Accueil » Dossier » Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Image 1 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Explosion de nouveautés

Le secteur du Vélo à Assistance Électrique (VAE) tend peu à peu vers une certaine maturité par le biais de grandes marques du 2 roues ou de « pure player » spécialisés dans ce type de véhicule motorisé. Malgré certaines contraintes et défauts subsistants qui sont propres à ce type d’énergie, comme le poids supplémentaire dû à l’ajout d’un moteur et d’une batterie, l’autonomie très variable et les prix parfois prohibitifs, le choix est de plus en plus riche tant sur le plan du design, de la puissance délivrée que des équipements.

Après un démarrage en trombe en 2012, le secteur reste en pleine effervescence avec des annonces régulières de nombreux modèles ou de prototypes couvrants différents usages, du simple moyen de transport urbain d’appoint au VTT sportif en passant  par des modèles hybrides dont l’aspect fait plus penser à des vélomoteurs ou à des petites motos à pédales.

Mais au regard de la législation française il y vélo électrique… et vélo électrique. Pour que votre monture soit considérée comme un simple vélo, il est nécessaire que la puissance du moteur ne dépasse pas 250 watts, qu’il ne puisse être démarré qu’en pédalant, qu’il s’éteigne lorsqu’on ne pédale plus et, enfin, que le système d’assistance électrique se désactive automatiquement au-delà de 25 Km/h.Si toutes ces conditions ne sont pas réunies, votre petite reine survitaminée entrera dans la catégorie des vélomoteurs nécessitant une carte grise, un permis ou un BSR, une plaque d’immatriculation, une assurance et le port d’un casque homologué.

Le petit tour d’horizon des modèles que nous avons retenus ne reflète pas le gros du marché mais plutôt ce qui se fait de plus original, novateur ou extrême en la matière : du VAE le plus léger au monde, au plus cher, au plus rapide, en passant par des modèles totalement sans fils, pliables, concept bikes, champions de l’autonomie…     

Image 2 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Et le grand gagnant est …. Denny !

Cinq équipes de cinq villes américaines ont participé ces derniers mois à un concours organisé par Oregon Manifest ayant pour but de couronner le meilleur projet dans la catégorie des vélos utilitaires urbains. La sentence est tombée le 4 aout et c’est Denny, le projet de la ville de Seattle mené par l’agence de design Teague et Sizemore Bicycles, qui a emporté haut la main les suffrages du public. Denny est un vélo à assistance électrique et à vitesses automatiques truffé d’accessoires et de fonctions toutes plus astucieuses et pratiques les unes que les autres. On notera par exemple le guidon amovible qui peut se transformer en antivol en quelques secondes, de petits balais de caoutchouc disposés sur les roues qui évitent les projections d’eau et de boue lorsqu’il pleut ou encore les clignotants LED. La fabrication en série devrait débuter dans les mois à venir sous la houlette de Fuji Bikes

Image 3 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Un moteur électrique pour votre vélo

Rubbee est un kit amovible proposé par une petite entreprise lithuanienne qui permet de transformer n’importe quel vélo, ou presque, en vélo à assistance électrique. D’un poids d’environ 6,5 kg, il se fixe à la tige de selle et est composé d’une batterie, d’un moteur et d’un système de transmission par friction à la roue arrière. Il permettrait d’atteindre une vitesse maximum de 25 km/h sur environ 25 km. Il peut être acheté sur le site du fabricant au prix de 900 euros environ sans les frais de livraison. Bien moins cher que le prix d’un vélo électrique neuf, tout en ayant la possibilité de conserver celui que vous avez peut-être déjà.        

Image 4 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Le poids plume rate son démarrage

Le projet de vélo électrique Gi Bike a fait l’objet au printemps dernier d’une campagne de financement sur Kickstarter sans malheureusement parvenir à réunir les 400 000 $ nécessaires au lancement de la production des premiers exemplaires. Dommage car le concept de ce vélo poids plume à la fois de taille standard et pliable, conçu en version électrique ou classique, disposait d’un certain nombre d’originalités. Comme, par exemple, l’intégration d’un smartphone et d’une application permettant, outre les fonctions de navigation GPS, de disposer d’un système antivol qui se met en route lorsque son propriétaire s’en éloigne de plus de 3 mètres.           

