Accueil » Guide d'achat » Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

Avec tous les malwares qui se propagent aujourd’hui, il est impensable d’avoir un PC sans le protéger avec un antivirus. Il existe notamment des logiciels gratuits. Mais comment savoir quel antivirus est mieux qu’un autre lorsque l’on n’y connaît rien en informatique ? Découvrez sans plus tarder nos conseils ainsi qu’une sélection des meilleurs logiciels gratuits du moment.

Antivirus logiciels
Crédit Mohamed Hassan, PXhere / Licence CC0

À l’ère du tout-connecté, les malwares ne sont pas à prendre à la légère. D’autant que ces derniers prennent désormais de multiples formes, tant et si bien qu’il est ardu de s’y retrouver lorsqu’on est un néophyte de la cybersécurité et plus généralement de l’informatique. Ainsi, avant d’évoquer, les meilleurs antivirus gratuits disponibles actuellement sur le marché, nous allons détricoter certaines idées reçues afin que vous puissiez faire votre choix en toute connaissance de cause.

Quels sont les meilleurs antivirus gratuits ?

Tout le monde ne peut pas se permettre de payer pour son antivirus. Dans ce cas, l’antivirus gratuit apparaît comme l’alternative idéale. Il n’offre pas toutes les fonctionnalités de son homologue payant, mais il permet tout de même de protéger votre PC. Qu’on se le dise, les meilleurs antivirus gratuits se valent en matière de protection contre les malwares et d’impact sur les performances du PC. Tant et si bien qu’il est difficile d’en sortir un du lot.

Pour ce dossier, nous avons agrégé les notes les plus récentes attribuées par les labos indépendants AV-TEST en Allemagne, AV-Comparatives en Autriche et SE Labs en Angleterre. Chaque laboratoire teste régulièrement les principaux produits antivirus pour évaluer leur capacité à détecter les logiciels malveillants «zero-day» et autres menaces. Ils se focalisant sur des critères précis (impact sur les performances, comportement face aux menaces les plus récentes, ergonomie, indice de protection, nombre de malwares bloqués, nombre de faux positifs). Faire la synthèse de leurs tests permet ainsi de leur attribuer des moyennes générales et de mettre sur pied un classement que voici.

Précision importante : Kaspersky Security Cloud Free figurait en bonne place dans notre comparatif. Mais nous avons choisi de le retirer à la suite de son placement sur la liste noire de la Federal Communications Commission. Cela signifie que les administrations américaines ne peuvent plus utiliser les suites de sécurité de l’éditeur russe. Une réaction au conflit en Ukraine, théâtre d’une flopée de cyberattaques orchestrées par Moscou.

Avast One

Avast One

Un antivirus gratuit généreux en fonctionnalités

Gratuit – 0€ > Avast
On aime
  • Protection très satisfaisante contre les malwares
  • Plusieurs fonctionnalités supplémentaires appréciables
  • Agent anti-ransomwares pour protéger vos fichiers personnels
On n’aime pas
  • Un VPN anecdotique
  • Doutes sur l’anonymisation des données collectées suite à la polémique Jumpshot
  • Impact sur les performances (navigation Internet)

Au petit jeu des notes compilées des trois labos, Avast obtient une moyenne globale de 99,2/100. Outre Avast Antivirus Gratuit, l’éditeur propose désormais une nouvelle itération plus fournie en fonctionnalités que nous vous recommandons. Il s’agit d’Avast One. Cet anti-virus est évidemment capable de détecter, bloquer et neutraliser les malwares avec une grande efficacité, puisant notamment dans son immense base de données répertoriant les menaces. Au menu également : une protection rapprochée de vos fichiers personnels contre le chiffrement orchestré par les ransomwares.

Mais ce n’est pas tout. Un outil vous permet de savoir si vos mots de masse ont été compromis. Avast One est aussi doté d’un VPN, limité toutefois à 5/Go par semaine et à 1 site. Vous pourrez également compter sur un pare-feu qui bloquera tout accès non-autorisé via votre Wi-Fi et Internet. Les sites et les téléchargements malfaisants seront également bloqués quand vous traînez sur la Toile. Et les cookies de suivi pourront être supprimés, un bon moyen de semer les annonceurs.

Quid de la charge système ? Dans un test datant d’octobre 2021, AV-Test a constaté certaines lenteurs causées par l’antivirus : 31% pour la navigation Internet, 7% pour l’exécution de logiciels et 12% pour l’installation (sur un PC standard tournant sous Windows 10). Comme évoqué en fin d’article, les données collectées par Avast sont normalement cryptées mais la méfiance est tout de même de mise après la polémique mêlant son ancienne filiale Jumpshot.

