Accueil » Actualité » L’Homme peut vivre 150 ans au maximum, affirment les scientifiques

L’Homme peut vivre 150 ans au maximum, affirment les scientifiques

L’être humain n’est pas près d’atteindre l’immortalité. Selon une nouvelle étude, des chercheurs estiment que l’humain peut vivre jusqu’à 150 ans, grand maximum. Au-delà de cet âge limite, rester vivant relèverait d’un miracle.

Les avancées scientifiques modernes dans le domaine médical ont pour objectif de prolonger la durée de vie de l’humain. Néanmoins, l’être humain ne peut pas encore atteindre l’immortalité. Même si la science continue de progresser et que l’humain échappe aux maladies les plus dangereuses comme la Covid-19 qui entraîne le décès de certains patients, il ne pourra pas vivre au-delà de l’âge limite.

Des personnes âgées
Des personnes âgées – Crédit : Matthew Bennett / Unsplash

Cet âge maximum est de 150 ans. Il n’a encore jamais été atteint par quiconque à notre connaissance. À l’heure actuelle, le record de longévité humaine est toujours détenu par Jeanne Louise Calment. Elle est décédée en 1997 à 122 ans. La nouvelle étude qui a déterminé l’âge limite de 150 ans a été menée par la biotech Gero à Singapour. Elle a travaillé en collaboration avec le Roswell Park Comprehensive Cancer Center à Buffalo, New York et l’Institut Kurchatov à Moscou. L’étude a été publiée la semaine dernière dans la revue scientifique Nature Communications.

Guérir d’une maladie ou se remettre d’une blessure après 120 ans est très compliqué

Outre la limite absolue de 150 ans, les chercheurs estiment que le corps humain est incapable de se remettre de maladies ou de blessures après 120 ans. Un être humain en excellente santé pourrait donc vivre entre 120 et 150 ans au grand maximum. Survivre à son 150e anniversaire serait un véritable exploit.

Les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux et les tests sanguins de plus de 500 000 personnes. Elles résident aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Russie. Pour les tests sanguins, les chercheurs s’intéressaient plus particulièrement à deux choses précises. Il s’agissait du rapport de deux types de globules blancs qui combattent les maladies et à la variabilité de la taille des globules rouges. Ils ont d’ailleurs réparti les 500 000 personnes dans 3 groupes d’âge distincts.

Il faut renforcer la résilience du corps humain pour prolonger la durée de vie

Avec ces données, les chercheurs ont pu calculer ce qu’ils appellent l’indicateur d’état dynamique de l’organisme (DOSI). Ce chiffre correspond à l’âge biologique auquel une personne peut encore se remettre de maladies et de blessures. Le docteur Marc J. Kahn qui n’a pas participé à l’étude a expliqué que « les auteurs de l’étude sont en mesure d’utiliser ce DOSI pour mesurer le temps de récupération. Le problème est qu’à un certain stade du vieillissement, le temps de récupération est si long que nous perdons de la résilience ».

Cette résilience à un âge avancé est donc la clé pour prolonger la durée de vie humaine. Si elle peut être améliorée au travers de nouvelles avancées scientifiques, l’être humain qui est d’ailleurs composé de matériaux d’origine extraterrestre pourrait vivre plus longtemps en bonne santé. En effet, l’âge maximum en lui-même n’est pas significatif si les conditions de vie sont mauvaises. Enfin, selon le docteur Marc J. Kahn, des technologies comme les organes mécaniques et les thérapies cellulaires reprogrammées sont inévitables pour pouvoir souffler plus de 150 bougies.

Source : SYFY