Accueil » Test » Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Équipée d’un grand écran de 7 pouces, la Libra 2 est une liseuse étanche qui offre des fonctions de lecture complètes. Avec son prix de 190 euros, dispose-t-elle de suffisamment d’atouts pour qu’on la préfère en cette fin d’année aux modèles 6 pouces bon marché ? Voici ce que nous en avons pensé.

Image 2 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs
8,5/10

Kobo Libra 2

La liseuse étanche grand écran

189,99€ > Fnac
On aime
  • Le grand écran bien contrasté
  • La réactivité de la liseuse
  • L’éclairage avec gestion de la lumière bleue
  • L’étanchéité
  • La présence de boutons physiques
  • La lecture audio
  • L’espace de stockage de 32 Go
  • La charge rapide depuis le port USB Type-C
On n’aime pas
  • Le format large moins transportable
  • L'écran avec des bords surélevés
  • Le poids en légère augmentation
  • Le prix
Verdict :

La liseuse étanche Libra 2 de Kobo est la bonne surprise de cette fin d’année. Vendue 100 euros de moins que sa grande sœur la Sage au format 8 pouces, elle se distingue tout de même par un grand écran de 7 pouces et une dalle E-Ink Carta de dernière génération. Exclusivement centrée sur la lecture, à la fois d’ebooks et de livres audio, elle devrait facilement convaincre les grands lecteurs en quête d’un confort accru. Le boîtier à la forme ergonomique autorise une prise en main agréable tandis que la bonne réactivité et l’autonomie satisfaisante complètent agréablement l’expérience. Mettre quelques dizaines d’euros supplémentaires face aux classiques liseuses 6 pouces vaut vraiment le coup. Il reste que le prix assez imbattable de la nouvelle Kindle Paperwhite (139,99 avec pub ou 149,99 sans pub), à peine plus petite avec son écran 6,8 pouces, risque de ne pas plaider en faveur de la Kobo Libra 2 !

La nouvelle Libra 2 de Kobo succède à la liseuse Libra H2O, lancée en 2019 et qui se distinguait des autres modèles du constructeur par son étanchéité.  Aujourd’hui, difficile de parler de gamme spécifique pour les liseuses étanches Kobo, tant cette caractéristique se retrouve désormais sur tous les modèles un peu haut de gamme des fabricants. C’est le cas chez Kobo sur la Sage ou même chez Amazon sur les Kindle Paperwhite. Pour preuve, la Libra 2 perd ici son appellation H2O, devenue franchement inutile.

Image 3 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

La Libra 2 conserve aussi le format large et le boîtier asymétrique de la Libra H2O avec un écran légèrement décentré qui laisse la place sur le côté à un bord plus épais avec deux boutons intégrés. Mais là encore, ce format d’ailleurs initié par la Forma de 2018 ne permet pas de ranger la Libra 2 dans une quelconque catégorie.

Image 4 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

La Libra 2 serait-elle inclassable ? Disons qu’elle est un trait d’union bienvenu entre les liseuses haut de gamme de Kobo (la gigantesque Elipsa et la Sage qui multiplie les fonctions) et ses traditionnels modèles de 6 pouces à petit prix. Uniquement centrée sur les fonctions de lecture (audio inclus), elle bénéficie d’un grand écran de 7 pouces et du format original qui a fait ses preuves sur les Kobo haut de gamme. Des arguments qui devraient parler aux grands lecteurs. Nous avons testé quelques jours la Libra 2, disponible en couleur blanche ou en couleur noire, pour vérifier son confort de lecture, à la fois visuel et physique.

Un grand et bel écran de dernière génération

Avec une diagonale de 7 pouces, la Libra 2 offre belle une surface d’affichage qui ne laissera personne indifférent qu’il s’agisse de lire un simple ebook ou d’examiner un PDF. Le gyroscope intégré donne la possibilité à chacun, en basculant la liseuse, de choisir une lecture en format portrait ou paysage. À défaut d’offrir une surface suffisante pour des BD classiques et en l’absence de couleurs, cette taille commence malgré tout à devenir intéressante pour la lecture de mangas. Et comme la Libra 2 dispose de 32 Go de mémoire, rien ne vous empêche d’en embarquer un certain nombre pour les vacances sans être inquiété par le poids de ce type de fichiers, bien plus élevé à l’instar des livres audio, que les simples ebooks.

