Test Tekken 8 : un grand jeu qui ne manque pas de punch

Tekken 8, le huitième opus de la célèbre franchise de jeux de combat de Bandai Namco, s’invite enfin sur PlayStation 5, Microsoft Windows et Xbox Series, défiant ainsi Street Fighter 6 dans un duel au sommet. Après de longues heures à l’essayer sur PC, voici notre test.

Tekken 8
Tekken 8 : le test

D’un point de vue strictement personnel, ma relation avec la franchise Tekken en près de 30 ans de passion pour le jeu vidéo a toujours été un peu en retrait. Non pas par choix délibéré, mais davantage en raison de ma préférence pour d’autres jeux (comme Mortal Kombat). Cela dit, cette inclination personnelle ne sous-entend nullement que je n’apprécie pas les jeux de combat, bien au contraire, puisque j’ai consacré des centaines d’heures à perfectionner mes compétences sur Dragon Ball FighterZ et quelques temps sur les précédents Tekken.

Conscient du succès indéniable de la franchise dans le monde des jeux de combat, l’arrivée de ce nouveau jeu très attendu me semblait tout simplement incontournable. L’engouement qui entoure chaque nouvel opus de Tekken est indéniable, et même si mes affinités personnelles penchaient davantage vers d’autres franchises, la renommée et l’impact de Tekken dans le domaine m’ont toujours intrigué.

Ainsi, et même si je n’étais pas emballé, Tekken 8 me faisait forcément de l’oeil. Le huitième opus de la célèbre franchise de jeux de combat de Bandai Namco s’invite enfin sur PlayStation 5, PC Windows et Xbox Series, défiant ainsi Street Fighter 6 dans un duel au sommet. Alors, que faut-il en penser ?

À lire : PS5, Xbox, PC et Switch : les sorties jeux vidéo de janvier 2024

Tekken 8 PS5

Tekken 8 édition standard (PS5)
Image 1 : Test Tekken 8 : un grand jeu qui ne manque pas de punch
  • Cdiscount
    47.99€
  • Fnac
    50.38€
  • Amazon
    54.99€
  • Cultura
    69.99€
  • Pixmania FR
    84.47€
  • Darty
    131.50€
Plus d'offres
Tekken 8 édition collector (PS5)
Image 2 : Test Tekken 8 : un grand jeu qui ne manque pas de punch
  • Cdiscount
    179.99€
  • Amazon
    195.71€
  • Cultura
    279.99€
  • Fnac
    279.99€
  • Carrefour
    279.99€
  • Darty
    449.90€
Plus d'offres

Tekken 8 Xbox Series X

Tekken 8 édition standard Xbox Series X
Image 3 : Test Tekken 8 : un grand jeu qui ne manque pas de punch
  • Cdiscount
    49€
  • Amazon
    54.99€
  • Fnac
    56.38€
  • Cultura
    69.99€
  • Pixmania FR
    84.47€
Tekken 8 édition collector Xbox Series X
Image 2 : Test Tekken 8 : un grand jeu qui ne manque pas de punch
  • Amazon
    152.21€
  • Cdiscount
    169.99€
  • RueDuCommerce
    261.41€
  • Fnac
    277.48€
  • Carrefour
    279.99€

Un régal pour les yeux (et pour les poings)

Ouvrons le bal en parlant de la première chose qui frappe : la beauté visuelle de Tekken 8. Pour un « simple » jeu de combat, Bandai Namco, fidèle à sa réputation, a créé un petit chef-d’œuvre visuel. Les 16 décors (12 sont nouveaux et 4 venant des précédents jeux) et les 32 personnages jouables (dont 3 nouveaux, Azucena, Reina et Victor) sont rendus avec précision.

Tekken 8
Victor est doublé par Vincent Cassel © Tom’s Guide

Les détails fourmillent, des expressions faciales aux jeux de lumières saisissants, plongeant immédiatement dans l’action. C’est un petit festin visuel, pourvu que vous appréciiez la direction artistique distinctive de Tekken. Ce n’est pas franchement mon cas — je préfère l’esthétique et l’univers de FighterZ, par exemple — mais c’est indéniablement beau.