Image 2 : Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

Avira Free Antivirus

Un outsider qui gagne à être connu

Gratuit – 0€ > Avira
On aime
  • Très efficace contre les malwares
  • Plusieurs fonctionnalités additionnelles
  • Vos données ne seront pas vendues à des tiers
On n’aime pas
  • Un VPN bien trop limité
  • Impact sur les performances (navigation, installation)

Avira Free Antivirus était la meilleure option antivirus gratuite il y a quelques années à peine. Mais c’était avant que Kaspersky et Avast ne viennent lui ravir le titre. Il est toutefois loin de démériter avec sa moyenne finale de 98,6/100 découlant des derniers tests publiés par les trois instituts de référence. Concrètement, Avira Free Antivirus vous assure une bonne protection contre les malwares et les virus. Le logiciel reçoit régulièrement des mises à jour pour reconnaître les nouvelles signatures des logiciels malveillants.

Mais cette édition gratuite a également plusieurs fonctionnalités intéressantes à faire valoir. Gestionnaire de mots de passe, outil d’optimisation de performances, système de mises à jour de vos applications, OS et pilotes… Cette version est en outre capable de stopper les sites infectés avant qu’ils se chargent mais aussi de bloquer les tentatives de phishing en ligne.

Par ailleurs, un VPN gratuit est de la partie. Il permet toutefois seulement de profiter de 500 Mo par mois de trafic chiffré et d’un emplacement serveur différent. Un amuse-bouche intéressant mais forcément très léger par rapport au VPN illimité des moutures payantes. En matière d’impact sur les performances d’un PC Windows basique, cet antivirus provoque un ralentissement de 19 % en navigation web, 7 % en exécution de logiciel et 18 % en installation, selon AV-Test. Concernant la confidentialité, Avira se montre très clair : « En tant qu’entreprise allemande, nous ne suivons pas vos activités et ne vendons pas vos données à des tiers ».

Image 2 : Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

AVG AntiVirus Free

Un freemium très efficace

Gratuit – 0€ > AVG
On aime
  • Performant pour contrer les malwares
  • Outils de protection contre le phishing et les botnets
On n’aime pas
  • Doutes sur l’anonymisation des données collectées suite à la polémique Jumpshot
  • Installation automatique du navigateur AVG Secure Browser
  • Impact sur les performances (navigation)

AVG Antivirus Free est un logiciel qui brille également par son étanchéité face aux malwares. Preuve en est avec ses scores très élevés réalisés dans les derniers tests indépendants (moyenne générale de 98,4/100). Parmi ses fonctionnalités notables, il est à même de bloquer une grande variété de logiciels malveillants (virus, spyware, ransomwares. Vous pouvez ainsi effectuer des analyses approfondies pour détecter et détruire les malwares. Cette mouture gratuite vous propose en outre d’installer gratuitement des extensions pour votre navigateur afin de vous protéger des attaques de phishing, des sites douteux et des téléchargements dangereux.

Un agent e-mail est également fourni pour bloquer les pièces jointes vérolées et les liens de phishing susceptibles de dérober vos données confidentielles. Un agent Web s’occupe quant à lui d’analyser les sites web chiffrés, de bloquer les scripts potentiellement malveillants et de faire rempart face aux botnets. Qui plus est, un outil d’analyse des performances de votre ordinateur est fourni. Cette version gratuite ne comporte pas d’autres fonctionnalités, lesquelles étant réservées aux suites payantes. Les ralentissements causés par le produit de sécurité sont surtout présentes en ligne (30 % sur un PC standard), d’après AV-Test.

Lorsque nous avons testé l’antivirus, nous n’avons pas été envahis par des publicités invasives. Le navigateur AVG Secure Browser s’est toutefois installé automatiquement. Sachez enfin qu’AVG est édité par Avast Sofware si bien qu’il a également trempé dans la polémique sur la collecte de données potentiellement désanonymisées. De quoi semer le doute quant au respect de la confidentialité des utilisateurs. Un choix explicite d’acceptation ou de refus de la collecte a tout de même été mis en place depuis juillet 2019.

