Accueil » Actualité » Cette lumière a mis 12,9 milliards d’années à nous parvenir

Cette lumière a mis 12,9 milliards d’années à nous parvenir

Hubble vient de capter une image de WHL0137-LS surnommée Earendel. C’est de loin l’étoile la plus ancienne jamais détectée.

L’agence Spatiale Européenne (ESA) a détecté la lumière d’une étoile qui a existé au cours du premier milliard d’années de l’Univers. Si loin, que cette lumière a mis 12,9 milliards d’années pour atteindre la Terre, nous apparaissant comme elle était lorsque l’univers n’avait que 7 % de son âge actuel. Tout du moins, l’âge faisant l’unanimité des scientifiques actuels, environ 14 milliards d’années.

Image initiale avant zoom du télescope Hubble - Crédits : ESA/NASA
Image initiale avant zoom du télescope Hubble – Crédits : ESA/NASA

L’objet est susceptible d’être soit une étoile solitaire, soit un système compact de deux ou trois-étoiles. Si sa dénomination technique est WHL0137-L, les chercheurs l’ont rebaptisée Earendel. Ce terme de vieil Anglais signifie l’étoile du matin. Car pour eux, elle date du matin de l’Univers.

Earendel est de très loin l’étoile la plus ancienne jamais observée

La précédente étoile la plus ancienne avait été détectée par Hubble en 2018. Cette étoile existait lorsque l’univers avait environ 4 milliards d’années, soit 30 % de son âge actuel, à une époque que les astronomes appellent « redshift 1,5 ». Le bond qui vient d’être fait par cette découverte est tout simplement gigantesque.

WHL0137-L, rebaptisée Earendel : l'étoile la plus ancienne jamais observée - Crédits : NASA/ESA
WHL0137-L, rebaptisée Earendel : l’étoile la plus ancienne jamais observée – Crédits : NASA/ESA

Comment a-t-on pu détecter une lumière si lointaine ?

Nous connaissons les lentilles, et leur effet de grossissement obtenu par la courbure du verre. Microscopes et télescopes optiques fonctionnent sur un modèle analogue. Néanmoins, leur capacité de grossissement sera toujours limitée. Mais une opportunité extraordinaire se présente parfois dans l’Univers déjà observable.

Un effet loupe naturel

La gravité provoque elle aussi une courbure de l’espace-temps. Et quand il s’agit d’objets célestes dont la masse est considérable, l’effet devient observable. Ainsi, si on focalise l’objectif sur le bord d’une de ces courbures, ce que les scientifiques ont fait dans le cas où ici présent, la chance peut alors nous sourire. On se retrouve alors par l’effet cumulé des grossissement, a une démultiplication de la distance observable initialement. Et cette nouvelle découverte, Earendel, se trouve être dans un alignement la rendant observable.

Si sa taille réelle et son observation restent floues, les chercheurs indiquent qu’ils utiliseront le télescope Webb pour déterminer exactement de quel type d’étoile il s’agit. Ce nouveau télescope nous a déjà offert une première photo à couper le souffle et devrait être pleinement opérationnel cet été.

A lire aussi > Y a-t-il quelque chose au-delà de l’Univers ?

Source : ESA