[Test] Moto G6, que vaut ce smartphone pour les petits budgets ?

>>> Les meilleurs smartphones de 2018

5 raisons de craquer (ou pas) pour le Moto G6

Le Moto G6 vient compléter la gamme déjà bien fournie de smartphones abordables de Motorola. Et après avoir passé plusieurs jours avec le terminal, on est en droit de se demander pourquoi dépenser 700 euros, voire même plus, pour s’offrir un flagship. Avec son écran coloré et aux bords fins de 5,7 pouces, un bon niveau de performances grâce au processeur Snapdragon 450 et des fonctionnalités qui n’ont rien d’un gadget, la proposition est forcément attrayante.

>>> Guide d'achat : Comment choisir son smartphone en 2018 ?

Toutefois, malgré toutes ces qualités, certains défauts des précédents smartphones du constructeur restent d’actualité. À commencer par la qualité de l’appareil photo qui est certes excellent comparé aux concurrents qui sont proposés au même prix, mais sans non plus révolutionner le segment.

Oui et non, pour le design

Le Moto G6 arbore un élégant mélange de métal et de verre. D’un côté il offre des proportions parfaites avec un châssis incurvé de sorte qu’il se niche parfaitement dans le creux de la main, le tout avec un nouvel écran de 5,7 pouces aux bords très fins et au format 18:9. Ceci étant en termes de design le G5 Plus reste notre préféré avec un rendu plus premium, probablement du fait qu’il profite d’une face arrière en aluminium plutôt qu’en verre Gorilla Glass 3. Un choix qui peut s’expliquer afin de privilégier la sensibilité du Moto G6 même si le G5 Plus ne semble pas vraiment pénalisé sur ce point. Difficile d’avoir le fin mot de l’histoire pour ce choix donc. De plus, de nombreux terminaux haut de gamme ont également adopté une finition entièrement en verre, mais il manque quelque chose au modèle de Motorola pour inspirer la confiance.

En termes d’ergonomie c’est l’un des smartphones les plus confortables et dont la taille est parfaitement adaptée, à l’instar du Galaxy S9. L’écran offre de bonnes dimensions sans pour autant pénaliser l’utilisation à une main. Mieux encore, Motorola a fait le choix intelligent de laisser suffisamment de place sur le bord inférieur afin d’intégrer un lecteur d’empreintes digitales sur la face avant. À cela s’ajoute un bouton de navigation qui permet de passer outre les boutons tactiles d’Android qui s’affichent désormais en bas de l’écran de la plupart des smartphones.

Motorola a sauté le pas avec le Moto G6 et troqué le port micro USB pour un USB Type C. Heureusement, le constructeur n’a pas jugé bon de supprimer la prise jack qui prend toujours place sur la tranche inférieure juste à côté du port de recharge. S’il est n’est pas annoncé comme certifié IP afin de garantir sa résistance à l’eau, le Moto G6 bénéficie néanmoins d’un traitement qui devrait le protéger des projections de liquide.

Oui, pour l’écran

Maintenant que le format 18:9 se décline désormais en entrée de gamme, difficile pour Motorola de se démarquer de ses concurrents. La dalle LCD de 5,7 pouces affiche une résolution de 2160 x 1080 pixels en restituant des couleurs fidèles, mais une luminosité qui est juste dans la moyenne.

Lors de nos tests nous avons relevé que le Moto G6 restitue 113% de l’espace colorimétrique sRVB. Un résultat parfaitement adapté à un modèle LCD. Si vous avez besoin de plus d’intensité, il est possible d’opter pour le profil Vibrant qui booste la saturation des couleurs.

La fidélité des couleurs reste l’un des points forts des terminaux d’entrée de gamme de Motorola. Le Moto G6 affiche un Delta-E de 0,39 (plus le chiffre est proche de 0 mieux c’est), soit mieux que ses rivaux tels que le Honor 7X, mais également l’onéreux Galaxy S9+.

>>> Retrouvez le test du Honor 7X

Toutefois la luminosité n’est pas du même acabit avec un pic à 413 cd/m2, soit juste en dessous de la moyenne des smartphones qui s’établit à 433 cd/m2. À titre de comparaison le G5 Plus monte jusqu’à 591 cd/m2 ce qui est impressionnant vu son prix, faisant de son écran le plus lumineux de tous les terminaux que nous avons pu tester l’an dernier.

Non, pour l’appareil photo

Motorola a intégré sa technologie d’appareil photo à double objectif dans le Moto G6. Le capteur principal est un 12 mégapixels qui ouvre à f/1,8 et qui est accompagné par un second capteur de 5 mégapixels pour réaliser des portraits avec l’effet bokeh. Et comme sur le Galaxy S9 avec sa fonction Live Focus, il est possible de modifier l’intensité du flou en arrière plan après la prise de vue.

Motorola a également intégré des fonctionnalités inspirées de Google Lens afin d’identifier les lieux et les objets qui sont dans le cadre de l’appareil photo. Le smartphone peut aussi faire office de scanner en convertissant le contenu en texte modifiable.

Lors de nos tests, la Smart Camera du G6 a effectivement su reconnaitre les objets malgré un délai de l’ordre de 20 secondes en moyenne. Cependant c’est beaucoup trop long, surtout comparé à Google Lens qui est également proposé dans l’application Photos, et qui affiche les résultats instantanément.