Les antivirus gratuits alternatifs : Windows Defender, Panda

Image 2 : Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

Microsoft Windows Defender

Une solution native de plus en plus efficace

Gratuit – 0€ > Microsoft
On aime
  • Efficace contre les menaces
  • Plusieurs fonctionnalités additionnelles
  • Installé par défaut
On n’aime pas
  • Impact sur les performances (installation, copie de fichiers, archivage)

Si Windows Defender ne surpasse pas Avast ou Kaspersky en matière de protection contre les malwares, il commence sérieusement à se tailler la part du lion. En agrégeant toutes ses notes, nous lui avons attribué une moyenne de 97,3/100. Dans son dernier test longue durée, AV-Test ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur l’antivirus présent nativement sur les PC Windows : « La grande surprise du test provient de la solution Microsoft Defender de Windows 10. Elle a réalisé une performance irréprochable pendant le test longue durée et remporte la note maximale de 18 points ». Dans son test de protection contre les malwares (septembre 2021), AV-Comparatives souligne le faible taux de faux positifs de Microsoft Defender et son taux de protection très élevé (99,97%).

Pour une protection basique, Microsoft Defender fait ainsi largement l’affaire. Et il offre aussi d’autres fonctionnalités permettant d’accroître votre sécurité à l’instar d’un pare-feu contre les intrusions et d’un système de contrôle parental. SmartScreen permet en outre de lutter contre le phishing et les malwares en ligne. Et ce aussi bien sur Microsoft Edge que sur Chrome (via une extension). En se basant sur une base de sites d’hameçonnage et de malwares signalés, SmartScreen bloquera automatiquement le site ou les fichiers téléchargés néfastes.

Malgré des efforts ces derniers mois, la solution native de Microsoft a bel et bien un impact sur le système. Pour ce qui est de la copie de fichiers, de l’archivage/désarchivage et de l’installation d’applications, les performances sont notamment moindres avec Windows Defender. Il arrive ainsi dernier dans le classement axé sur les performances établi par AV-Comparatives. De son côté, AV-Test rapporte que les ralentissements surgissent surtout lors de l’installation de programmes (33 %).

Image 2 : Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

Panda Antivirus Gratuit

Une alternative crédible mais imparfaite

Gratuit – 0€ > Panda
On aime
  • Très peu d'impact sur les performances
  • Kit pour restaurer votre PC
  • Outil de vaccination des clés USB
On n’aime pas
  • Publicités incitant à basculer vers une version payante
  • Pas de désinscription à la collecte des données

Panda Free Antivirus ne participe pas à tous les tests de laboratoire dont nous utilisons les résultats. Sa protection contre les malwares est donc plus floue que les autres et nous ne pouvons pas lui attribuer de moyenne générale. Chez AV-Comparatives, son taux de protection face aux malwares atteignait notamment les 100 % lors du Real-World Protection Test s’étalant de juillet à octobre 2021. Mais il a toutefois enregistré un nombre de fausses alertes supérieur à la moyenne, ce qui l’empêche d’obtenir le label Advanced+, se contentant des deux étoiles.

Lors de l’installation, il faut décocher une case si vous ne souhaitez pas installer également le navigateur Opera. En parcourant l’interface épurée du logiciel, nous avons été encouragés à moult reprises à opter pour une version payante. Du reste, un VPN est proposé aux utilisateurs gratuits mais celui-ci est anecdotique (150 Mo/jour). Il ne vous permet pas de contourner durablement une géo-restriction ou d’opter pour le pays hôte de votre choix. Cette mouture embarque aussi un outil de vaccination des périphériques USB – capable de bloquer l’exécution des malwares – et un kit de secours permettant de restaurer votre PC.

Toujours selon AV-Comparatives, Panda n’impacte quasiment pas les performances de votre PC. Il est d’ailleurs premier au classement « test de performances » réalisé par l’institut en octobre 2021. Notez enfin que Panda collectera automatiquement les données système, sans vous en laisser le choix.

Conclusions : quel antivirus gratuit est le meilleur d’entre tous ?

Parmi les différents antivirus gratuits de notre comparatif, Avast One et Avira obtiennent les meilleurs notes. Ces logiciels offrent une excellente protection contre les logiciels malveillants sans trop ralentir votre système.

Vous pouvez aussi vous en remettre uniquement à la solution livrée par défaut dans Windows 10. Baptisé Windows Defender, cet antivirus doublé d’un pare-feu fonctionne à merveille, pour peu que vous ne passez pas votre temps à surfer sur des sites truffés de malwares et à ouvrir tous les spams qu’on vous envoie. Cette suite de sécurité sait se faire oublier et offre un excellent niveau de protection.

Nota bene : Nous avons retiré Bitdefender Antivirus Free Edition de ce comparatif puisque l’éditeur a décidé de supprimer sa solution gratuite à compter du 1er janvier 2022. Le support technique sera tout de même assuré jusqu’au 30 juin prochain.


Quelles sont les différences entre un antivirus payant et un antivirus gratuit ?

