Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?

Kobo revient avec une nouvelle liseuse qui fait le plein de fonctions comme la prise de notes et la couleur quitte à s’éloigner de la vocation première d’un e-reader : la lecture de livres au format numérique. Alors, tests à l’appui, que faut-il penser de la Libra Colour ?

kobo libra colour
7/10

Kobo Libra Colour

  • La prise de notes efficace
  • La fluidité
  • L’interface
  • L’autonomie
  • La diffusion de la lumière sur l'écran
  • La couleur un peu gadget
  • Aspect un peu "cheap"
  • Le prix

La Libra est la liseuse au format 7 pouces de Kobo, une taille que l’on apprécie particulièrement car elle offre une surface de lecture confortable sans sacrifier pour autant la compacité. La dernière représentante de cette gamme date déjà de novembre 2021, il était donc temps pour Kobo de lui offrir une petite mise à jour.

C’est à présent chose faite avec cette nouvelle édition de la Libra qui comme son nom l’indique passe à la couleur mais intègre également la prise de notes. Ces 2 nouveautés méritent-elles qu’on investisse dans un prix qui lui aussi subit une remise à jour à la hausse ?

Kobo Libra Colour

Prix et caractéristiques de la Libra Colour

La Libra Colour est disponible depuis le 30 avril dernier pour 229,99€. A ce tarif, elle se situe plutôt dans le haut de gamme entre la Vivlio Color (autre liseuse couleur) qui coûte actuellement un peu plus de 200 euros et la Kindle Oasis commercialisée 250 euros.

Pour en profiter pleinement il faudra ajouter le stylet à 69,99€ et éventuellement une cover dont il existe plusieurs versions :

  • Sleep cover avec support stylet : 39,99€ (matériaux recyclés et mise en veille auto)
  • Basic Sleep cover : 29,99
  • Etui transparent : 24,99€

Ainsi pour la liseuse et le stylet (sans lequel la prise de notes ne fonctionne pas), il faudra donc débourser 300 euros, un prix relativement élevé.

Kobo Libra Colour cover

Caractéristiques de la Libra Colour

  • Stockage de 32 Go (soit 24 000 livres environ et 150 livres audio)
  • Filtre anti-lumière bleue
  • Ecran couleur E Ink Kaleido™ 3 de 7 pouces
  • Étanchéité : IPX8 (Étanche jusqu’à 60 minutes et 2 mètres de profondeur)
  • Connectivité : USB C, Wi-Fi, Bluetooth,
  • Poids : 198 g sans stylet 212g avec stylet

La Kobo Libra Colour est proposée en 2 couleurs (noir et blanc) sur le site de Kobo mais aussi à la Fnac, Boulanger et Darty, pour ne citer qu’eux.

Un design efficace mais pas classe

On retrouve la forme typique des liseuses Kobo avec un bord latéral légèrement courbé, parfait pour la tenue à une seule main. Pour tourner les pages, vous avez le choix entre l’écran tactile ou les boutons placés sur la tranche. S’il est plaisant d’avoir le choix, on peut cependant regretter que les boutons soient un peu durs.

Kobo Libra Colour

Cette version, préservation de l’environnement oblige, intègre des plastiques recyclés et issus de l’océan. De même, la conception aurait été revue pour améliorer la réparabilité et permettre un changement de la batterie plus simple, ce que nous n’avons pas eu l’occasion de tester.

Kobo a réussi à maintenir son poids sous la barre des 200g (198g exactement) pour atteindre 212g avec le stylet. Cela reste très raisonnable et ne se sentira pas trop même pendant les séances de lecture un peu longues.

Beaucoup de bons points donc, cependant on peut regretter que l’écran ne soit toujours pas sur le même plan que le cadre et que l’ensemble fasse un peu « cheap » par rapport à un niveau de prix assez élevé.

Kobo Libra Colour
Des traces sont apparues assez rapidement sur le plastique de la Kobo Libra Colour. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil.

Performances, la fluidité est au rendez-vous

Longtemps les Kobo ont souffert d’une certaine lenteur et de bugs qui dégradaient l’expérience. Ces mauvais souvenirs semblent définitivement derrière nous, car la Kobo Libra Colour n’a montré aucun ralentissement (même si les pages couleurs sont un peu plus lourdes à charger qu’une page texte en noir et blanc) et aucun bug intempestif n’est venu perturber nos lectures. Un progrès que nous avions déjà ressenti lors de notre prise en main de la Kobo Elipsa 2E.

Cette amélioration des performances fait qu’un changement de police de caractères, une recherche sur le texte intégral, ou même la prise de notes (nous y viendrons plus tard) s’effectuent rapidement et sans heurt.

Une Interface efficace

Pas de grands changements à noter sur ce plan, l’ergonomie reste simple mais efficace. On apprécie particulièrement le raccourci qui permet de changer la luminosité en glissant son doigt sur le côté de l’écran sans avoir à ouvrir de menu.

Image 1 : Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?
L’interface de la Kobo libra Colour est bien pensée et on s’y retrouve très rapidement. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil

Pour le reste pas de surprise, il est toujours possible d’organiser sa bibliothèque par collections, d’y entrer par auteur ou par série et d’accéder à la librairie Kobo depuis sa liseuse.

Une section Mes carnets vous permet de retrouver et de classer toutes les notes manuscrites que vous avez pu créer. Vous avez également la possibilité d’importer vos documents Dropbox ou Google Drive pour les lire sur votre liseuse.

Kobo Libra Colour
Quand on effectue une recherche dans la librairie Kobo, les résultats sont pour le moins surprenants…

Côté statistiques pendant la lecture, on retrouve les fondamentaux (% lu dans le livre, % lu dans le chapitre…) mais aussi le nombre de pages total dans le livre. Un chiffre qui pourrait satisfaire ceux qui sont habitués aux livres papier s’il n’était pas très approximatif. En effet, il varie selon la taille de caractères que vous allez choisir, ne vous y fiez donc pas trop…

Enfin, tous les services que l’on s’attend à trouver sur une liseuse sont là : sélection d’un mot pour avoir la définition, recherche dans tout le texte et ajout d’une note (hors prise de note au stylet).

Écran et couleurs

C’est là que le tableau s’obscurcit un peu car l’éclairage n’est pas tout à fait au niveau de ce qu’on peut attendre d’une liseuse à ce prix. En plein jour, cela ne se remarque pas trop mais quand la lumière ambiante faiblit, les choses se gâtent un peu. Dès que l’on augmente la luminosité, les LED latérales apparaissent et le résultat n’est pas optimal. Et pour peu qu’on active le filtre anti-lumière bleue, on obtient un fond jaunâtre qui n’est pas des plus réussis. La référence en la matière reste la Kindle Oasis qui gère particulièrement bien la diffusion de la lumière à l’écran.

Image 2 : Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?
La luminosité poussée au maximum sur la Kobo Libra Colour et la Kindle Oasis. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil

Pour la résolution, pas de surprise Kobo s’aligne sur la concurrence (300 ppp) mais attention cela n’est valable qu’en noir et blanc. Dès que l’on passe à la couleur, il faut se contenter de 150 ppp ce qui n’est pas forcément gênant, compte tenu de l’intérêt limité de cette fonctionnalité.

Car c’est bien la principale nouveauté de cette Kobo Libra, l’arrivée de la couleur. Bien sûr les couleurs sont un peu fades, mais rien de surprenant pour de l’encre électronique. Il ne faut pas comparer avec le rendu qu’on peut obtenir sur une tablette ou un smartphone.

Image 3 : Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?
Le format de la Kobo Libra Colour n’est pas adapté aux BD. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil

Donc même si on apprécie la performance (seul Vivlio s’est également lancé sur ce créneau), reste à savoir à quoi ça sert… Lire des bandes dessinées ? Cela n’a strictement aucun intérêt, le format 7 pouces et l’affichage des couleurs ne correspondent pas à la lecture de BD. Il vous faut constamment agrandir la page pour pouvoir lire les textes et pour qui apprécie ce genre, ne pas profiter du travail sur la couleur et de la mise en page enlève une bonne partie du plaisir. Lire des mangas ? Certes, le format correspond mieux à un écran de 7 pouces, mais si on en croit les statistiques dans le domaine, les lecteurs de manga sont majoritairement jeunes (d’après le syndicat du livre, 86% ont moins de 35 ans), et des jeunes avec des liseuses ça ne court pas les rues…

Image 4 : Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?
Le format des mangas correspond mieux à l’écran 7 pouces de la Kobo Libra Colour. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil

Cela dit, il est agréable de pouvoir visualiser toutes les couvertures des livres en couleur lorsqu’on explore la librairie embarquée. De même quelques ouvrages peuvent gagner à disposer de la couleur (cf notre capture d’un livre de recettes) mais cela reste un usage très marginal.

Les lecteurs de romans n’y gagneront pas grand-chose si ce n’est de pouvoir visualiser la couverture de leur livre en couleur. Il n’est pas certain que cela justifie de payer plus cher pour cela.

Prise de note, la fluidité est au rendez-vous

C’est certainement la plus belle réussite de Kobo. C’est fluide et il est possible d’annoter n’importe quel livre directement sur les pages. C’est une technologie que n’a pas réussi à reproduire Amazon sur sa Kindle Scribe dont les annotations doivent se faire dans des notes séparées, donc bien moins pratique.

Ce fonctionnement implique quelques contraintes comme ne pas modifier la mise en page d’un livre, si l’on veut retrouver ses notes à l’endroit où on les a faites. Un changement de mise en page ne fera pas disparaitre les notes pour autant mais elles risquent de ne plus apparaitre sous leur forme originelle. Un picto signalera l’emplacement de la note mais il faudra cliquer dessus pour voir s’afficher le contenu de la note. Vous avez également la possibilité de créer des notes séparées indépendantes de vos livres.

Image 5 : Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?
La création de notes indépendamment de tout livre est possible. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil

Le stylet se fixe magnétiquement sur le côté de la liseuse et dispose d’un unique bouton qui lui permet de passer en mode surligneur. Il existe 4 couleurs possibles pour le surlignage mais vous devrez passer par un menu supplémentaire pour changer de couleur.

Pour la partie écriture vous avez à votre disposition 10 couleurs et 4 épaisseurs de traits ce qui suffit amplement.

Kobo Libra Colour
Si vous modifiez la mise en page, vos notes ne seront plus accessibles directement dans le texte. © Tom’s Guide / Isabelle Dumonteil

Si la taille de l’écran (7 pouces rappelons-le) ne permet pas forcément de remplir sa page de notes, cela s’avère suffisant pour placer quelques commentaires dans la marge. Ceci dit les adeptes de la prise de notes seront sans doute plus tentés par l’Elipsa 2E qui offre un écran de 10,3 pouces.

La page se rafraîchit chaque fois que vous effacez une note pour éviter de garder une trace du texte qui persiste.

Autonomie

Cela reste un point fort des liseuses en général et, sans surprise, la Libra Colour s’illustre dans ce domaine. Après 2 semaines, d’usage régulier (au minimum 30 minutes d’utilisation par jour avec une luminosité à 40%), il restait encore plus de la moitié de la batterie. La plupart des lecteurs pourront donc tenir 1 mois sans problème. mais cela reste bien entendu conditionné à l’usage que vous en faite. La recharge s’effectue via un port USB-C. Pour une charge complète, il faut compter environ 2h.

Les livres audio et abonnement à Kobo Plus

La Libra Colour est compatible avec les livres audio à condition de posséder des écouteurs Bluetooth. Nous l’avons appairé avec des AirPods Pro, ce qui a nécessité de s’y reprendre à plusieurs fois. Après plusieurs jours d’inactivité, il a fallu renouveler l’opération car la connexion ne parvenait pas à s’établir.

Donc ça marche mais un peu laborieusement, et finalement cela ne présente pas grand intérêt. Un smartphone se révèlera parfaitement capable de lire tous les livres audio que vous voulez sans encombrer la mémoire de votre liseuse.

Image 6 : Test Kobo Libra Colour : couleur et prise de notes changent-elles la donne ?

Signalons que Kobo propose un service de lecture sur abonnement. Bien évidemment, on n’y trouve pas les dernières sorties littéraires, et la plus connue des œuvres reste la saga Harry Potter qui n’est pas vraiment une nouveauté. Mais les dévoreurs de polars et/ou de romance devraient y trouver leur compte, les autres passeront leur chemin. Après une période d’essai de 14 jours, ce service vous sera facturé 9,99€.

kobo libra colour
7/10

Kobo Libra Colour

La meilleure pour la prise de notes

  • Liseuse numérique Kobo by Fnac Libra…

    229.98€

  • 229.98€

    Voir l’offre
  • 229.99€

    Voir l’offre
  • 229.99€

    Voir l’offre

On aime
  • La prise de notes efficace
  • La fluidité
  • L’interface
  • L’autonomie

On n’aime pas
  • La diffusion de la lumière sur l'écran
  • La couleur un peu gadget
  • Aspect un peu "cheap"
  • Le prix

Verdict :

Cette nouvelle version de la Libra apporte quelques bonnes nouvelles : la fluidité est en net progrès, les bugs récurrents sur les Kobo ont disparu et la prise de notes fonctionne parfaitement. En revanche on reste dubitatif sur l’intérêt de la couleur. Difficile d’imaginer que cela séduise les fans de BD et autres mangas. On aurait préféré que Kobo soigne son écran et notamment la gestion de la lumière qui aurait pu être optimisée. Au final, on peut regretter que Kobo ait négligé les éléments qui font une bonne liseuse au profit de fonctions qui paraissent sans grand intérêt sur ce type d’équipement comme la couleur et l’audio.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !