Accueil » Actualité » Le télescope Hubble ne répond plus… pour le moment, espère la NASA

Le télescope Hubble ne répond plus… pour le moment, espère la NASA

L’ordinateur qui contrôle les instruments de Hubble s’est arrêté le dimanche 13 juin. Si le test effectué pour le relancer n’a pas été concluant, la NASA n’est pas encore à court d’options.

Lancé en 1990, le télescope Hubble fête ses 31 ans de service cette année avant une retraite bien méritée qui devrait arriver d’ici la fin de l’année. Si l’appareil en lui-même et ses instruments scientifiques semblent en bon état, l’ordinateur qui gère ces instruments s’est lui arrêté.

Image 1 : Le télescope Hubble ne répond plus… pour le moment, espère la NASA
Crédit : pixabay

Depuis, la NASA a essayé de le remettre en route sans succès. Ce n’est pas la première fois que le télescope rencontre ce genre de problème, en mars dernier, suite à un problème logiciel, le système avait basculé en mode sans échec pendant plusieurs jours avant de redémarrer.

La NASA n’est pas à court d’options

La panne en elle-même n’a, à priori, rien de surprenant et semblait prévisible selon l’équipe chargée du télescope. Le système informatique date des années 1980 et sa dernière maintenance physique de 2009. En effet, depuis l’arrêt du programme Atlantis, la NASA n’a plus aucun moyen technique d’effectuer des maintenances directement sur le télescope.

La panne semble due à la défaillance d’un module mémoire. « La mémoire peut se dégrader avec le temps en raison d’années d’exposition aux radiations dans l’espace. Des problèmes comme celui-ci sont attendus, » déclare la NASA dans un communiqué. L’équipe précise néanmoins que pour parer à ces problèmes, il existe des modules de secours.

L’équipe est donc en ce moment en train de procéder à la bascule vers ces modules et espère pouvoir bientôt relancer le télescope et lui permettre de faire de superbes découvertes comme cette superbe vue d’une galaxie lointaine.

Un dernier effort avant la relève

Les retards cumulés par le remplaçant, le James Webb, avaient obligé la NASA à repousser l’âge de la retraite pour le chouchou de la communauté d’astronomes. Malgré sa « vétusté » et l’existence d’une instrumentation plus récente, Hubble reste l’un des favoris grâce notamment à son module WFC3 qui nous délivre, encore aujourd’hui, d’impressionnants clichés comme celui de M61.

Il ne reste plus qu’à espérer que les équipes de la NASA puissent finalement le relancer afin qu’Hubble nous fournisse d’autres magnifiques clichés avant de céder sa place à la nouvelle génération.

Source : cnews