Qu’on se le dise, les antivirus gratuits assurent le même niveau de protection face aux malwares que leurs grands frères payants, ayant notamment la même base de données virale mise à jour. Dès lors, à quoi servent les antivirus payants ? Ces derniers intègrent des fonctionnalités plus poussées qui vous permettront de renforcer votre sécurité en ligne. Notez tout de même que l’avènement de Windows Defender a poussé certains éditeurs à proposer gratuitement des fonctionnalités autrefois payantes. Voici quelques exemples d’options phares des suites premium :

  • Détection des sites néfastes pour sécuriser vos transactions bancaires
  • Blocage des spams et filtrage des mails d’hameçonnage (phishing)
  • VPN pour protéger votre connexion ou contourner une restriction géographique
  • Bac à sable pour lancer un logiciel dans un environnement cloisonné afin d’éviter une potentielle infection
  • Gestionnaire de mots de passe
  • Protection de votre webcam
  • Optimiseur de performances
  • Protection des paiements et des cartes bancaires
  • Contrôle parental
  • Pare-feu

Autre avantage des solutions payantes : ces dernières peuvent être utilisées sur plusieurs appareils simultanément en fonction de l’offre que vous avez sélectionnée. Sur une version gratuite, vous serez en outre souvent envahi par les publicités vous incitant à basculer vers la version payante, ce qui peut devenir vite agaçant. Qui plus est, l’assistance en direct est généralement bien plus étoffée et complète sur un antivirus premium. Le service client peut d’ailleurs être uniquement réservé aux abonnés.

La polémique Avast

La confidentialité est souvent percée à jour sur les antivirus gratuits. Et pour cause, quand c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit, comme le dit si bien l’adage. Ainsi, nombre de fabricants d’antivirus vont collecter massivement les données de leurs utilisateurs gratuits afin de les revendre. C’est notamment le cas d’Avast Software (Avast, AVG) dont les agissements avaient été pointés du doigt l’année dernière. Le 30 janvier 2020, l’éditeur avait fermé sa filiale marketing Jumpshot, chargée de vendre les données personnelles de navigation à des entreprises comme Google, Microsoft, Pepsi ou encore Yelp. Un moyen pour ces dernières de réaliser des études marketing d’ampleur en ayant un accès privilégié au comportement des consommateurs en ligne.

Vendre des données de navigation n’est pas illégal tant que les données restent anonymes. Or il a été démontré qu’elles pouvaient tout à fait être désanonymisées, comme l’affirmait à l’époque le professeur Eric Goldman, cité par Vice. Contacté par Tom’s Guide, Avast précise qu’il collecte toujours « des données par le biais de ses produits, notamment des données de facturation, des données de compte et des données de produit uniquement lorsque cela est strictement nécessaire » dans le cadre de sa politique de confidentialité. Et de préciser au sujet de l’anonymisation : « Toutes les données sont protégées par de solides mesures de sécurité techniques, tels que le cryptage et la pseudonymisation. Et les normes GDPR et CCPA sont appliquées à l’ensemble de notre portefeuille de produits et de notre base d’utilisateurs ». L’objectif étant de « garantir les normes les plus élevées de protection des données pour nos clients ».

Avant toute installation (d’un logiciel gratuit ou payant), on ne peut que vous recommander de bien lire les conditions d’utilisation, en vous attardant notamment sur la section consacrée à la confidentialité. Et ce même si cela est chronophage. Sachez qu’Avast est loin d’être le seul antivirus gratuit à siphonner les données.

Virus est-il synonyme de malware ?

Par abus de langage, de nombreuses personnes sont persuadées que les appellations « malware » et « virus » signifient la même chose. En réalité, le premier cité désigne tous les logiciels malveillants (aussi appelés maliciels) qui sont nés pour porter préjudice à un appareil. Il existe ainsi une flopée de malwares parmi lesquels on retrouve notamment le virus.

Programme contenant du code malveillant, le virus se distingue des autres malwares par sa capacité à se démultiplier automatiquement en se greffant sur des programmes, des fichiers, voire d’autres ordinateurs. Comme les virus biologiques, les virus informatiques sont sacrément contagieux. Certains virus ne font que ralentir l’ordinateur visé quand d’autres sont capables de semer la désolation dans tous les recoins de l’OS en supprimant vos données ou en empêchant les applications de fonctionner correctement.

La contamination est progressive. Les virus informatiques commencent par se nicher discrètement à l’intérieur d’un programme. Puis vient la phase de reproduction suivie ensuite par la phase d’amorce. Celle-ci peut être lancée par l’utilisateur (à son insu) alors qu’il effectue une commande ou ouvre un logiciel. Mais elle peut aussi se déclencher automatiquement à l’issue d’une certaine durée. Elle précède la phase de libération où la charge utile du virus (le code malicieux) s’attaque à votre système.