Image 5 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Électrique et dépliable en moins de 10 secondes

Idéal pour les parcours mixtes en ville, le BigFish Line+ peut être plié pour être transporté dans une voiture puis déplié en un temps record grâce à un système « intelligent » faisant appel à quelques boutons qu’il suffit de presser. Il est équipé d’un moteur central sur pédalier Sunstar S03, dispose de trois modes d’assistance (éco, normal et turbo) et d’une petite batterie Li-Ion placée sous la selle offrant, après 3h30 de temps de charge, une autonomie de 50 km en mode éco et de 35 km en mode turbo. Disponible sur demande auprès du fabricant au prix de 2 100 euros environ sans les frais de livraison. 

Image 6 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Une roue électrique pour tous les vélos

Dans la série « transformons notre bonne vieille bicyclette en vélo électrique », voici la roue FlyKly. Adaptable à un grand nombre de modèles de vélos classiques, elle est équipée en son centre d’un moteur et de sa batterie qui sont activés et pilotés à l’aide d’un smartphone (avec fonctions antivol et géolocalisation). Sa campagne de financement sur Kickstarter ayant été couronnée de succès, les premiers modèles devraient être livrés à partir d’octobre 2014. Vendue 600 euros environ, il est d’ores et déjà possible d’effectuer une précommande après avoir choisi la couleur souhaitée et les dimensions de la roue (20, 26 ou 28 pouces).              

Image 7 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Edition ultra-limitée

Présenté lors du dernier Seoul Living Design Fair cette quasi œuvre d’art (dans le domaine du vélo) a été conçue par la légende italienne Pininfarina et le spécialiste du vélo haut de gamme fait à la main 43Milano (Bestpoke Bicycle). Le Pininfarina Fuoriseri allie classicisme, modernité et un niveau de finition hors du commun. Tubes en acier chromé et placage en noyer, garnitures de selle et de guidon en cuir tressé inspirés des dossiers de sièges de la vénérable Lancia Astura Bocca 1936. Voilà pour la tradition. Mais ce bijou est également équipé du système de booster Bike + de Zehus qui permet d’optimiser l’énergie produite par le cycliste à l’aide d’un tout petit moteur électrique situé au centre de la roue arrière et d’une prise pour recharger son smartphone. Ce Pininfarina Fuoriseri ne sera fabriqué qu’à 30 exemplaires, en référence à 1930, année de création de la société à Turin. Le prix n’a pas encore été communiqué, mais on est en droit de craindre le pire.     

Image 8 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

L’autre roue…

Cette autre roue électrique pouvant s’adapter à la plupart des vélos classiques ressemble étrangement, tant au niveau esthétique que fonctionnel, à la FlyKly également présentée à la page précédente de ce dossier. Il s’agit peu ou prou du même concept mais pré commercialisé sous le nom TheCopenhagen Wheel par la startup Superpedestrian, issue du SENSEable City Lab du MIT. Qui a copié qui ? Mystère… Ce que l’on sait en revanche c’est qu’à l’origine de la FlyKly on retrouve un ancien du SENSEable City Lab… Quoi qu’il en soit, The Copenhagen Wheel est elle aussi disponible en précommande à un prix équivalent (600 euros environ) pour une livraison prévue fin 2014. Également…                 

Image 9 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Rétro, électro et fait « à la mano »

Lampociclo est une toute jeune startup italienne basée à Vérone spécialisée depuis 2012 dans la conception de vélos haut de gamme, avec option électrique. La réalisation de la partie cycle, en association avec le fabricant Cicli Blume, s’effectue essentiellement à la main et selon les spécifications des clients. Pour les modèles électriques, les prix s’étendent de 1500 euros à 2 500 euros environ selon le modèle et les différentes options choisies.    

Image 10 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Chopper style

Conçu par le spécialiste d’outre atlantique Pedego, sous licence Ford, ce Ford Super Cruiser est un vélo électrique de style chopper équipé d’un moteur de 600 watts capable d’atteindre une vitesse maximum de 32 Kmh comme dans un fauteuil de par la forme de son cadre, celle de son guidon et de sa selle largement rembourrée. Uniquement disponible depuis le début de 2014 sur les marchés américains et canadiens au prix de 2 800 euros environ.         

Image 11 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Un VAE signé Yamaha

L’objet est estampillé Yamaha mais, une fois n’est pas coutume, ce n’est pas une moto. L’YPJ-01 a été présenté en avant-première mondiale lors de la dernière édition du Tokyo Motor Show à l’occasion du 20ème anniversaire de la présence de Yamaha sur le marché des moteurs pour deux roues électriques. Ce vélo à assistance électrique, aussi beau que performant et léger, et qui n’est bien entendu encore qu’un prototype, est équipé d’un moteur central de 250 W avec double plateau et dispose d’un support pour smartphone servant de tableau de bord et de dispositif de commande. La méga grande classe ! Dont on ne sait si l’on pourra l’enfourcher un jour, ni à quel prix…       

Image 12 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Le e-VTT selon Third Element

Réservé aux détenteurs d’un permis moto, l’Espire Trail40 fabriqué par les Allemands de Third Element, est un VTT électrique à la fois rapide (il peut atteindre 40 Kmh) et relativement confortable, ce qui lui confère une certaine polyvalence lorsqu’il est également utilisé en milieu urbain. Au programme : moteur central de 500 watts, freins à disques avant et arrière (180 mm et 160 mm), autonomie de 50 à 80 km… et un prix qui avoisine les 4 500 euros.  

Image 13 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Friday 26 9S de Moustache Bikes

Ce VAE « Made in les Vosges » au nom étrange (Friday 26 9S) est proposé par l’étonnante et très sympathique équipe de Moustaches Bikes. Au programme : cadre en aluminium aéronautique, moteur brushlessBosch de 250 W, selle en cuir de marque Brooks et freins à disques hydrauliques au service de ce modèle urbain au look résolument rétro, tout en rondeurs et visiblement très confortable. 2 700 euros environ.

Image 14 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

M-1 de Marrs

Si vous avez pour objectif de ne surtout pas passer inaperçu et que l’idée de chevaucher un vélo électrique dépassant allègrement les 60 kilos ne vous rebute pas, le Marrs M-1 développé par les californiens de Marrs Electric Cycles est alors peut être fait pour vous. Cet hybride de Beach Cruiser et de chopper pouvant atteindre un peu plus de 30 Km/h cache, sous son look ravageur, un moteur brushless dans le moyeu arrière, une batterie Lithium 48v/20ah et un système de freins à disque hydraulique. 7 500 $.             

Image 15 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Porteur de Faraday

Il est délicieusement élégant sans oublier d’être utilitaire et ne ressemble pas vraiment à un vélo électrique au premier coup d’œil tant ses concepteurs ont eu le souci, et sont parvenus, à intégrer le plus discrètement possible son système d’assistance électrique. Proposé en précommande par Faraday Bicycles, le Porteur possède un cadre en acier, un moteur électrique de 250 W intégré au moyeu arrière et une batterie astucieusement dissimulée sous la selle. 3 500 $.

Image 16 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

Shadow eBike de Daymak

Le Shadow eBike développé par la société canadienne Daymak est un vélo à assistance électrique très particulier au regard de tout ce qui peut se faire actuellement en la matière puisque qu’il est totalement sans fils apparents. Ni pour les freins, ni pour les vitesses, ni pour le moteur. Concernant ce dernier, l’astuce a été de l’intégrer, ainsi que les modules batterie, directement à la roue avant en les recouvrant d’un capot.

Image 17 : Le vélo électrique passe la vitesse supérieure

E-BIKE 455 de Protobike

Fabriqué en Suisse, à la main, voici un autre vélo électrique qui semble se prendre pour un vélomoteur. Le E-Bike 455 élaboré par Protobike possède une ligne à la fois vintage et futuriste avec une selle en cuir, des poignées en bois, une tige de selle en aluminium ajouré très particulière et un carénage relativement imposant. Disponible en versions 250, 350 ou 500 W et dans une multitude de couleurs. 5 600 euros environ.