Les niveaux de Tekken 8 sont tous dynamiques et interactifs, avec des éléments que les joueurs peuvent détruire ou utiliser à leur avantage. Par exemple, les joueurs peuvent balancer un lama sur leur ennemi sur la carte Ortiz Farm.

Tekken 8
Plusieurs cartes sont déjà disponibles © Tom’s Guide

Chaque personnage est doublé dans sa langue d’origine, une touche appréciable.

Du solo au multi, un jeu de combat complet

Tekken 8 propose quatre modes solo principaux (en plus d’autres petites choses) :

  • Le mode histoire,
  • Le mode arcade et épisodes de personnages (deux modes similaires mais avec des différences),
  • Le mode Quête Arcade,
  • Le Tekken Ball.

Plongeons d’abord dans le récit de Tekken 8, une expérience qui, dans l’ensemble, laisse un goût mitigé. Bien que ponctuée de cinématiques dynamiques, le mode histoire se révèle assez court. En dépit des efforts louables de Bandai Namco pour créer des séquences captivantes, l’ennui peut s’installer rapidement lorsqu’on se retrouve à affronter inlassablement le même adversaire.

Bien sûr, un mode de jeu se terminant en 4 heures environ peut laisser penser qu’il a été bien conçu. Les fans pourront déceler quelques clins d’œil, mais cela ne suffit pas à insuffler une passion débordante à ce mode.

Tekken 8
Jin est là pour en découdre © Tom’s Guide

Concrètement, Tekken 8 se déroule six mois après les événements de Tekken 7. Kazuya Mishima, qui a remporté le tournoi King of Iron Fist et tué son père Heihachi, poursuit son objectif de domination mondiale. Jin Kazama, qui a hérité du Devil Gene de sa mère, est déterminé à arrêter son père et mettre fin à la guerre des Mishima.

L’histoire du jeu se concentre sur le conflit entre Jin et Kazuya, mais elle explore également d’autres intrigues, notamment la recherche de Jin pour retrouver sa mère, la mystérieuse apparition d’un nouveau personnage nommé Lidia Sobieska, et la menace d’une nouvelle guerre mondiale. L’ensemble est parsemé de quelques Événements Rapides (Quick Time Events). Heureusement, ils sont utilisés avec parcimonie et, bien qu’étant redondants, ils ne constituent qu’une très minuscule imperfection.

Tekken 8
Le premier combat © Tom’s Guide

Malgré ce rapide mode Histoire, Tekken 8 compense cette lacune avec son mode dédié aux épisodes de personnages. Suivant le principe d’un mode Arcade, où les affrontements s’enchaînent jusqu’au combat final, cette variante offre des cinématiques de fin spécifiques à chaque combattant.

Comparé aux trois lignes succinctes de Strive ou aux dessins minimalistes de Street Fighter 6, ce mode offre une expérience solo beaucoup plus gratifiante. Si l’histoire principale suscite des débats, on ne peut accuser Tekken 8 de paresse, bien que la réalisation puisse sembler un peu hâtive.

Tekken 8
Chaque personnage a son doublage dans sa propre langue © Tom’s Guide

La bonne surprise, c’est le retour du Tekken Ball. Introduit pour la première fois dans Tekken 3 en 1998, les joueurs qui ont testé les anciennes versions de ce mode ne seront pas dépaysés, c’est exactement la même chose qu’avant, sauf que les informations sont plus lisibles.

On peut désormais voir notre jauge de puissance sur la balle ainsi que celle de l’adversaire. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un genre de volley-MMA où le but est de mettre son adversaire K.O. en lui envoyant le ballon dans la tête. C’est assez différent du mode de jeu principal pour offrir une expérience variée, qui reste très fun.

Tekken 8
Une petite pause © Tom’s Guide

Bien sûr, parmi les multiples facettes de Tekken 8, le combat en ligne émerge comme l’un des éléments les plus captivants et engageants. Le mode en ligne de Tekken 8 propose un lobby interactif (avec des avatars façon Mii assez passables), mais surtout, un mode où les joueurs peuvent gravir les échelons et défier d’autres participants de niveau similaire. Grâce au crossplatform, notez qu’il n’est plus nécessaire de se soucier de la plateforme utilisée par vos amis.