Concrètement, les effets des virus sont aussi variés que problématiques. Ils peuvent ralentir considérablement votre machine, supprimer ou corrompre vos documents, abîmer votre disque dur, faire apparaître une tonne de fenêtres en continu, bloquer vos applications et votre OS, lancer des processus sans votre autorisation… Vous l’aurez compris, mieux vaut éviter à tout prix l’infection, d’où la nécessité de soigner sa protection.

Comment les malwares s’invitent sur nos machines ?

Les pirates utilisent de nombreux biais pour diffuser leurs malwares. Parmi les plus notables, on peut notamment citer les messages contenant des pièces jointes ou des liens néfastes. Mais aussi les sites suspects et les éléments téléchargés contenant du code malicieux (document, musique, film, logiciel, extensions, plug-in, fichier Android PacKage, etc). Généralement, ces réceptacles de virus émanent de sources inconnues. Mais méfiez-vous aussi des liens et des fichiers suspects envoyés par vos proches via les applications de messagerie ou sur votre boîte mail. Et pour cause, l’infection a pu enclencher l’envoi automatique de liens ou de pièces jointes permettant de propager le malware.

Les vieilles moutures d’applications et les OS vieillissants sont également des nids à malwares. D’où l’importance de faire régulièrement les mises à jour qui embarquent généralement des correctifs de sécurité. Les malwares peuvent également se cacher dans les publicités qui popent sur la Toile ou sur les bannières si bien qu’il faut éviter à tout prix de cliquer dessus. En l’occurrence, certaines fenêtres vont tenter de vous effrayer en assurant que votre ordinateur est infecté et qu’il faut à tout prix installer « un logiciel antivirus ». Sauf que ce dernier abrite justement des malwares qui ne demandent qu’à contaminer votre système.

Méfiez-vous également des clés USB et CD-ROM dont vous ne connaissez pas l’origine. Ces derniers peuvent abriter des logiciels malicieux.

Quels sont les malwares les plus courants ?

Comme nous l’avons souligné plus haut, les virus sont loin d’être les seuls malwares à sévir. Il faut également se méfier des spywares. Parmi eux, on distingue deux catégories. Les enregistreurs de frappe (keyloggers) ont le pouvoir d’enregistrer ce que la victime tape sur son clavier. Un bon moyen de détourner ses identifiants bancaires et ses mots de passe. Par ailleurs, les adwares vous inondent de publicités indésirables et siphonnent vos données de navigation. L’objectif étant d’afficher des annonces en fonction de vos centres d’intérêt ou de vendre votre historique à des entreprises tierces.

Prenez garde en outre aux ransomwares. Ces derniers sont capables de bloquer votre système ou l’accès à vos fichiers en les cryptant. Afin de reprendre la main, vous devez alors payer une rançon. Parmi les autres malwares très dangereux, citons les rootkits, ces programmes malveillants insidieux qui se dissimulent dans votre système afin de donner les commandes à des pirates.

Par ailleurs, un botnet est un réseau d’ordinateurs contaminés par un malware. Le pirate à l’origine de la manœuvre peut ainsi inonder ses cibles de courriers indésirables, de malwares et dérober des données grâce à son armée de machines « zombifiées ». Un botnet permet notamment d’effectuer des attaques DDoS contre un serveur en surchargeant la bande passante ou en épuisant les ressources système. Les pirates les utilisent également pour miner des cryptomonnaies à foison sans avoir à payer l’électricité.

Image 9 : Antivirus gratuit : quel est le meilleur pour protéger son PC ?

Quid des Mac et des smartphones ?

Si les PC Windows restent les appareils les plus ciblés par les pirates, les ordinateurs Mac et les smartphones sont également de plus en plus touchés. Début 2021, un premier virus était d’ailleurs apparu sur les fameux MacBook M1. Du côté des téléphones, les modèles Android comme les iPhone sont également susceptibles d’être contaminés par des applications infestées. Et ce même si Google et Apple surveillent très attentivement leur store respectif pour protéger leurs ouailles.

La menace est tout de même bien plus importante sur les smartphones Android puisque les utilisateurs ne sont pas obligés de se cantonner à un seul magasin d’applications. Il est en outre déconseillé de débrider un smartphone sauf si vous êtes un bidouilleur averti. Sachez qu’un jailbreak ou un root percera les défenses natives de votre appareil, ce qui le rendra bien plus perméable aux malwares.