Accueil » Actualité » Antivirus : désinstallez AVG si vous tenez à votre vie privée

Antivirus : désinstallez AVG si vous tenez à votre vie privée

Une enquête de PCMag et de Motherboard met en lumière les pratiques d’Avast AVG concernant vos données personnelles. L’antivirus gratuit prétend collecter des données de manière anonyme, pourtant il permet aux géants du web de suivre simplement toute votre activité sur internet.

Déjà épinglés l’année dernière, Avast et sa filiale AVG sont à nouveau mis en cause dans une affaire de vente de données personnelles. Cette fois, c’est leur solution antivirus gratuite qu’on accuse de collecter et de partager des informations personnelles. PCMag et Motherboard ont mené une enquête conjointe qui révèle comment l’antivirus trahit ses utilisateurs en faveur de géants tels que Microsoft, Amazon ou Google.

Image 1 : Antivirus : désinstallez AVG si vous tenez à votre vie privée

Mis à part dans le monde de l’open source, les logiciels et les services réellement gratuits se font de plus en plus rares. Si certains se contentent de nous rappeler très régulièrement qu’on doit se procurer une licence, d’autres usent de procédés plus ou moins sournois pour assurer leur rentabilité. Bien souvent, ce sont ainsi les utilisateurs qui deviennent le produit sans qu’ils s’en rendent vraiment compte. La méthode pose évidemment un problème de confiance, notamment lorsque le service ou le logiciel est censé nous protéger et assurer notre confidentialité.

Un malware destiné à Mac OS se cache en mémoire pour se rendre indétectable

Avast AVG : l’antivirus gratuit serait-il un spyware déguisé ?

La solution antivirus gratuite surveille toute votre activité sur Internet et la partage avec Jumpshot, sa filiale spécialisée dans le marketing en ligne. Elle collecte notamment l’historique de navigation et les données relatives aux achats en ligne. Les clients de Jumpshot peuvent ainsi connaitre précisément votre parcours et quel type de consommateur vous êtes. À la décharge d’Avast, le logiciel offre la possibilité d’accepter ou de refuser le partage de données. Il précise qu’elles « sont complètement anonymes et ne peuvent être utilisées pour vous identifier ou vous cibler ».

Sécurité : 10 règles pour se protéger des attaques sur Internet

L’enquête de PCMag et de de Motherboard démontre que la collecte est loin d’être anonyme. Bien qu’elle ne soit pas liée à une adresse IP ou à un email, Avast l’associe à ce qu’ils appellent un « device ID ». Cet identifiant unique et persistant est censé garantir votre anonymat, pourtant il trahit votre identité. Si le device ID 1234 s’est rendu sur Amazon pour acheter un iPad Pro à partir de Safari v. 13.0.4 le 25/12/20 à 14 h 34 min 33 s et 72 ms, Amazon n’a aucun mal à savoir de qui il s’agit. Si vous tenez à rester anonyme, désactivez la collecte de données ou choisissez un meilleur antivirus gratuit.

Windows 10 : les astuces pour améliorer la sécurité

Mise à jour du 29 janvier 2020 à 12h30

Suite à la publication de notre article, Avast a fait valoir son droit de réponse. Le spécialiste en sécurité y assure « comprendre et prendre au sérieux la responsabilité d’équilibrer la vie privée des utilisateurs avec l’utilisation nécessaire des données pour nos principaux produits de sécurité ». Voici le communiqué dans son intégralité :

« En décembre 2019, nous avons rapidement pris les mesures nécessaires pour répondre aux normes des boutiques d’extensions des navigateurs et nous sommes maintenant conformes à leurs exigences en ce qui concerne nos extensions de sécurité en ligne. Dans le même temps, nous avons complètement cessé d’utiliser les données des extensions de navigateur à d’autres fins que le moteur de sécurité principal, y compris le partage avec notre filiale Jumpshot.

Nous veillons à ce que Jumpshot n’acquière pas d’information d’identification personnelles, notamment le nom, l’adresse email ou encore les coordonnées. Les utilisateurs ont toujours eu la possibilité de refuser de partager des données avec Jumpshot. En juillet 2019, nous avions déjà commencé à mettre en place un choix explicite d’acceptation ou de refus pour tous les nouveaux téléchargements de notre logiciel, et nous invitons maintenant nos utilisateurs gratuits actuels à faire un choix d’acceptation ou de refus, un processus qui sera achevé en février 2020.

Notre politique de confidentialité détaille les protections que nous mettons en place pour tous nos utilisateurs. Ces derniers peuvent également choisir d’ajuster leur niveau de confidentialité en utilisant le large éventail de paramètres disponibles dans nos produits, y compris le contrôle de tout partage de données à tout moment. Nous nous conformons volontairement aux exigences du RGPD et de la Loi sur la protection du consommateur de Californie (CCPA) en matière de protection de la vie privée pour l’ensemble de notre base d’utilisateurs mondiale.

Nous avons une longue expérience de la protection des appareils et des données des utilisateurs contre les logiciels malveillants. Nous comprenons et prenons au sérieux la responsabilité d’équilibrer la vie privée des utilisateurs avec l’utilisation nécessaire des données pour nos principaux produits de sécurité ».

Source : PCMagMotherboard