Xiaomi Redmi Note 5 : un smartphone à moins de 200 € qui a tout d'un grand

Second appareil officiellement distribué en France par Xiaomi (après le Mi Mix 2S que nous avons récemment testé), le Redmi Note 5 est un smartphone 5,99" pourvu d’un processeur relativement puissant et d’un double capteur photo à l’arrière. Sur le papier, l’appareil a vraiment tout pour séduire : un grand écran, une définition digne d’un milieu de gamme, un Snapdragon 636 en guise de CPU, un double capteur 12 + 5 Mpx à l’arrière et un autre en 13 Mpx à l’avant… Et le tout s’affiche à moins de 200 euros ! Alors que vaut ce nouveau smartphone face à la concurrence d’entrée de gamme, et surtout, peut-il venir titiller le marché des appareils de milieu de gamme ? Nous l’avons testé sous toutes les coutures et vous résumons nos conclusions en cinq points.

>> Quels sont les meilleurs smartphones à moins de 200 € ?

Redmi Note 5 : on craque ou pas ?

1 – Oui et non pour son look et sa prise en main

Rappelons qu'à l’instar du Mi Mix 2S, le Redmi Note 5 est un smartphone de 5,99". L'époque des smartphones de moins de 5" semble être définitivement achevée, qu'importe que l'on s'intéresse à un entrée, un milieu ou un haut de gamme. Disposant d’un affichage en 18:9, l'appareil assure une définition de 1080 x 2160 pixels. Un bon point, puisque cette résolution est généralement réservée à des smartphones beaucoup plus chers.
En revanche, et contrairement au Mi Mix 2S, le capteur avant dédié à la photo est placé en haut de l’écran. Et ici, il n’y a pas d’encoche, comme sur les appareils de dernière génération que sont le Honor 10, le OnePlus 6 ou le P20 de Huawei. Le ratio « surface d’écran / surface totale » est donc logiquement plus petit : 77,4% pour le Redmi Note 5, contre 81,9% pour le Mi Mix 2S.
À cause de sa grande taille, l’appareil est un peu moins gracieux qu’un Mi Mix 2S (qui n’est pas au même prix, ne l’oublions pas). Si son design est assez réussi, il en ressort une impression d’appareil un peu corpulent. Sans être impossible à manipuler, même d’une main, le Redmi Note 5 se révèle imposant, d’autant que, pour éviter les chocs, Xiaomi a renforcé son appareil au niveau des coins.

2 – Oui pour ses performances

L’appareil se démarque de la concurrence par son Snapdragon 636 à 1,8 GHz, un modèle de processeur que l’on trouve généralement sur des smartphones à plus de 300 euros. À moins de 200 euros, on se dit que le Redmi Note 5 est forcément une bonne affaire, ne serait que pour son CPU surpuissant… Et on a raison : les différents benchmarks que nous avons effectués sur l’appareil démontrent que l’appareil tient vraiment la route. Avec un score de 4819 en mode multicœur sous Geekbench et un autre de 940 sous Sling Shot Extreme 3.1, l’appareil tient la dragée haute à une bonne partie des modèles milieu de gamme pourtant vendus plus chers. À titre de comparaison, il est plus puissant qu’un Huawei P20 Lite, un Honor 7X ou 7C…


Geekbench4 Multicore3DMark Sling Shot Extreme
Xiaomi Redmi Note 5 (Snapdragon 636)4819
940
Wiko View2 (Snapdragon 435)
2614
329
Honor 7X (Kirin 659)
3349
389
Samsung Galaxy A8 2018 (Exynos 7885)
4353
738
Motorola Moto G6 (Snapdragon 450)
3899
438

À l’usage, le Redmi Note 5 se révèle rapide, fluide et réactif. Son écran de 1080 x 2160 pixels permet de visionner des vidéos dans de parfaites conditions, mais aussi de jouer à des jeux plutôt gourmands en charge CPU. Bien évidemment, l’appareil ne peut rivaliser avec un appareil équipé d’un Snapdragon 835 ou 845, qui restent le summum de la fluidité en toutes circonstances, mais au quotidien et au sein d’applications Web, de jeux classiques ou de streaming vidéo, rien ne le différencie d’un modèle à 300 ou 350 euros.
En guise de système d’exploitation, c’est Android 8.1 qui vient faire palpiter l’appareil. Comme à l’accoutumée, Xiaomi a ajouté une surcouche à son appareil, à savoir MIUI dans sa version 9. Là encore, nous n’avons pas noté le moindre ralentissement dû à cette surcouche, même s’il manque quelques fonctionnalités à celle-ci (le fait de pouvoir modifier facilement la disposition des boutons de la barre de navigation, par exemple).