Image 5 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Au-delà de sa taille, l’écran de la Libra 2 bénéficie d’une haute résolution de 300 ppp et de la nouvelle technologie Carta 1200 HD, découverte sur l’Elipsa et la Sage. Par rapport aux générations précédentes, l’écran E-Ink de la Libra 2 offre donc un temps de réponse accéléré de 20 % et un contraste amélioré de 11%. Feuilleter la liseuse d’un glissement de doigt ou grâce aux boutons tout en profitant de caractères bien nets, quelle que soit la police choisie ou la luminosité extérieure, est un véritable plaisir. Même si la Libra 2 avec son processeur à 1 GHz est moins puissante que la Sage (1,8 GHz), nous n’avons subi aucun ralentissement. La dalle est parfaitement réactive et le défaut qui nous avait agacés sur la Forma a bel et bien disparu.

L’éclairage intégré prend soin de votre sommeil

Comme la Sage, la Libra 2 intègre un éclairage de qualité, diffus et réglable manuellement. On retrouve aussi le mode automatique de lumière naturelle qui permet à la liseuse de basculer peu à peu à l’approche de la nuit vers une lumière plus jaune pour contrer les effets négatifs de la lumière bleue sur le sommeil. Et comme tout le monde n’a pas les mêmes habitudes, il est possible d’indiquer à la liseuse l’heure à laquelle on s’endort, pour qu’elle puisse s’adapter en conséquence. À l’approche du coucher, la Sage prenait peu à peu une couleur orangée, sur la Libra 2 c’est plutôt une couleur qui tire sur le jaune, sans qu’on sache trop pourquoi. L’essentiel restant de contrer la lumière bleue.

Image 6 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Le seul regret concernant cet écran porte sur le fait qu’il n’est pas fondu dans une surface entièrement plane comme avec la Sage. Les bordures sont légèrement plus hautes (d’un petit millimètre), ce qui peut favoriser l’accumulation de poussières entre la dalle et ces bords. Ce choix est également un peu moins flatteur visuellement.

Une prise en main toujours aussi agréable

Comme avec tous les modèles grand écran, le boîtier offre une légère asymétrie avec une tranche plus épaisse (et donc celle qui pèse le plus lourd) du côté où se trouvent les boutons, soit 9 mm à cet endroit contre moins de 7 mm à l’opposé. En résulte une préhension agréable et ferme, même d’une seule main, au choix la gauche ou la droite puisque la liseuse offre un affichage automatique réversible. Il est même possible de tourner les pages d’une simple pression du pouce sur le bouton bas. Et pour les gauchers, on peut bien sûr paramétrer les boutons pour conserver la même proximité entre le pouce et le bouton bas.

Image 7 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Il reste que le format un peu large de la liseuse, dû à son bord épais (celui où se situent les boutons), rend le transport de la liseuse dans un petit sac, un peu moins pratique que celui d’une classique liseuse 6 pouces. Et si la Libra 2 est d’une légèreté assez agréable, il sera indispensable pour son transport de la protéger par une housse. Disponible en plusieurs coloris, l’étui intelligent SleepCover  (une quarantaine d’euros tout de même) porte le poids de l’ensemble à 340 grammes, ce qui reste raisonnable, mais pas anodin dans un petit sac.

Image 8 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

On peut aussi regretter la légère prise de poids de la Libra 2 face à la première Libra H2O : 215 grammes contre 192 grammes auparavant à taille d’écran égale. Le modèle H2O était aussi plus fin (7 mm contre 9 dans la partie la plus épiasse) et ce en dépit d’une batterie intégrée de 1200 mAh comme sur la Libra 2. Le confort de prise de main n’en pâtit pas trop, fort heureusement.

Fonctions : le retour à l’essentiel

Contrairement aux modèles Elipsa et Sage qui offrent une fonction de prise de notes, la Libra 2 est exclusivement tournée vers la lecture. Seule « excentricité » au programme, la lecture de livre audio rendue possible depuis des écouteurs, un casque ou une enceinte connectée grâce à une connectivité Bluetooth intégrée. Le prix de la liseuse s’en ressent un peu, mais de façon très mesurée puisque que la Libra 2 est lancée au prix de 189,99 euros au lieu de 179,99 euros pour la Libra H2O de 2019. Au cas où la lecture de livre audio ne vous emballerait pas, sachez que cette dernière bénéficie actuellement de 20 euros de réduction, ce qui porte son prix à 159,99 euros. Vous perdrez néanmoins l’avantage apporté par l’écran Carta 1200 de la Libra 2 en termes de réactivité et de contraste et ne disposerez que de 8 Go contre 32 Go.

