactile du Zenbook pour naviguer dans les menus d’Android, lancer des applications, etc. Seul regret, il faut souvent s’y reprendre à plusieurs fois pour arriver à ses fins lorsqu’on utilise la dalle tactile. Il est préférable d’utiliser le pavé tactile, ou – encore mieux – une souris externe, en particulier pour ne pas trop galérer avec la navigation par gestes d’Android…

La connexion permet également d’échanger des fichiers entre les deux appareils. On peut également utiliser le micro de l’ordinateur pour passer des appels téléphoniques ou utiliser le clavier du PC portable pour saisir du texte sur le smartphone, pour envoyer des SMS par exemple. Enfin, une fonction permet d’accéder à distance (via Internet) au PC portable, ce qui peut être pratique en particulier pour récupérer des fichiers.

L’application MyAsus offre d’autres possibilités : gérer toutes les mises à jour du système et des applications, contacter l’assistance d’Asus et ajuster divers paramètres comme la gestion des couleurs de l’écran, de la ventilation, du microphone, etc.

Une autonomie plutôt moyenne

Le Zenbook Flip S embarque une batterie de 67 Wh. En ajustant la luminosité de l’écran à 200 nits, soit environ 64 % de la luminosité maximale, le test en ligne Basemark Web 3.0 a fonctionné pendant presque 3 heures (2 h 53 min), ce qui s’avère très moyen.

D’autre part, l’autonomie demeure correcte, sans plus, en utilisant le test intégré à l’application PC Mark, puisque l’ordinateur portable s’est éteint après 8 heures et 42 minutes de fonctionnement.

Image 22 : Test Asus Zenbook Flip S UX371 : l'ultrabook de luxe dopé à l'OLED et au Core i7 Tiger Lake

Enfin, en regardant en streaming un film de 2h30 depuis Netflix, le niveau de la batterie est passé de 100 % à 72% (soit -28%). En interpolant, on peut donc envisager un peu moins de 9 heures de streaming vidéo pour vider totalement la batterie. C’est un résultat correct, sans plus, que l’on peut surement imputer à la haute consommation électrique de la dalle 4K.

Le PC portable est fourni avec un chargeur USB C de petites dimensions et dont la puissance est de 65 watts. Celui-ci a permis de retrouver 44 % de la charge de la batterie en une demie heure, puis 69 % au bout d’une heure, 89 % en une heure et demie et enfin 98 % après deux heures et minutes.