3 – Oui pour son capteur photo en faible luminosité

À l’arrière de l’appareil, on trouve un double capteur photo de 12 et 5 Mpx et à l’avant, pour les selfies, on profite d’un capteur de 13 Mpx. Si le capteur arrière délivre des photos claires et pleines de couleurs (un peu trop parfois même, mais c'est léger), l'appareil s'en sort aussi très bien en situation de faible luminosité. Comme le montre l'exemple de photo ci-dessous, l'appareil restitue une photo lumineuse, des éléments de décor très détaillés et un ciel bleuté parfaitement visibles, malgré un cliché pris à 23h00. En comparaison, nous avons pris la même photo à l'aide d'un Honor 7C, sans obtenir d'aussi bons résultats. En revanche, méfiance : la vitesse d'obturation de l'appareil (en l'occurrence 1/14 secondes) nécessite de surtout pas bouger pendant la prise de vue. Faute de quoi, vous connaissez probablement le résultat : l'image sera floue.

4 – Oui pour son autonomie

Côté autonomie, on dispose d’une batterie de 4000 mAh. Même si ce n'est pas toujours la taille qui compte en la matière, là encore, le Redmi Note 5 est un véritable monstre de puissance. En usage classique, nous avons pu l'utiliser pendant presque 3 jours sans devoir le recharger. Notre test s'effectue toujours de la manière suivante : un peu de lecture vidéo, de la géolocalisation (une heure de GPS par jour), du Web, de la messagerie à intervalles réguliers et bien sûr de la téléphonie. Bref, l'appareil rentre directement dans notre top 3 des smartphones les plus autonomes, toutes marques et toutes gammes de prix confondues.
Nous avons également soumis à l'appareil un bench plus poussé, qui consiste à lire en continu une série de vidéos diffusées en streaming. Là encore, les résultats sont là : l'appareil tient plus de 15h10 sans rechigner. De quoi le placer dans la cour des grands, côte à côte avec le S9 ou le OnePlus 6.

5 – Oui parce que son prix est bon, même s'il est encore moins cher ailleurs

Là où Xiaomi fait fort, c'est sur le prix de l'appareil ! à 199 euros dans son édition 3 Go / 32 Go, c'est une belle affaire. Et pour 30 euros de plus, on profite de la version 4 / 64 Go. En termes de rapport qualité/prix, c'est un sans-faute : on ne connaît à l'heure actuelle aucun équivalent à ce tarif.
En revanche, si vous souhaitez gagner encore quelques euros, jetez un œil du côté du circuit de l’import (sur le site de Gearbest, pour ne pas le nommer, et qui propose des frais de port gratuits), l’appareil s’affiche à seulement 165 euros. Pour 200 euros, soit le prix de la version commercialisée en France, on peut même obtenir une édition mieux lotie, avec 64 Go de stockage pour 4 Go de RAM.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
5 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • septfontaines
    J'apprecierais que les essais des'smartphones repondent prioritairement aux points suivants:l'appareil a t il::1un recepteur FM.2une commande infrarouge pour televiseurs 3 une sortie video 4 un gps precis.C'est quand meme plus important que la reactivite aux jeux.
  • arnaudlegac
    J'apprécierais que vos tests de smartphones soient encore dans ce genre, car 1 c'est clair 2 le test comprend des comparaisons avec d'autres appareils avec lesquels on hésite peut-être. Soyez éventuellement plus précis sur la possibilité de jouer à des jeux dits gourmands (réactivité...)
  • eddy.couvreur
    Et l'indice DAS ? C'est pour les chiens chez Tom's guide.................?
  • stratic
    @SEPTFONTAINES: Aujourd'hui, les récepteurs FM, avec un smartphone, ça n'a plus aucun intérêt. Tous les flux radios sont disponibles en ligne.
  • Iksarfighter
    Je crois que la Chine s'est bien éveillée là...