Accueil » Actualité » Viol d’une mineure, PornHub dans la tourmente

Viol d’une mineure, PornHub dans la tourmente

PornHub fait l’objet d’une pétition demandant purement et simplement sa fermeture. Il lui est reproché d’avoir hébergé, en 2009, la vidéo d’un viol d’une mineure. Le site reporte la faute sur l’administration de l’époque.

Image 1 : Viol d’une mineure, PornHub dans la tourmente
Crédit : traffickinghub.com

PornHub, le célèbre site de vidéos à caractère pornographique, se retrouve une nouvelle fois au cœur d’un scandale. Celui-ci est particulièrement grave puisqu’il est lié au viol d’une mineure de 14 ans et à ceux d’autres jeunes filles.

Violée à 14 ans, les vidéos se retrouvent sur PornHub

Les faits commencent en 2008. Rose Kalemba, alors âgée de 14 ans, est enlevée par deux hommes un soir en rentrant chez elle. Durant plus de 12 heures, elle va être séquestrée, violée et battue. Elle sera ensuite relâchée sur le bord d’une route. Après avoir tenté de reprendre le contrôle de sa vie, plusieurs mois après les faits, elle reçoit via MySpace une identification sur un lien renvoyant vers PornHub où elle découvre horrifiée des vidéos de son agression. Vues 400 000 fois, elles avaient été filmées par un troisième homme présent sur place.

Malheureusement, ces vidéos ont été découvertes par ses camarades de classe. Elle est vite devenue cible de moqueries dans son établissement scolaire. Cherchant à faire supprimer ces vidéos, elle contacte alors PornHub par e-mail à plusieurs reprises. Le site ignore simplement la requête de la jeune fille. Elle décide alors de créer une nouvelle adresse et, se faisant passer pour son avocat, parvient finalement à faire disparaître les vidéos de la plateforme.

Le site rejette la faute sur les anciens gestionnaires

Largement passée inaperçue à l’époque, son histoire devient virale l’an passé lorsque l’article qu’elle vient de publier sur son blog se diffuse sur les réseaux sociaux. La BBC s’empare alors du sujet pour une enquête plus profonde. PornHub se défend alors en reportant la faute sur les propriétaires du site au moment des faits, insistant sur les efforts mis en place par l’administration actuelle dans la lutte contre les contenus pédopornographiques notamment grâce au logiciel Vobile d’identification de contenu vidéo.

Depuis la parution de l’article, PornHub fait l’objet d’une pétition demandant au Département américain de la Justice d’ordonner la suppression du site et la poursuite de ses propriétaires pour aide à l’exploitation de mineurs et au trafic sexuel. L’histoire de Rose n’est en effet pas la seule rapportée par la pétition. Une autre jeune fille de 15 ans avait disparu pendant un an avant d’être vue dans 58 vidéos de viol publiées sur PornHub.

250 000 signataires demandent l’interdiction du site

D’après Laila Mickelwait, à l’origine de la pétition et activiste contre le trafic sexuel en charge de TraffickingHub.com, le site génère 42 milliards de visites annuelles et 6 millions de vidéos sont ajoutées chaque année sans qu’aucune vérification de son auteur ne soit faite. La pétition a été largement entendue puisqu’en 2 semaines seulement elle a déjà passé le cap des 250 000 signataires. Sa dernière attaque en justice pour l’absence de sous-titres passe maintenant pour légère en comparaison de ces nouveaux faits.

Source : BBC