Jouer en ligne, c’est bien là où est le fun, du moins, lorsqu’on n’est pas sur son canapé avec des amis. D’ailleurs, j’ai fait de nombreuses parties classées et rapides, et j’ai apprécié de voir que vous ne pouvez plus perdre de points pour vos 10 premiers rangs.

Un jeu qui ne laisse pas les débutants sur le carreau

En termes d’accessibilité, les développeurs ont déployé des efforts significatifs, notamment avec les fantômes qui facilitent l’apprentissage de nouvelles techniques.

Chaque joueur peut par exemple créer un fantôme reproduisant son style de jeu, dirigé par une IA qui apprend et s’adapte aux techniques du joueur. Bien que cette fonctionnalité ait déjà été introduite dans Tekken 6, elle offre toujours des défis uniques, téléchargeables par tous pour des sessions d’entraînement hors ligne.

Tekken 8
32 personnages jouables dès le début, quand même © Tom’s Guide

Sans ça, tous les systèmes de jeu sont clairement expliqués, accompagnés d’exemples d’enchaînements et de défis pour maîtriser des situations spécifiques. L’ensemble est extrêmement complet, se plaçant à la hauteur des autres leaders du genre. C’est quelque chose que j’ai trouvé très appréciable, surtout en tant que néophyte.

Est-ce que Tekken 8 tourne bien sur PC ?

Avec une RTX 4070 et un Ryzen 7800X3D (entre autres), le jeu tourne en 1440p à 60 images par seconde sans aucun problème. D’ailleurs, le jeu est plutôt généreux en termes de réglages, que ce soit pour les graphismes ou pour le reste. Notez que vous avez bien évidemment accès au DLSS, au FSR et au XeSS si besoin. Je n’ai rien à redire sur ce point, l’ensemble tourne à merveille.

Tekken 8
C’est toujours fluide © Tom’s Guide

Malheureusement, le netcode de Tekken 8 n’est pas toujours à la hauteur. J’ai joué dans différentes régions et connexions, y compris en Wi-Fi, et je n’ai trouvé des connexions stables qu’avec des joueurs qui utilisaient l’ethernet et qui étaient dans ma région. En revanche, quand il fonctionne, il est incroyablement fluide, avec seulement un ou deux frames de rollback.

L’Ardeur du combat

Ce qui fait le sel de Tekken, c’est évidemment son système de combat, et Tekken 8 ne déçoit pas sur ce point, où toutes les bases restent en accord avec les jeux précédents.

Le jeu introduit surtout le système de Heat, qui ajoute un nouveau grain de sel à un ensemble de mécaniques de combat déjà satisfaisantes. Ce nouveau système donne aux joueurs un coup de pouce, mais il faut savoir le gérer pour ne pas se griller.

En état de Heat, ou d’ardeur en bon français, toutes vos attaques infligent des dégâts accrus. Même dans les cas où votre adversaire bloque, vos attaques infligeront toujours des dégâts de surface. L’idée ici est de faire monter la pression, permettant un style de jeu très offensif.

Tekken 8
Victor avec sa jauge de Heat © Tom’s Guide

Dans cet état, les personnages peuvent infliger plus de dégâts quand ils sont bloqués, accéder à un Heat Dash rapide ou à un Heat Smash puissant, et bénéficier de quelques avantages uniques selon le personnage. Le Heat ne peut être activé qu’une fois par round, et il n’est actif que pendant une courte période, ce qui encourage des tactiques plus agressives. Cela rend chaque combat plus intense, ce que je trouve être un changement de rythme rafraîchissant pour la franchise.

Bien qu’il soit certainement possible de gagner un combat ou deux en écrasant les boutons, les joueurs qui préfèrent attendre le moment opportun pour frapper sortiront souvent vainqueurs, et ce avec un style brutal et cinématographique. Ils devront peut-être juste faire quelques ajustements pour tenir compte de l’imprévisibilité des plus bourrins.