Si on met de côté les fonctionnalités spéciales, l’appareil photo du Moto G6 s’avère très moyen. Normalement, le moins cher des smartphones tire généralement son épingle du jeu quand il s’agit de prendre des photos par une journée ensoleillée. Mais dans le cas du G6 les images manquent de réalisme. Plus abordable encore, le Nokia 6.1 sous Android One délivre des photos un peu trop chaudes, mais qui restent malgré tout plus proches de la réalité.

Sur la photo ci-dessus nous avons évalué le mode portrait et la fonction permettant de faire varier le flou en arrière-plan. Sur ce point le Moto G6 se montre performant et même les détails du panneau sont mieux rendus que sur le cliché obtenu avec le Nokia 6.1 qui manque de texture.

En intérieur, le Moto G6 étonne avec une bonne gestion des basses lumières comme on peut le voir sur les figurines. Le bruit reste présent tout comme un léger flou, mais dans l’ensemble c’est bien meilleur que la même photo prise avec le Nokia.

Enfin, nous avons également réalisé quelques selfies avec les deux smartphones. En la matière c’est clairement le Nokia 6.1 qui s’illustre face au Moto G6. Ce dernier a tendance a trop saturer les couleurs tandis que le Nokia restitue mieux les détails et les teintes.

Oui, pour les performances

Sur le papier, on pourrait croire que le Moto G6 perd au change en intégrant un Snapdragon 450 au lieu du Snapdragon 625 qui équipe le G5 Plus. Mais c’est sans compter sur l’expertise de Qualcomm qui avec sa série 400 a réussi la prouesse d’offrir des performances similaires à son ancienne gamme censée être positionnée au-dessus.

Nous n’avons pas eu à déplorer de ralentissement en passant d’une application à l’autre en arrière-plan, ou en explorant les environs à l’aide de Google Maps. De même, le smartphone supporte la charge lorsque de nombreux onglets sont ouverts dans Chrome. Dans Geekbench 4 qui mesure les performances générales, le Moto G6 a fait mieux que son prédécesseur, même si ce n’est que d’une courte tête avec un score de 3 934 contre 3 746 pour le G5 Plus.

Les deux smartphones sont dans un mouchoir de poche en ce qui concerne les performances graphiques. Il faut dire qu’ils utilisent tous les deux un GPU Adreno 506. Avec le test Ice Storm Unlimited de 3DMark, le G6 a obtenu un score de 12 616 contre 13 862 pour le G5 Plus.

À l’instar du Honor 7X, du tout dernier Nokia 6.1 ou plus généralement de la plupart des smartphones de cette catégorie, le Moto G6 n’est pas taillé pour le jeu vidéo. Certes il est en mesure d’afficher des jeux peu exigeants tels que Super Mario Run et Animal Crossing : Pocket Camp, mais pour les joueurs les plus hardcores, le nombre de FPS limité et le manque de détails dans les graphiques ne feront surement pas l’affaire.

Non, pour l’autonomie de la batterie

Équipé d’une confortable batterie de 3000 mAh et d’un processeur peu gourmand en énergie, on s’attendait à ce que le Moto G6 bénéficie d’une autonomie au moins aussi bonne que celle de son prédécesseur. Avec leur batterie de capacité similaire, les G5 Plus et G5S Plus ont atteint près de 12 heures lors de notre test d’autonomie qui consiste à diffuser des vidéos en streaming via la connexion 4G.

Malheureusement, on est loin du compte avec 9h25 pour le Moto G6. C’est 4 minutes de mieux que le Honor 7X, mais bien plus mauvais que d’autres terminaux qui coutent encore moins cher, et notamment que le Motorola E4 Plus avec son énorme batterie de 4 000 mAh (et son successeur, le E5 Plus, qui devrait pour sa part être équipé d’un accu de 5 000 mAh).

On se consolera avec un temps de charge limité grâce à la technologie TurboPower de Motorola. En effet 15 minutes suffisent pour retrouver 6 heures d’autonomie avec le chargeur standard. Toutefois, comme la plupart des smartphones d’entrée de gamme, le Moto G6 fait l’impasse sur la recharge sans fil.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Johan_et_Pirlouit
    Anonymous a dit :
    Le Moto G6 affiche un Delta-E de 0,39

    0,39..... Rien que ça :lol:!

    Plus sérieusement, je me permets d'être un peu méchant mais vous nous donnerez les coordonnées de votre dealer parce que là c'est vraiment de la bonne :D. Vous avez mesuré quelle teinte pour obtenir ça ? Parce que quand on parle de Delta-E pour un écran, on parle de la valeur moyenne, pas juste celle d'une seule teinte, comme par hasard la plus avantageuse... Heureusement, pour ça on trouve des informations un tantinet plus crédibles ailleurs, avec une mesure du Delta-E à 2,5, ce qui est effectivement très bien ;)...

    D'autant que ça ne date pas d'aujourd'hui puisque je vois que vous aviez fait la même chose quand vous aviez parlé du G5 Plus. Je cite :
    Citation:
    des couleurs plus fidèles comme l’atteste un Delta-E de 0,94
    En fait, la même source que précédemment avait mesuré un Delta-E à 5,4, une valeur assez moche et trèèès éloignée du 0,94 que vous aviez cité...