Image 9 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

En matière de livres audio, le fonds proposé par Kobo au consommateur est beaucoup moins riche que le fonds d’ebooks désormais composé de dizaines de milliers de romans français. Depuis la liseuse, on accède ainsi à un simple top 50 pour télécharger des romans commercialisés avec des prix qui font le grand écart, d’une dizaine d’euros à près de 36 euros pour « une terre promise » de Barack Obama. Sur le site de Kobo, le choix est plus large, mais ne semble pas dépasser quelques centaines de titres en français.

Image 10 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Connecter un périphérique en Bluetooth, pour autant qu’on maîtrise en peu ce genre de manipulation, s’avère assez rapide. Télécharger un ouvrage sur la liseuse en Wi-Fi nous a en revanche pris environ 7 minutes pour 250 Mo alors que 2 ou 3 minutes avaient suffi sur la Sage. Le son s’avère plutôt correct, même s’il nous semble un peu moins bon que sur la Sage, toujours, alors que le même casque a été utilisé. Difficile de le vérifier, étant donné que cette Sage est repartie chez Kobo.

Une excellente autonomie en mode lecture

Kobo annonce plusieurs semaines de lecture pour sa liseuse et c’est sûrement possible vu le peu d’autonomie perdu en quelques jours de test, mais à condition de ne lire que quelques minutes par jour des EPUB, sans abuser de la lumière intégrée et en coupant le Wi-Fi, extrêmement consommateur. L’écoute d’un livre audio sera également beaucoup plus énergivore que la lecture classique. Trois heures de lecture peuvent réduire l’endurance de la Libra 2 d’un tiers !  Pensez non seulement à couper le Wi-Fi, mais aussi à régler la mise en veille au minimum (5 minutes) pour couper tout éclairage à l’écran et ainsi éviter la panne sèche.

Image 11 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Heureusement, recharger intégralement ou presque la liseuse prend très peu de temps. Comptez 15 minutes pour recharger la Libra 2 de 25% et 40 minutes pour la faire passer de 0 à 99%. C’est le dernier pour cent qui prend finalement le plus de temps !

La Kobo Libra 2 et la concurrence

Vendue 189,99 euros, la Libra 2 n’est pas une liseuse bon marché, mais elle coûte tout de même bien moins cher que ces camarades Elipsa et Sage (respectivement 399,99 et 289,99 euros) tout en étant équipée d’un grand et bel écran de 7 pouces. Comparée à la nouvelle Amazon Paperwhite Signature Edition, commercialisée elle aussi 189,99 euros, elle présente même quelques avantages indéniables : un écran un peu plus grand (la Paperwhite est une liseuse 6,8 pouces), un format asymétrique auquel on prend vite goût et la lecture audio pour les amateurs du genre. Il ne lui manque que la surface plane de la liseuse Amazon, plus agréable à l’œil, et la compacité de son boîtier (moins large et plus fine, elle est plus facile à ranger dans un sac). La possibilité de recharger la liseuse sans-fil aussi… mais pas sûr que cela constitue un véritable argument de vente !

Image 12 : Test Kobo Libra 2 : la liseuse 7 pouces qui vole la vedette à ses grandes soeurs

Dernier argument en faveur de la Kobo, sa compatibilité EPUB. Bien que la librairie Kobo (ou Kobo by FNAC) soit tout aussi vaste que celle d’Amazon, il est possible avec la Libra 2 d’acheter ses livres numériques dans la librairie de son choix puisque elles vendent toutes ce format sauf Amazon. La Kindle PaperWhite ne permet pas ce choix de librairie.

En revanche, la Libra 2 reste trop coûteuse pour lutter contre la nouvelle Kindle Paperwhite de base qui certes reste un peu plus petite (6.8 pouces), mais qui ne coûte que 149,99 euros, voire 139,99 euros si on accepte des publicités sur sa page d’accueil ! Certes, elle perd la charge sans-fil de la Signature Edition, le réglage automatique de la lumière et elle est limitée à 8 Go de stockage, mais avec un tarif 50 euros moins élevé que celui de la Libra 2, difficile pour Kobo de lutter contre Amazon, même avec une liseuse un peu plus grande !