La Rage au ventre

L’autre ajout distinctif est le Special Style. Vous l’activez en appuyant simplement sur L1, ce qui vous permet de tisser des combos sans avoir besoin de mémoriser les combinaisons de touches. Passer en Style Spécial signifie que vous pouvez enchaîner un combo aérien en appuyant simplement sur △/Y trois fois. Vous pouvez également déclencher un mouvement spécifique au personnage en appuyant sur □/X.

Enfin, lorsque la santé d’un personnage passe en dessous d’un certain niveau (moins de 25 %), le personnage entre en mode Rage, et sa puissance d’attaque augmente. Votre barre de santé commencera à luire avec des flammes ardentes, et c’est aussi à ce moment-là que vous pouvez utiliser votre Rage Art. Ce mécanisme est extrêmement puissant et vous devez l’utiliser chaque fois que vous en avez l’opportunité.

Tekken 8
Le mode Rage est représenté par des flammes sur sa barre de vie © Tom’s Guide

Idéalement, vous voulez l’utiliser après une confirmation de coup réussie ou comme un outil de punition d’erreur de l’adversaire. Si vous appuyez simplement sur l’entrée dès qu’elle devient disponible, votre Rage Art pourrait être bloqué. Tous les Rage Arts sont différents, et le plus drôle à mon sens reste celui de Kuma, le grand ours brun, qui frappe son adversaire avec un énorme poisson.

Faut pas non plus trop se prendre au sérieux

L’une des choses que j’apprécie dans Tekken est la possibilité de vêtir librement mes combattants de toutes sortes de vêtements ridicules, et Tekken 8 ne fait pas exception. Le jeu propose une multitude d’options de personnalisation pour ses 32 personnages.

Tekken 8
Il faut souffrir pour être beau © Tom’s Guide

Bien que la plupart d’entre elles soient déjà déverrouillées ou nécessitent un peu d’argent de combat pour être obtenues, chaque combattant a quelques options de personnalisation uniques qui ne peuvent être débloquées qu’en vainquant certains adversaires. Cela inclut toutes les options sans chemise pour les combattants masculins, quelques échanges de tenues entre les personnages (comme Asuka portant la robe de Lili) ou des versions alternatives de leurs tenues de Tekken 8.

Au sommet du podium ?

Malgré quelques aspérités, Tekken 8 se hisse fièrement parmi les meilleurs jeux de combat du moment. La franchise démontre qu’elle a encore beaucoup à offrir et est prête à relever tous les défis avec passion. Malgré un mode histoire un peu court, Bandai Namco nous régale visuellement avec des détails époustouflants. Les niveaux dynamiques et interactifs ajoutent une couche stratégique qui enrichit le plaisir du combat.

Les modes solo, bien qu’avec quelques petits défauts, offrent une variété de contenus, allant du mode histoire aux épisodes de personnages, avec le retour tant attendu du Tekken Ball. Le mode en ligne, grâce à son lobby interactif et son matchmaking cross-platform, n’a rien à envier aux autres jeux du même acabit.

L’accessibilité est renforcée par des fonctionnalités ingénieuses (comme les fantômes), qui facilitent l’apprentissage des techniques. Les systèmes de Heat et de Special Style apportent une profondeur stratégique, insufflant une nouvelle vie au gameplay. D’un point de vue strictement personnel là encore, je ne pense pas y retourner régulièrement, mais il ne fait aucun doute que beaucoup d’entre-vous vont l’adorer et le poncer pendant de nombreux mois. Enfin, sachez que Tekken 8 s’essaye aussi en démo.

Image 5 : Test Tekken 8 : un grand jeu qui ne manque pas de punch
7,5/10

Tekken 8

  • tekken 8
    39.99€
  • 39.99€
    Voir l’offre
  • 47.99€
    Voir l’offre
  • 47.99€
    Voir l’offre
  • 48€
    Voir l’offre
  • 179.99€
    Voir l’offre
  • 232.80€
    Voir l’offre
Plus d’offres
On aime
  • Visuellement très réussi
  • Une large variété de contenus
  • L'accessibilité (fantômes IA, nombreuses aides, etc.)
  • Des innovations stratégiques (le système de Heat et le Special Style)
On n’aime pas
  • Un mode histoire un peu court et ennuyant
  • Bien que globalement stable, le netcode peut poser problème dans certaines situations

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !